Spreading the good word – The Book of Mormon’s Canadian star

After wowing audiences overseas for six years, The Book of Mormon finally hit Australian shores in 2017 to packed out crowds and rave reviews, being led by its star Canadian, Kitchener’s own Ryan Bondy.

Starring as Elder Price in the smash hit musical, which follows two Mormon missionaries who travel to Africa to preach their religion,  Bondy has journeyed to Australia via the Canadian theatre scene, before stints in the touring and Broadway Book of Mormon casts. He says finding a path through a talented but stacked Canadian theatre industry was tough.

“I went to theatre school at George Brown Theatre School in Toronto after high school, did three years there and just kind of slugged it out and bartended and did all that fun stuff that every actor does when they’re trying to make it,” Bondy told Canada Down Under.

“I would do a three month contract for a show and then serve tables for a little bit, book a commercial and then that would pay the rent for a little bit. I was returning to different theatre companies in Canada which was great – the Canadian theatre scene, when you get into it is great, it’s just you’re a needle in a stack of needles, everybody is looking for work.”

His break came via an open call audition for The Book of Mormon, and after an exhaustive process, opportunity arose, but it was also the beginning of an extreme learning period.

“Through a process over months and months, open calls and going to New York for a couple of days, then I did  two weeks at what they called an ‘Elder Price Camp’, running numbers from the show every single day, then I was doing another summer contract at the Blyth Festival in Ontario, and I got the call saying I was going to join the tour in Chicago  in September of 2013 [as Elder Price standby], and for the next two and a half years I was travelling the US and Canada,” he said.

“I put my head down, I kept trying to do the best I could – I was just trying to really learn, because it was such an atmosphere and environment that I’d not been part of, being part of a mega-musical, and everybody at this level is so talented, and so you get to this other notch where you can learn from literally everybody that you work with.”

After getting the opportunity to prove himself during a two-month stint taking over as the lead Elder Price, performing eight shows a week in cities across the US and Canada, an opportunity to put down roots presented itself – but with a catch.

It was on the other side of the globe in Melbourne.

“Then the call and the opportunity to do Australia came about, and it was a sit down [a longer stint in a single city] – I’m 31, I want to have a sit down and have a routine – because it’s tough when every day you have off is a travel day and you set up in a hotel room, or you never really empty your suitcases,” he said.

“The tour was nice enough, before coming here they gave me six weeks off where I could go home and visit with my family, my nephew and all that kind of stuff, and that was really important for me to get a chance to do that before literally flying across the world to come here.”

A selling point of the Australian tour was the fact his cast-mate in the US, A.J. Holmes, would be joining him as a familiar face in an unfamiliar city, playing the role of Elder Cunningham.

“He and I were standbys together in Chicago my very first day. He had been with the company three months before I joined,” Bondy explained.

“We dreamt about doing the show together, but never really had a chance, and then this came up and we jumped at it – it’s been absolutely amazing.

“A.J. and I love making music together, so we’ve been working on an EP that’s coming out at the end of July, so we’ve been getting that finished up – it’s be a very cool full circle kind of experience where I get to be the lead guy every night with my best friend and with this amazing Australian cast.”

Bondy says settling into Melbourne was initially daunting.

“This my first trip overseas, I’ve never been overseas anywhere,” he said.

“To feel the familiar aspects of the way Melbourne is to a Canadian city, a Commonwealth kind of attitude and that atmosphere was really comforting, it was really easy to settle in.”

It wasn’t all smooth sailing, however.

“Experiencing jetlag for the first time was real. I thought I had it taken care of the second night, and I was trying to stay up past nine o’clock, and my body was shutting down.”

And as a sports nut, being distanced from his beloved Toronto Blue Jays has been tough, but he’s managed to find a local sporting passion to get him through the pain – the Melbourne Football Club.

“I’m obsessed with the Dees,” he declared.

“Once I understood the sport, once I knew what was going on, I loved it. I think I like it better than NFL, AFL football is amazing – I collect cards now, I have all the players – I’m not even lying – I’m obsessed, I have a guernsey, a scarf and a hat.”

The time difference though, combined with his show schedule, has reaped some benefits.

“What’s great about being in Australia – I am sad to not see [the Blue Jays] live – but I get to wake up in the morning and start the day with baseball, it’s incredible,” he said.

“So I watch a baseball game and then go do the show, and I can’t go to many footy games, but I’ll watch – I’ve got the AFL app – and by the time I get home at night, PGA golf starts!”

