Collingwood’s Canadian – Kendra Heil on the AFLW

For Canadian footballer Kendra Heil, the excitement of being rookie-listed to an AFL club for the debut season of the AFL Women’s competition couldn’t have come at a better time. After missing the 2016 season with her VFL club team, the Eastern Devils, with a knee injury, and initially missing out on the AFLW draft, everything was starting to look up.

Then disaster struck.

“It was a little bit of a roller coaster – I injured my knee last January and had surgery, so I was on the up, everything was starting to feel better, then I didn’t get drafted in the initial draft, so that was a down and then I got picked for the rookie list for Collingwood,” she explained.

“Everything was going really well, and I was training really well and then my knee went again, so it was just devastating.”

For the second year running, Heil, who hails from Toronto, has been forced to make the transition from player to off-field support staff – though finding her place within a new, professional organisation has been difficult.

“I think I could have felt worse if I didn’t have such a supportive environment around me – women’s football is really supportive, not within just our own club or my home club, the Devils, but all the clubs -everybody just gets around each other, so the community around football is really lovely,” she said.

“I was already doing [off-field support] last year for my VFL club, for the Devils – I stand on the sidelines and try to get around everyone – if someone needs a gym partner I go with them – and just try to be a positive influence around everybody as much as I can, because if it lifts them up, it lifts me up.

“With Collingwood it’s a little bit different than with the club team – with the club team you always need lots of volunteers so there’s always something to do, and here there are so many people around that are just so giving with their time and just want to be part of it, so it’s hard to find a spot to fit in, so I might just be number one fan on game day.”

Heil’s journey into AFL has been unique – she would likely be the first professional AFL player who actually took up the game overseas, playing in Canada for the Hamilton Wildcats.

“I started playing footy in Canada, and I got into that because my personal trainer at the time asked if I wanted to try a new sport – he said he’d give me free sessions if I did – and as soon as I went to the first training I absolutely loved it,” she laughed.

“After seeing me play, the coaches of the Canadian team selected me for the Parallel Cup where you play against a team from the States, so I played in that two years in a row, and then I got picked for the International Cup team in Melbourne, and I thought what better time to come a little bit early on a working holiday visa – I played footy for the [VFL side] Eastern Devils and I decided to stay, so my partner and I applied for a visa.”

With the first season of the AFLW about to get underway, excitement levels are building with players and supporters alike – Heil says it’s infectious.

“Everybody’s just so excited about it and the people that aren’t excited, they get just a little taste of it and then they see why everybody has been drawn into it,” she said.

“I’m just hoping that everything runs smoothly with the league and that we showcase exciting football, because that’s the most important thing – we want to make a really good product that we want to play in and people want to watch.”

With on-field involvement with Collingwood clearly having to be kept to a minimum, Heil has turned to what has been a neglected love – art, and is looking to combine her two passions.

“I have an Arts degree from the University of Guelph and I kind of put my art on the backburner when I moved here – before I moved I was doing large-scale murals and really decorative painting. As soon as I got here I didn’t have all my supplies, I drifted back into residential painting and now I’m just starting my painting again because I can’t work, I can’t go on ladders,” she said.

“So I’m doing a series of paintings for Collingwood – I’m going to be doing paintings for all four sections of the club: the AFL, the VFL, the netball women, and the women’s AFL, just to showcase Collingwood, because I’m really thankful for all the support they’ve given me, and I’d like a portion of the proceeds to go a charity of my choice – I’m looking at different cancer and leukemia charities in support of my Dad who passed away.”

The inaugural  AFLW season runs from Friday January 3, with games being played right around Australia. You can find Kendra – who is producing some entertaining AFLW videos – on Twitter. You can see some of her artwork in this AFL Players article.

La Canadienne de Collingwood : Kendra Heil parle de l’ AFLW

Pour la joueuse canadienne de rugby Kendra Heil, l’excitation d’être inscrite sur la liste des espoirs d’un club de l’AFL  au début de la saison de la Ligue féminine AFL n’aurait pu arriver à un meilleur moment. Après avoir manqué la saison 2016 dans son équipe de club VFL, les Eastern Devils, à cause d’une blessure au genou, et après avoir manqué au départ son inscription sur la liste de l’AFLW, tout semblait aller mieux.

Puis ce fut la catastrophe.

“ Ce n’a pas été un long fleuve tranquille, explique-t-elle. Je me suis blessée au genou en janvier dernier et j’ai dû être opérée, puis je me suis sentie mieux, et tout semblait s’arranger. Mais je n’ai pas été sélectionnée sur la première liste, petit souci, mais j’ai été choisie sur la liste des espoirs pour Collingwood.

