Mindset and Mums: Unlocking Potential

When Florencia Pyke arrived in Australia, her then-boyfriend Mike – who was heading over for a try-out with the Sydney Swans – told her not to get too attached to the country.

“We came here for a trial and Mike very explicitly said to me ‘don’t get too excited, just pack a carry on’,” Florencia said.

“Which to this day I regret, because we never went back to France [where they had been based while Mike played rugby] – so all my stuff is still there in somebody’s basement.”

Eight years later, with now-husband Mike having forged and concluded a Premiership-winning AFL career at the Swans (the first Canadian to play the game at a professional level), the pair – both hailing from Victoria, British Columbia – remain in Sydney with their two young kids. And while Mike’s career path since their arrival has been challenging but fairly direct, that hasn’t been the case for Florencia.

“We came not under a 457 visa but a special sporting visa, so I didn’t have the entitlement to work,” she explained.

“So I trained for a half marathon to keep myself busy, and I cooked and I tried to make friends and I just got to know the city. I enrolled to do my MBA at UTS, I did an MBA in Marketing, and until I could work, that’s what I did.”

When Florencia was finally permitted the opportunity to work, she found an unlikely opportunity with a company called Abuzz, selling Wayfinders around Sydney.

“It was a really great opportunity for me – the environment at that company was so nice, and very welcoming which was exactly what I needed, because I didn’t know many people in Sydney. It kind of became like a second family – I felt very blessed to have that opportunity come up, and it gave me a platform to then say I’ve got local experience,” she said.

After then spending four years at AMP managing a pop-up team around Australia, the Pykes started their family and Florencia decided to take greater control over her working life.

“I started a business called Elva marketing, a digital marketing agency which is still in full function, we have many clients around Australia we travel every week,” she said.

“Around the time that Mike retired, I had been introduced to a personal and life coach who had a mutual client to myself, and said ‘I really think you girls should meet, because you both have very complimentary skill sets, and are both very ambitious and I think you might gel well, and you don’t know what might happen’.

“We put it off for weeks, because she’s in Perth so it was going to be a Skype meeting, we were both super flat chat, we both had newborns, it was crazy with our own businesses and everything else that comes with family life. Eventually we decided to meet and one thing led to the next and immediately we knew that there was something there, that we could build something really powerful together.”

The challenges in getting that first meeting set in stone very much reflect what Florencia and her new business partner Anna Jonak, are trying to help break down for women with their new venture.

“[Anna] said to me ‘I’ve got this idea that I want to start these business courses for mums because I see so many of my clients who want to start a business but they don’t know how, and they don’t even know where to start.’ And she asked me if I wanted to come on the ride, on the journey with her, and I thought “yeah, why not?’.”

So the pair set out on creating a business course specifically for mums who are looking to re-start their careers, helping to support them in cultivating and bringing their own ideas to life by teaching them not just the important rules about starting their business, but about training them to get into a frame of mind which will set them on the path to success – Business School for Mums was born.

“One of the most predominant challenges would be the mindset element around a lack of confidence, feeling overwhelmed, not knowing how to manage their time efficiently to get it all done. Managing a family in itself can be really time consuming, particularly for some of our students who have upwards of three kids and then running a business on top of that, it seems next to impossible,” she said.

“One of our biggest points of difference to any other business course out there is that we do so much on mindset. For mums in particular who are struggling with so many things, I think that’s the biggest gain that they experience on the course; it all starts with that mindset, and when they realise they can unlock the power of their mindset, they’re unstoppable.”

And the course seems to be resonating with testimonials from women who have already begun to see the benefits in their own business careers.

“We’ve had hundreds of students on now from all over the world, and it’s growing exceptionally fast – we get new students every day, and the feedback around the course has been phenomenal. We’re already starting to see women take their business to the next level – it’s been incredibly fulfilling,” she said.

With the success of the program already evident in Australia, there are already plans to expand internationally.

“At the moment we’re basically laying out the foundations and working out what we need from a business stand point to be able to launch into the US. So the US is next on the cards, and then it’ll be the UK and Canada,” she said.

“The US will be a really great pilot for us –we have already had some American students come on the course and it’s really exciting.”

Find out more about Business School for Mums on their website. Florencia and Anna also discussed their rules for business on Studio10, which can be seen here.

Mentalité & Mamans : Libérer le potentiel

Lorsque Florencia Pyke est arrivée en Australie, son chum d’alors qui venait tenter sa chance avec les Sydney Swans, lui a dit de ne pas trop s’attacher au pays.

“ Nous étions venus pour une période d’essai, déclare Florencia, et Mike m’a invité très explicitement à ne pas m’emballer et à n’emporter qu’un petit sac de voyage.’

“Ce que je  regrette à présent parce qu’on n’est jamais retournés en France, notre pays de base lorsque Mike jouait au rugby, et toutes mes affaires sont encore dans la cave de quelqu’un.”

Huit années plus tard, et désormais mariée avec Mike qui s’est forgé une carrière avec les Swans et vient de remporter le Championnat AFL (le premier Canadien à pénétrer le jeu au niveau professionnel), bien que tous deux originaires de Victoria en Colombie Britannique, ils sont toujours à Sydney avec leurs deux jeunes enfants. Et si depuis leur arrivée la carrière de Mike  a progressé régulièrement  malgré quelques d’obstacles, ce n’a pas été le cas pour Florencia.

