Dashan: The most famous Canadian you’ve never heard of

Over his nearly three decades as a entertainer, Canadian comedian Mark Rowswell has performed in front of television audiences of up to a billion people at a time, yet many Canadians would never have heard his name. That’s because Roswell – and in particular his character Dashan – has become the ‘most famous Westerner in China’, and performs entirely in Mandarin.

The hugely successful comic is in Australia for the first time to bring his show to the Melbourne and Sydney Comedy Festivals, and Rowswell said he was excited about the opportunity.

“The trip to Australia is not just another couple of performances for me, this is really a significant thing because for me this is the first time I’ve been able to bring my own show, my own production and the east-meets-west thing – it’s one thing to do it in China, where I’ve had my career, it’s another thing to do it in Canada which is my turf, but to come to a third country and do it, I think that’s a whole different dimension,” he told Canada Down Under.

“The Melbourne International Comedy Festival is a big deal, and each time it’s a performance to 500 or more people, so it’s a good size theatre. For both Melbourne and Sydney, it’s the first time that the local comedy festivals have ever done a proper Chinese show on the big stage.”

While foreigners appearing on television in China are no longer a rarity, none have reached the fame achieved by Rowswell, originally from Ottawa. Appearances on the CCTV New Year’s Gala, which attracts up to one billion viewers have gained his character Dashan wide recognition around the country, bringing with it high praise for his command of the language.

Rowswell says, however, any praise directed at him for being a language genius in general is off the mark.

“When people say I have a gift for languages or that I’m some kind of model linguist or something, I always tell them I studied French for nine years in middle school and high school in Canada and I couldn’t speak French to save my life unfortunately, and that’s sad to say as a Canadian,” he explained.

And it was a chance introduction to Chinese that ended up sparking an interest that has led to his phenomenally successful career.

“I was in Ottawa and the summer after High School was working in a camera store and just met a friend there, a Chinese Canadian, who started to teach me a few words on the side, just bored at work and started to do that for fun,” he said.

“I went to the University of Toronto, just to do a general arts degree and had this curiosity in Chinese so just decided to take a course for fun, and that led to a major and it sort of just grew from there.”

From that major at the University of Toronto, Rowswell moved his studies in China, receiving a full scholarship in Chinese language studies at Peking University. It was here that his transition into entertainment began.
“The first performances happened by chance – I’d arrived at the University and I was in independent studies, so I wasn’t tied to any courses, and this opportunity came to appear on a TV show and it’s one of those things you do when you’re travelling abroad, you do crazy things that you’d never do at home, and one thing led to the next, and for whatever reason I hit the sweet spot there,” he said.

“I did a little skit that left a deep impression – I always say these were the Ed Sullivan days of Chinese television – all you had to do was have this one star appearance and absolutely everybody was watching the same program, unlike the diverse media environment of today.

“It gave me the chance to really get into the country by travelling around with these other performers and continuing with the initial success I had on television – I did that for two or three years before I really started to take it seriously and think maybe I can turn this into a career.”

While comedy has been at the forefront of Rowswell’s career, at its heart has been a desire to create a bridge between cultures, and act as something of a cultural ambassador, both for Canada and for China.

“I really felt it was a stepping stone to something else; I didn’t plan on being a professional comedian,” He explained.

“One of the things I tried to do was to become more of a cultural ambassador, to use that cliché. I tried to, instead of just being funny, work out somehow to represent an east-meets-west kind of theme. So I developed this reputation less of a comedian and more of a cultural ambassador – the two peak events for that really were the 2008 Olympics in Beijing where I was the Team Attaché, and then Commissioner General for Expo2010 in Shanghai.”

As a foreigner in China, his comedy though has reached astonishing heights. His studies in the Chinese comedic practice of Crosstalk – a Vaudevillian-style of comedy performance – have seen him included in what is known as the “9th generation” – the first foreigner to achieve such an honour. Recent years, however, have seen him focus more on a western-style of stand-up comedy, creating something of a hybrid mix of the two.

