Sea Sick: Alanna Mitchell’s drive to democratise science

Alanna Mitchell is here to explain something about the ocean; it’s more important than you realise, and it’s in trouble.

Armed with a blackboard, a piece of chalk and a jug of vinegar, Mitchell, a Canadian journalist, performs her captivating one-woman, nonfiction play Sea Sick, detailing how our oceans are sick, and how that will affect life as we know it around the globe.

In Darwin for the Darwin Festival, Mitchell told Canada Down Under her play was her attempt at making this complicated scientific topic accessible to a wider audience.

“People often call me an environmentalist but that’s not actually how I think of myself,” Mitchell said.

“I think of myself as a democratiser of science, that’s the role that I like to take, and what that means is that scientists are finding out all this stuff, and it’s really hard for people like you and me to get that information and what I try to do is understand it as well as I can and then translate if for the public.”

After initially starting her journalistic career in real estate and finance for The Financial Post, Mitchell moved to Canada’s national newspaper, The Globe and Mail to work in social statistics and, later, earth sciences, and a life-long passion for science drove her to learn more about the world.

“I love to learn, and so when I took the job with Financial Post, my first full time job at a journalist, right out of journalism school, I didn’t know anything about finance whatsoever, and it was just a terrific learning curve,” she said.

“That took me to Calgary where I was Bureau Chief for The Globe and Mail, and in Calgary there are a lot of science stories, they just surface there in ways they haven’t in other parts of the country, so I just became immersed in those and that was that, I’ve just stayed in science ever since.”

Her immersion in science was made slightly easier by the fact she had a knowledgeable and connected source at her disposal.

“My father was a biologist who taught at the University of Regina and he was sort of like my secret weapon in some ways because he had all these contacts among biologists in the Prairies,” she explained.

“So if I had a question about a species like polar bears he’d tell me “oh well, you’ve got to talk to Ian Stirling [adjunct professor in the University of Alberta Department of Biological Sciences and leading polar bear expert], my old pal who studied them.”

Her exploration into the depths of the ocean, however, was inspired through a frustrating discovery of how little she really knew about such an important ecological aspect of the globe.

“I didn’t know that there was anything this wrong with the ocean when I began, I just wanted to understand it as a system, I just needed to understand how it worked on the planet and as I did that, I realised the evidence just grew and grew – I hung out with scientists, and so as I was with them it was clear they were finding all these things going drastically, drastically wrong with the life support system of the planet,” she said.

“I felt like an idiot in a way, because I at that time was the earth sciences reporter at The Globe, and I thought I understood how the earth worked, and I didn’t – I didn’t understand it until I got into the ocean and once you realise what’s going on, there’s this imperative to keep exploring and then to keep talking about it, and it’s one of the issues that people don’t know much about.”

This new knowledge, research  and collaboration with experts (including Australian environmentalist and global warming activist Tim Flannery) brought about her book Sea Sick, which Mitchell turned into her first play, and she is taking it around the world to educate more and more people about the dire state of the world’s oceans, while at the same time taking herself well and truly outside her comfort zone.

“It’s totally different [to writing], and it’s a weird little play too because it’s a nonfiction play, which is atypical, and I’m not a performer, so it was a huge leap of faith. I would never ever have imagined that I would do this play, or that I would be here in Australia, not in my wildest dreams,” she said.

“As a journalist there’s the whole process of finding out information and writing it, and then if you end up speaking about it as well, that’s a whole other medium, and then to do a play and to memorise 10,000 words in order and be on stage for 75 minutes is just terrifying, and it’s really hard, it never gets easier.”

Mitchell says that Australians generally have a better understanding of and connection to the ocean than many others around the world – the coastal nature of the Australian lifestyle being a factor, as well as the prominent heritage listed feature which provides a constant indicator of global ocean health – the Great Barrier Reef.

“I find Australians are much more involved in the ocean because there’s this huge coast and people care about it in perhaps a different way,” she said.

“When something as massive and as ecologically important as the Great Barrier Reef is under as much threat as it is right now – it’s in desperate, desperate shape – when that happens it’s a signal that something on our planet is going dramatically wrong, so it’s something we can’t ignore.