With the reception to the show being as positive as it has been, producers have yet to announce a closing date for Melbourne, or whether the show will tour around other Australian cities.

“It’s basically as tickets sell – as of right now we’d obviously love it to be a year, but we don’t know,” Bondy explained.

“You hear of people flying in from Brisbane, flying in from Adelaide to see the show. Australia’s loving it, and I think as long as the love is there for it, I think we’ll be around.”

Bondy says he’s enjoying the opportunity to represent Canada abroad, something he’s passionate about.

“I definitely have a huge Canada flag in my room. Having Trudeau be our representative, people are eager to talk about Canadians –travelling throughout the US and here, people love Canadians and it feels good, you feel welcome and you don’t need to justify yourself,” he said.

“I like representing Canada, I hardly ever leave the house without a Jays hat, if they’re playing I’ve got my jersey on – similarly I wear my Dees guernsey every time they play – I love that kind of stuff, being proud to be Canadian.”

The Book of Mormon is playing at the Princess Theatre in Melbourne.

Répandre la bonne parole: la star canadienne du Livre de Mormon

Après avoir impressionné les publics étrangers pendant six ans, Le livre de Mormon arrive finalement sur la scène australienne en 2017 devant des salles combles et recueillant des critiques élogieuses, son acteur principal nul autre que le Canadien de Kitchener : Ryan Bondy.

Interprétant le rôle de l’instructeur Price dans cette comédie musicale à succès qui suit deux missionnaires Mormons parcourant l’Afrique pour y prêcher leur religion, Bondy est arrivé en Australie par le biais de la scène théâtrale canadienne, avant des premiers essais dans la tournée et un rôle d’acteur dans la version de Broadway du Livre de Mormon. Selon lui, c’était dur de se frayer un chemin dans l’industrie théâtrale canadienne regorgeant de talents certes mais  grouillante.

“Je suis allé à l’école de théâtre de George Brown à Toronto après l’école secondaire, dit Bondy à Canada Down Under. J’y ai fait trois ans en ramant un peu, complétant avec un job de barman et tout ce qui va avec, comme tous les autres acteurs qui essaient de percer.”

“Je décrochais un contrat de trois mois pour un spectacle et puis je retournais à mon job de serveur pendant un moment, puis je faisais une pub et ça payait le loyer pour un moment. Je retournais dans différentes compagnies théâtrales au Canada, ce qui était bien, la scène théâtrale canadienne quand on y arrive c’est super, sauf qu’on est juste une petite aiguille parmi tant d’autres, et tout le monde cherche du travail.”

Il a finalement percé grâce à une audition pour le Livre de Mormon, et après un processus laborieux, il a eu sa chance, mais ce fut aussi le début d’une période d’apprentissage extrême.

“À travers un processus qui a duré des mois et des mois, dit-il, des auditions et des aller-retours à New-York pour un ou deux jours,  j’ai finalement participé pendant quinze jours à ce qu’ils appellent ‘Un stage instructeur Price’, interprétant chaque jour des rôles du spectacle, à ce moment-là j’étais engagé pour un autre été au festival de Blyth en Ontario, et j’ai reçu un coup de fil m’annonçant que j’étais accepté pour joindre la tournée de Chicago en Septembre 2013 (comme doublure de l’instructeur Price) et c’est comme cela que pendant les deux années et demi suivantes j’ai fait la tournée aux USA et au Canada.”

“Je me suis impliqué à fond, j’essayais de fournir le maximum, j’essayais seuIement d’apprendre parce qu’il y avait une telle atmosphère, un tel environnement dont je ne connaissais rien. Faire partie d’une super comédie musicale, où tout le monde à ce niveau a tellement de talent, qu’on arrive dans cette petite niche où on peut pratiquement apprendre quelque chose de la part de tous ceux avec qui on travaille.”

Après cette opportunité de faire ses preuves pendant deux mois dans le rôle principal de l’instructeur Price, accomplissant huit spectacles par semaine dans des villes aux quatre coins des USA et du Canada, est venue celle de poser ses valises mais à un certain prix.

Il fallait se déplacer à l’autre bout du monde, à Melbourne.

“Et puis, dit-il, l’opportunité m’a été offerte de venir en Australie, c’était un ‘sit down’ [c’est à dire une tournée prolongée dans une seule ville].  J’ai 31 ans, je voulais bien m’asseoir quelque part, avoir une routine, parce que c’est dur de voyager pendant ses jours de congé, de loger en hôtel, de ne jamais sortir de ses valises. ”

“La tournée se présentait bien, avant de commencer ils m’ont donné six semaines de congé pour retourner à la maison, voir ma famille, mon neveu et tout le reste, et c’était important pour moi de pouvoir faire tout cela avant de m’envoler véritablement à l’autre bout du monde.”