“I see it as a culmination of the 34 years I’ve been learning Chinese, bringing it together to have my own show, and to take it on tour where I’m the producer,” he said.

Rowswell says bringing the show on tour is an effort to break down cultural barriers and transcend culture – something that hasn’t been easy to do.

“It’s really not important whether I’m a westerner or I’m Chinese, I’m just a guy, I’m a performer, I’m an individual – I try to get away from having everything labelled just according to your nationality which frankly is almost impossible in China, that’s very much the way they see the world, you belong to your country everywhere you go, and I try to get beyond that a little bit,” he said.

“If you’re going to be a bridge between cultures, Chinese always like to talk about these cultural bridges, bridges tend to go both ways, you don’t have a bridge that just goes one direction and so I have made an effort to work both ways.”

Dashan: Le Canadien le plus célèbre dont vous n’avez jamais entendu parler.

Artiste depuis près de trente années, le comédien canadien Mark Rowswell est apparu à la télévision devant un public d’un milliard de spectateurs à chaque fois, et pourtant de nombreux Canadiens n’ont jamais entendu son nom. Pour une raison toute simple : Rowswell et son personnage Dashan  sont ‘les occidentaux les plus célèbres en Chine’ qui ne performent qu’en mandarin.

Ce comédien au succès énorme est en Australie pour la première fois présentant son spectacle aux deux Festivals de comédie de Melbourne et de Sydney, et Rowswell se dit très emballé par une telle opportunité.

“Ce voyage en Australie , déclare-t-il à Canada Down Under, ne représente pas pour moi qu’une ou deux performances supplémentaires, il revêt vraiment une importance pour moi parce que c’est la première fois  que je peux présenter mon propre spectacle, ma propre production et le truc  ‘rencontre entre est et ouest’, parce que c’est très bien de le faire en Chine, où j’ai fait ma carrière, c’est autre chose de le présenter au Canada sur mon propre terrain, mais là venir en pays tiers pour le faire, ça prend une toute autre dimension.”

“Le Festival de comédie international de Melbourne c’est énorme, à chaque fois c’est une performance pour 500 spectateurs ou plus, c’est un théâtre de bonne dimension.  En ce qui concerne Melbourne et Sydney  c’est la première fois que des festivals de comédie locaux présentent un spectacle absolument chinois sur une grande scène.”

Bien que ce ne soit plus rare de voir des étrangers apparaître à la télévision chinoise, aucun d’entre eux n’a atteint la célébrité de Rowswell, qui est originaire d’ Ottawa. Sa participation au Gala de Nouvel An de CCTV, suivi par près d’un  milliard de spectateurs a donné à son personnage de Dashan la renommée dans tout le pays, célébrant en même temps sa maîtrise de la langue.

Pour Rowswell cependant, toute louange le présentant comme un génie linguistique est souvent bien exagérée.

“Lorsque les gens déclarent que j’ai un don pour les langues, nous explique-t-il, ou que je suis un linguiste modèle, je leur réponds toujours que j’ai étudié le français pendant neuf  ans à l’école secondaire au Canada  et que malheureusement je n’aurais jamais assez de français pour appeler au secours,  et que pour un Canadien c’est bien triste.”

Et c’est une introduction au chinois par hasard qui a stimulé son intérêt et a plus tard conduit au succès phénoménal de sa carrière.

“J’étais à Ottawa, dit-il, un été à la fin de l’école et je travaillais dans un magasin d’appareils photos, et là je rencontre un ami, un Canadien chinois qui commence à m’apprendre quelques mots juste pour le plaisir de rompre un peu l’ennui du travail.”

“Je suis allé à l’Université de Toronto  pour y préparer un diplôme d’arts et je me suis intéressé au chinois, alors je me suis inscrit juste  par  plaisir, ça c’est terminé par une majeure, et de là tout a suivi.”