“We have three coasts in Canada, and whenever I go and talk in those places there’s just a more intrinsic connection to the ocean, people just seem to more viscerally connected to it – of course in Australia you’ve got that no matter where you go,” she continued

“But if I go to other parts of Canada, for example where I live, Toronto, often I hear ‘well, why should I care about the ocean’, so there’s this whole process of trying to explain that we’re all dependent, like every species on earth is dependent on what happens in the ocean, and that’s just a piece that’s missing in the whole puzzle of how we understand the world.”

Being in Darwin, named for naturalist, geologist and biologist Charles Darwin, was an enormous thrill for Mitchell, who has studied Darwin’s work throughout her scientific learnings, and in particular, a visit to Kakadu fulfilled a life-long dream, as well as her own inherent curiosity.

“I can hardly wait, I’ve been to Australia twice before, and each time I’ve done a little bit more research into the rock art and into the Dreamtime,” she explained.

“I’m doing some other work just to try to understand the arc of Aboriginal rights in Australia compared to what’s happening in Canada – it turns out now there’s collaboration between the two countries.”

Alanna Mitchell performed at the Darwin Festival thanks to the support of the High Commission of Canada and the Consulate General of Canada. Her book Sea Sick and other information about her tour is available on her website.

Mal de mer : la volonté d’Alanna Mitchell de démocratiser les sciences

Alanna Mitchell est ici pour nous parler de l’océan. Il est  plus important qu’on ne le croit et il est en danger.

Armée d’un tableau noir, d’un morceau de craie et d’un pichet de vinaigre, Mitchell, une journaliste canadienne, performe son one-woman show captivant, un spectacle non fictif intitulé Mal de mer qui nous décrit le malaise de nos océans, et comment une telle situation va en affecter la vie telle que nous la connaissons autour du globe.

Présente à Darwin pour le festival éponyme, Mitchell déclare à Canada Down Under  que ce spectacle est sa tentative d’expliquer un tel sujet scientifique complexe pour le rendre accessible au plus grand nombre.

“Les gens peuvent me qualifier de militante écologiste, déclare Mitchell, mais ce n’est pas comme cela que je me vois.”

“Je me vois comme une démocratisatrice des sciences, c’est le rôle que j’aimerais endosser, ce qui signifie que lorsque les scientifiques font des découvertes dans ces domaines c’est à nous, les gens comme vous et moi, d’obtenir cette information, et ce que j’essaie de faire c’est de comprendre autant que je peux et le traduire pour le public. ”

Ayant commencé sa carrière comme journaliste dans l’immobilier et la finance pour le Financial Post, Mitchell a rejoint le journal national The Globe and Mail pour y travailler sur les statistiques sociales et par la suite les sciences de la terre, et sa passion de longue date pour les sciences l’a conduite à en apprendre plus encore sur le monde.

“J’adore apprendre, dit-elle,  et donc  lorsque j’ai pris la position avec le Financial Post, mon premier job à temps plein comme journaliste, toute fraîche sortie de l’école de journalisme,  je ne savais absolument rien sur la finance, ce fut un apprentissage incroyable.”

“Ce qui m’a conduite par la suite à Calgary où j’étais chef de bureau pour le Globe and Mail, et à Calgary on trouve énormément de sujets scientifiques, ils surgissent comme nulle part ailleurs dans le pays, alors je me suis trouvée immergée et voilà, je suis restée avec le domaine scientifique depuis. ”

Son immersion en sciences a quand même été simplifiée par le fait qu’elle bénéficiait d’une source experte et connectée toute proche.

“Mon père, explique-t-elle,  est un biologiste qui a enseigné à l’Université de Regina et il fut en quelque sorte mon arme secrète  de certaine façon parce qu’il avait tous ces contacts avec des biologistes des Prairies.”

“Ainsi, si j’avais une question concernant une espèce comme les ours polaires, il me disait: “oh, il faut que tu parles à Ian Stirling [professeur auxiliaire au Département des Sciences biologiques de l’Université d’Alberta  et expert numéro un sur les ours polaires], c’est un vieil ami spécialisé dans leur étude.”

Son exploration des profondeurs de l’océan a cependant été provoquée par la découverte frustrante qu’elle ignorait presque tout de cet aspect écologique important du globe.

“J’ignorais complètement l’étendue du malaise de l’océan lorsque j’ai commencé, je voulais simplement comprendre le système, dit-elle, j’avais besoin de comprendre son mode de fonctionnement sur la planète et à mesure que j’avançais, j’ai  été de plus en plus convaincue,  je rencontrais des scientifiques et à leur contact je me suis rendue compte qu’ils découvraient que tout allait profondément de travers  dans le fonctionnement vital de la planète.”