Et elle ajoute : “Nous ne sommes pas venus avec un Visa 457 mais avec un visa spécial pour sportifs qui ne me donnait pas le droit de travailler.

“Je me suis donc entraînée pour le demi marathon afin de m’occuper, et j’ai fait la cuisine, et j’ai essayé de me faire des amies et j’ai découvert la ville. Je me suis inscrite pour faire un Masters à l’Université de Technologie de Sydney, un Master commercial et jusqu’à ce que je puisse travailler c’est tout ce que j’ai fait.”

Quand Florencia a finalement obtenu l’autorisation de travailler, elle a déniché une opportunité exceptionnelle de joindre la Compagnie Abuzz, une compagnie qui vend des bornes interactives dans Sydney.

“Ce fut vraiment une excellente opportunité pour moi, dit-elle, l’environnement de cette compagnie est magnifique, et très accueillant, ce dont j’avais absolument besoin parce que je ne connaissais pas grand’ monde sur Sydney. C’est devenue comme une seconde famille, je me sentais privilégiée de profiter d’une telle opportunité et cela m’a donné une plateforme qui m’a permis de signifier mon expérience locale.”

Puis après quatre années avec AMP organisant en Australie une équipe événementielle, les Pyke ont formé une famille et Florencia a décidé de prendre mieux en mains sa vie professionnelle.

“J’ai, dit-elle, démarré une entreprise appelée Elva Marketing, une agence commerciale numérique toujours opérationnelle, nous avons de nombreux clients dans toute l’Australie, nous nous déplaçons chaque semaine. ”

“Lorsque Mike a pris sa retraite, on m’a présenté un coach personnel et de vie avec qui nous partagions un client qui m’a dit : ‘toutes les deux vous devriez entrer en contact, vous possédez des talents complémentaires, vous êtes toutes les deux très ambitieuses, et je pense que vous allez vous entendre à merveille, vous pourriez être surprises.’

“On a reporté la rencontre pendant plusieurs semaines, parce qu’elle est à Perth et que ça devrait se faire par Skype, on était toutes deux engagées à fond, on avait toutes deux des nouveau-nés, nos entreprises et tout ce qui vient avec la vie de famille, c’était fou. On a finalement décidé de se rencontrer  et une chose menant à une autre, on a toutes deux senti immédiatement  que le courant passait, qu’on pourrait ensemble démarrer quelque chose de très fort.”

Les obstacles rencontrés pour organiser cette première rencontre sont le reflet de ce que Florencia et sa nouvelle partenaire commerciale, Anna Jonak, essaient de surmonter pour les femmes responsables d’un nouveau projet.

“[Anna] m’a dit : ‘J’ai cette idée, je veux démarrer des formations commerciales pour les mamans parce que je vois tellement de mes clientes qui veulent se lancer dans une entreprise, mais ne savent pas comment s’y prendre, et même tout simplement par où commencer.’ Et elle m’a demandé si je voulais l’accompagner dans cette aventure, et je me suis dit: “oui, pourquoi pas?’.”

Et c’est comme cela que toutes les deux se sont lancées dans la création d’une formation commerciale spécifiquement destinée aux femmes désireuses de relancer leur carrière, en les aidant à projeter leur idées et à leur donner vie en leur apprenant non seulement les règles nécessaires pour le lancement d’une entreprise, mais aussi en formant  leur état d’esprit pour qu’elles réussissent : L’école commerciale des mamans a ainsi vu le jour.

“L’un des défis les plus sérieux c’est le côté psychologique d’un manque de confiance, se sentir débordée, ne pas savoir gérer son temps avec efficacité pour parvenir à ses fins. S’occuper d’une famille peut en soi prendre énormément de temps, ajoute-t-elle, en particulier pour celles de nos étudiantes qui peuvent avoir jusqu’à trois enfants et qui, en plus de cela, gèrent une entreprise, ça peut paraître insurmontable. ”

“L’une de nos principales différences avec toute autre formation commerciale, c’est qu’on est concentrées sur l’état d’esprit. Pour les mamans qui sont confrontées par tant de problèmes,    c’est je crois la première récompense de cette formation ; tout commence avec l’état d’esprit et quand elles comprennent qu’elles peuvent surmonter leur blocus psychologique, on ne peut plus les arrêter.”

Et cette formation reçoit les témoignages de femmes qui ont déjà commencé à comprendre les bénéfices récoltés dans leur propre carrière commerciale.

“Nous avons maintenant des centaines d’étudiantes originaires du monde entier, dit-elle, et leur nombre ne fait que s’accroître. On inscrit chaque jour de nouvelles étudiantes et le retour sur la formation est prodigieux. On commence à voir des femmes porter leur entreprise au niveau supérieur, c’est très gratifiant.”

Le succès de ce programme est déjà tellement évident en Australie qu’elles projettent de l’étendre sur la scène internationale.

“Pour le moment, déclare-t-elle, nous nous contentons d’ériger les fondations et nous réfléchissons à ce qui est nécessaire pour un possible lancement commercial aux États-Unis. Les États-Unis sont notre prochaine étape, puis ce sera le Royaume-Uni et le Canada.”

“Les États-Unis sont notre baromètre, nous avons eu des étudiantes américaines dans notre formation et c’est vraiment passionnant.”

Pour en savoir plus sur la ‘Business School for Mums’, consultez leur site. Florencia et Anna présentent également leurs règles pour entreprises sur Studio 10 à l’adresse suivante