Avec cette majeure de l’Université de Toronto, Rowswell a continué ses études en Chine, ayant reçu une bourse d’études en langue chinoise de l’Université de Pékin. C’est là que sa transition vers le spectacle a commencé.
“Les premières performances sont arrivées par hasard, dit-il, je venais d’arriver à l’Université pour commencer des études indépendantes, je n’étais donc contraint par aucun cours, et j’ai eu cette chance d’apparaître dans un programme télévisé, c’est une de ces choses qu’on fait sur un coup de tête quand on voyage, et qu’on ne ferait jamais chez soi, et puis une chose menant à une autre, pour une raison quelconque j’ai percé.   ”

“J’ai fait un petit sketch qui a fait bonne impression, je dis toujours que c’était la période Ed Sullivan de la télévision chinoise, tout ce qu’il fallait faire c’était d’offrir une belle performance  à tout ce monde qui regardait le même programme, c’est bien différent de l’environnement actuel  aux médias diversifiés.

“Cela m’a donné la chance de vraiment pénétrer le pays en voyageant partout en compagnie d’autres artistes, et de capitaliser sur le succès initial que j’avais eu à la télévision, j’ai fait ça pendant deux ou trois ans avant  de me lancer sérieusement, et de me dire que peut être c’était ma chance d’en faire une carrière.”

Bien que la comédie ait été au premier plan de la carrière de Rowswell, dans son cœur il voulait ériger un pont entre les cultures et agir en quelque sorte comme un  ambassadeur culturel, pour le Canada comme pour la Chine.

“Je l’ai vraiment ressenti comme un marchepied vers quelque chose d’autre, explique-t-il, je n’envisageais pas de devenir un comédien professionnel. ”

“L’une des choses que j’ai essayée de faire c’est de devenir comme un ambassadeur culturel, pour utiliser ce cliché. Au lieu d’être tout simplement drôle, j’ai essayé en quelque sorte de présenter quelque chose sur le thème de la rencontre entre l’est et l’ouest. C’est comme cela que j’ai développé cette réputation plus d’un ambassadeur culturel que d’un simple comédien: les deux principaux événements en ce sens ont été les Jeux Olympiques de Beijing en 2008, où j’étais l’Attaché de l’équipe, et puis Commissaire Général d’Expo 2010 à Shangai.”

En tant qu’étranger en Chine, sa comédie a cependant atteint des plafonds incroyables. Ses études dans le style de comédie chinoise appelé Crosstalk, une performance du style Vaudeville, ont conduit à ce qu’il soit inclus dans ce qu’on appelle “la 9ème génération”, le premier étranger à recevoir  ainsi un tel honneur. Récemment pourtant, il s’est plus concentré sur un style de stand-up occidental, créant quelque chose qui soit un mélange hybride des deux.

“Je le vois, dit-il,  comme la culmination de 34 ans d’apprentissage du chinois, l’incorporant dans mon propre spectacle, et le présentant en tournée dont je suis le producteur.”

Pour Rowswell, présenter ce spectacle en tournée c’est un effort pour briser les barrières culturelles et faire transcender la culture, quelque chose qui n’a pas été des plus simples à accomplir..

“Cela n’a vraiment aucune importance, dit-il,  si je suis occidental ou Chinois, je suis juste quelqu’un, un artiste, un individu. J’essaie de m’écarter de ce tout ce qui est étiqueté selon notre nationalité, ce qui est pratiquement impossible en Chine, c’est très certainement la façon dont ils voient le monde, on appartient à son pays où qu’on aille, et j’essaie de dépasser un peu tout cela.”

“Lorsqu’on veut être un pont entre des cultures, les Chinois ont toujours tendance à vouloir parler de ces ponts culturels, les ponts vont dans les deux sens, on n’a pas de pont qui va dans une seule direction, et donc il faut faire l’effort de travailler dans les deux sens.”