“Je me sentais un peu bête, parce qu’à ce moment-là j’étais la journaliste spécialiste des sciences de la terre au Globe, et je croyais que je connaissais le fonctionnement de la terre, et en fait non, je n’ai compris que lorsque j’ai plongé dans l’océan et une fois que j’ai réalisé ce qui se passe, il y a eu cette urgence de continuer l’exploration et puis d’en parler, c’est un des problèmes que les gens ne connaissent pas vraiment. ”

Cette nouvelle connaissance, cette recherche et cette collaboration avec des experts ( y compris Tim Flannery, le militant australien en écologie et réchauffement climatique) tout cela a engendré son livre Mal de mer, que Mitchell a transformé en une pièce de théâtre qu’elle présente tout autour du monde pour éclairer de plus en plus de gens sur l’état critique des océans de la planète, tout en la propulsant elle-même en dehors de sa zone de confort.

“C’est très différent [de l’écriture], dit-elle, et c’est une petite pièce étrange parce que ce n’est pas de la fiction, ce qui est atypique, et je ne suis pas une artiste, c’est donc un grand bond dans le vide. Je n’aurais jamais, absolument jamais, imaginé écrire cette pièce, ni même que je viendrais en Australie, même dans mes rêves les plus fous.”

“Pour une  journaliste, il y a tout le processus de dénicher l’information et de la transcrire, et si au bout du compte tu en parles aussi, c’est utiliser un tout nouveau media, et puis en faire une pièce de théâtre avec la mémorisation de 10 000 mots et  investir une scène pendant 75 minutes, tout cela est tout simplement terrifiant, ce n’est pas facile et c’est loin de le devenir.”

Selon Mitchell, les Australiens ont en général une meilleure compréhension de et une meilleure connexion avec l’océan que  la plupart des gens de la planète. La nature côtière du style de vie australien en est un facteur, tout autant que le site remarquable inscrit sur la liste du patrimoine qui constitue un indicateur constant de la santé globale de l’océan : la Grande barrière de corail.

“Je trouve les Australiens bien plus impliqués avec l’océan, dit-elle,  parce qu’ils ont ce littoral immense et peut-être parce qu’ils s’en inquiètent d’une façon différente.”

“Lorsque quelque chose d’aussi massif et écologiquement important que la Grande barrière de corail est menacé comme elle l’est en ce moment, dans un tel état désespéré, quand cela arrive, c’est le signal que quelque chose sur notre planète est mal en point, alors c’est quelque chose qu’on ne peut ignorer.

“On a trois côtes au Canada, ajoute-t-elle,  et lorsque je me déplace dans ces endroits pour y parler, j’y trouve une connexion plus qu’intrinsèque avec les océans, les populations semblent bien plus connectées viscéralement. Et bien sûr en Australie c’est ce qu’on remarque où qu’on aille.”

“Mais quand je vais dans d’autres régions du Canada, par exemple à Toronto où j’habite, ce que j’entends souvent c’est  ‘oh,  ce n’est pas  vraiment mon problème’, il y a donc tout ce processus d’essayer d’expliquer qu’on tous interdépendants, que chaque espèce sur cette terre est dépendante de ce qui arrive aux océans, et c’est juste un morceau qui manque dans ce puzzle qu’est la compréhension du monde.”

Se trouver à Darwin, qui doit son nom au naturaliste et biologiste Charles Darwin, c’est extrêmement passionnant pour Mitchell qui a étudié l’enseignement de Darwin pendant tout son apprentissage scientifique, et en particulier la visite à Kakadu qui comble un rêve de longue date tout autant que sa propre curiosité naturelle.

“Je suis très impatiente, explique-t-elle, je suis venue deux fois en Australie déjà et à chaque fois je me suis plongée un peu plus dans les peintures rupestres et le Dreamtime. ”

“J’entreprends ces études complémentaires  pour tenter de comprendre les droits des Autochtones en Australie et les comparer à ceux du Canada. Et en fait la collaboration est bien présente maintenant entre les deux pays. ”

Alanna Mitchell a présenté son spectacle au Festival de Darwin grâce au soutien du Haut-Commissariat du Canada et du Consulat général du Canada. Son livre Mal de mer ainsi que toute  autre information sur sa tournée sont disponibles sur son site web.