Point positif qui l’a aidé à se décider: le fait que son copain de l’audition américaine, A.J. Holmes se joindrait à lui, un visage connu dans une ville inconnue interprétant le rôle de l’instructeur Cunningham.

“Lui et moi, on était tous les deux doublures à Chicago à mon premier jour, explique Bondy. Il avait déjà rejoint la compagnie trois mois avant moi.”

“On avait rêvé de faire le spectacle ensemble, mais sans en avoir vraiment la chance, et puis l’occasion s’est présentée à nous alors on a sauté dessus. Absolument formidable.

“A.J. et moi, on adore jouer de la musique ensemble, on travaille sur un disque qui va sortir fin juillet qu’on est en train de finaliser, c’est une expérience complète très cool qui me permet d’être l’acteur principal tous les soirs en compagnie de mon meilleur ami et au milieu de ces acteurs australiens extraordinaires.”

Bondy ajoute que l’installation à Melbourne faisait au départ un peu peur.

“C’est mon premier voyage à l’étranger, dit-il, je n’ai jamais franchi les océans.”

“Ressentir l’aspect familier de Melbourne, ce que la ville a de commun avec une ville canadienne, une sorte d’attitude propre au Commonwealth, et toute cette atmosphère, c’est vraiment réconfortant, facile à s’intégrer.”

Pourtant, tout ne fut pas un long fleuve tranquille.

“Faire l’expérience du décalage horaire pour la première fois, c’est bien réel. J’ai cru que c’était passé la deuxième nuit, j’essayais de rester éveillé après neuf heures du soir, mais mon corps n’en pouvait plus.”

En tant que passionné de sport, être séparé de son équipe favorite des Blue Jays de Toronto, c’était dur. Mais il a trouvé une passion sportive locale  qui a tant soit peu atténué son malaise: le Melbourne Football Club.

“Je suis accro aux Dees, déclare-t-il. ”

“Une fois que j’ai compris ce sport et que j’ai su ce qu’il s’y passe, j’ai adoré. J’espère que je vais l’aimer plus que le NFL, le football AFL est incroyable. Je collectionne même les cartes maintenant. J’ai tous les joueurs. Sans blaguer. Je suis vraiment accro. J’ai le maillot, l’écharpe et la casquette.”

Malgré tout, le décalage horaire combiné avec les horaires du spectacle a apporté quelques avantages à ce passionné de sport.

“Ce qui est super d’être en Australie, dit-il, c’est que je ne suis pas triste de ne pas voir les Blue Jays en direct, parce que quand je me lève le matin, je peux commencer la journée avec du base-ball. Et ça c’est incroyable.”

“Alors je regarde un match de base-ball et puis je fais le spectacle. Je ne peux pas aller à tous les matches de football, mais je les regarde grâce à mon appli AFL. Et le temps que je rentre à la maison le soir, le golf a commencé!”

Le spectacle ayant été bien accueilli, les producteurs n’ont pas encore décidé de date finale pour Melbourne, ni si le spectacle sera présenté dans d’autres villes australiennes.

“C’est pratiquement basé sur la vente des billets, explique-t-il. Et pour le moment on aimerait que cela dure une année, mais on ne sait pas.”

“On entend parler de gens qui viennent de Brisbane, de Adélaïde pour voir le spectacle. L’Australie adore et je pense que tant qu’il y aura de l’intérêt, on va rester.”

Bondy se déclare satisfait de l’opportunité de représenter le Canada à l’étranger, c’est quelque chose dont il est fier.

“J’ai absolument un énorme drapeau canadien dans ma chambre, dit-il. Avec un représentant comme Trudeau, les gens veulent parler des Canadiens, c’est ce que j’ai pu voir en voyageant aux USA et ici,  les gens aiment les Canadiens, ce qui est réconfortant. On se sent bienvenu et on n’a pas besoin de se justifier.”

“J’aime représenter le Canada, je ne quitte pratiquement jamais la maison sans ma casquette des Blue Jays, et s’ils jouent je porte mon maillot. De même, je porte mon maillot des Dees à chaque match. J’aime ce genre de truc. Fier d’être canadien.”

Le Livre de Mormon au Princess Theatre, Melbourne.