“Tout allait vraiment bien, mon entraînement se passait bien, et mon genou m’a lâchée à nouveau, alors j’ai été vraiment dévastée.”

Pour la deuxième année consécutive, Heil qui est originaire de Toronto, a été contrainte de faire la transition de joueuse à adjointe de terrain, et trouver sa place dans une nouvelle organisation professionnelle n’a  pas été facile.

“Je pense, dit-elle,  que j’aurais pu me sentir pire encore si je n’avais pas eu un tel environnement encourageant autour de moi – le rugby féminin est très soudé, pas seulement dans mon propre club ou mon club actuel, les Devils, mais dans tous les clubs, on se serre les coudes, la communauté du rugby est vraiment formidable.”

“L’an dernier je faisais déjà [adjointe de terrain] pour mon club VFL, les Devils, je me mets sur la touche et j’essaie d’aller vers  tout le monde, si  quelqu’un a besoin d’une partenaire pour la gym je les accompagne, et j’essaie d’exercer une influence positive sur tout le monde, autant que je peux, parce que si ça leur redonne courage, à moi aussi.

“Avec  Collingwood, c’est un petit peu différent de l’équipe du club; avec l’équipe du club on a toujours besoin de nombreux volontaires,  alors il  y a toujours quelque chose à faire, et ici il y a tellement de gens tout autour qui sont généreux avec leur temps et prêts à donner un coup de main que c’est difficile de trouver sa niche, alors les jours de match je ne suis peut-être que le  partisan numéro un sur la touche.”

L’aventure de Heil en AFL est unique : elle est très certainement la première joueuse professionnelle en AFL qui s’est lancée dans le jeu à l’étranger, jouant au Canada pour les Wildcats de Hamilton.

“J’ai commencé, dit-elle en riant, à jouer au rugby au Canada, et je m’y suis mise parce que mon coach personnel du moment m’a demandé si je voulais essayer un nouveau sport – il m’a dit qu’il m’offrirait les leçons gratuitement  si j’acceptais – et dès le premier entraînement, j’ai adoré.”

“Quand ils m’ont vu jouer, les entraîneurs  de l’équipe canadienne m’ont  sélectionnée pour la Coupe Parallèle, où on joue contre une équipe des États Unis, et j’ai joué pendant deux ans de suite, puis on m’a appelée pour rejoindre l’équipe de la Coupe internationale à Melbourne, et je me suis dit qu’il n’y avait pas de meilleur moment pour demander un visa vacances travail – j’ai joué au rugby pour les Eastern Devils [en VFL] et j’ai décidé de rester, alors mon partenaire et moi, on a demandé un visa.”

La première saison de l’AFLW devant commencer prochainement, l’excitation bat son plein à tous les niveaux, chez les joueuses et les partisans. Une véritable épidémie, ajoute Heil.

“Tout le monde est si excité, dit-elle, et ceux qui ne le sont pas, ils en ont un petit aperçu et alors ils comprennent  voient pourquoi on est tous  attirés par le jeu.”

“J’espère  seulement que tout va bien se passer dans la ligue et qu’on pourra montrer du beau rugby parce que c’est ça le plus important, on veut proposer un beau produit qu’on a envie de  jouer et qu’on veut que les gens aient envie de voir.”

Puisque son engagement sur le terrain avec Collingwood doit de toute évidence être limité, Heil s’est retournée sur une passion un peu négligée: l’art, et elle espère pouvoir combiner ses deux passions.

“J’ai un diplôme d’arts de l’Université de Guelph, dit-elle,  et j’ai en quelque sorte mis mon art de côté quand je suis venue ici, avant de venir je faisais des muraux de grande taille et de la peinture décorative. Mais quand je suis arrivée ici je n’avais pas tout mon matériel, alors je me suis rabattue sur la peinture résidentielle et maintenant je me suis remise à la peinture parce que je ne peux pas travailler, je ne peux pas monter aux échelles.”

“Donc je fais une série de peintures pour Collingwood, je vais faire des peintures pour les quatre sections du club : AFL, VFL, netball féminin et AFL féminin, juste pour  mettre en valeur  Collingwood, parce que je voudrais les remercier de tout le soutien qu’ils m’ont apporté, et j’aimerais qu’une partie des bénéfices soit dirigée vers une charité de mon choix, alors je considère différentes associations contre le cancer et la leucémie en souvenir de mon père qui est décédé.”

La saison inaugurale de l’AFLW a démarré  Vendredi 3 Janvier , avec des matches joués dans toute l’Australie.