Hockey and Canada – a perfect pairing

It seems entirely fitting for Canada to be celebrating such a significant event in 2017, its 150th anniversary of confederation, with a similarly important milestone for its national pastime.

This year celebrates 100 years of the National Hockey League, and 125 years of the Stanley Cup, and no one could argue the significance of what hockey has meant to Canada over that time and beyond.

In what has become an annual spectacle, the StopConcussions Foundation, in association with Brain Injury Australia, brought Team Canada and Team USA down under to give sports-mad Australians a taste of one of the greatest rivalries in sport.

This year, games were played in Melbourne and Sydney, including some integration with the growing Australian Ice Hockey League for showcase events, as well as junior participation and fundraising for the important causes.

Founder of StopConcussions and former professional hockey player Kerry Goulet, who has been the driving force behind bringing the games to Australia, says it was an opportunity for Australians to experience a game that could be new to them and admire some extraordinary talented athletes.

“I think what you see is it’s a sport that passionate – blood, sweat and tears – all done on blades of steel, guys moving at 30km an hour with a skill level that’s beyond any other athlete when you think about it,” he said.

“It’s about taking those abilities – pass, shoot, hit – all into a motion with a pair of steel blades, I think that’s what makes it intriguing to people and in Canada we have the weather, the temperament, the infrastructure – Toronto has 300 indoor rinks, in Melbourne you’ve got two.”

That lack of infrastructure in Australian arenas capable of hosting the massive crowds drawn to the games has been logistically challenging for the organisers, with expectations from players and crowds alike that the conditions be conducive for world-class hockey.

“It takes six containers of equipment to come both from Holland, who make some of the best ice, and out of North America comes the Zamboni and the actual rink itself – that takes four weeks to cross the ocean,” Goulet explained.

“Once it gets here it takes a crew of twenty to put it together, takes three days, 80,000 litres of water and a massive logistical team to make sure it’s ready so that these pro-athletes can come and entertain the crowds.

“We also realise the ice has to be at a standard that they’re capable of playing and safe, so that’s why I think it is remarkable that we transform a typical concert hall into an ice rink that you would see at Madison Square Garden or the Air Canada Centre in Toronto, it’s an amazing thing.”

Along with showcasing the sport, the purpose of the tour is to draw attention to an issue that has been gaining widespread attention and research globally in recent years – concussion in sport.

Goulet says it’s important that players start to consider the ramifications of injuries while they’re playing, rather than just after they’ve retired, when the damage is likely already done. He aims to educate players and officials about removing some of the bravado that comes with professional sport in order to protect its greatest assets.

“Back when I was playing in 1980 I had a chance to go to Germany and play as a pro-player – you always wanted to continue to play, it was ingrained in us to play through the pain, suck it up, win at all costs, and that was one of the reasons why players sustain concussions, because they continue playing on through it,” he said.

“That’s what happened to me, and I realised we had to do something about it, so after my playing career was done, I knew that we had to educate ourselves to protect ourselves from ourselves, and that’s basically how StopConcussions was formed.”

Canadian-born Scott Hannan played over a thousand NHL games, predominantly with the San Jose Sharks, and took the captaincy of Team USA for the exhibition series, says the rise in coverage and research into concussion is being noticed by professional players, but needed to be taken into consideration by parents and coaches at younger levels.

“It wasn’t something that was thought about much in my younger career, you wanted to get back out there on the ice, but I think with the awareness that these types of things bring to that, now being a father and having two young kids, it does worry you,” he said.

“You look at what has happened some of the players that have retired and you see the pain some families are in due to it, so any type of awareness, especially through youth hockey and getting parents aware – I think when we were growing up, you get a ding to the head and it was just ‘hey toughen it up and get back out there’, now we know this is a serious situation that can affect you long term, and any type of awareness is important.”

Stanley Cup-winner with the Carolina Hurricanes and captain of Team Canada, Mike Commodore, agreed that concussions were only something he began to think about after his career.

“I wouldn’t say I thought about it a whole lot when I was playing, but now that I’m retired and with the NFL and the coverage that has got, it has a trickle-down effect. You hear stories about guys having a hard time, now that I’m done playing I guess I think about it more,” he said.

“I was fortunate, I never got a concussion, so I should be good that way but it’s definitely scary, guys struggle when they’re done, some struggle more than others, and there definitely needs to be awareness raised.”

Named one of the 100 greatest NHL players of all-time, Daryl Sittler joined the tour as coach of Team Canada, and says he played in a different time, with player protection improving in the modern era through better equipment.

“I played 15 [NHL seasons], seven of them I didn’t wear a helmet, then I saw someone get hurt fairly badly and I had a couple of kids at the time, and I thought maybe I should put one on to protect myself,” he said.

“The game’s fast, the equipment’s very hard, and you’re in a confined area – concussions happen, you try to protect yourself as much as you can with the best hockey equipment, the best helmets you can wear, and even now, most players wear the visors to protect their eyes, back when I played nobody wore a visor.”

Both Commodore and Hannan joined the Ice Hockey Challenge in Australia having already retired from their professional careers in North America having reached great heights including representing Canada, but the opportunity to come to Australia to grow the game and support StopConcussions and Brain Injury Australia was enough to bring them back to the ice.

“I think it’s extremely important, with how much joy the game has given me and my family,” Hannan said of developing the game.

“Growing up with it, I think any time you can show another country, another people that type of game and see how much joy they see in it, I mean we’ve seen that since we’ve been here, the two games we’ve played, the joy that it’s brought to the fans, seeing how excited they get with it, it gets us pretty excited too.”

Commodore has a history of working with charity throughout his career, including shaving his hair in support of the Jimmy V Foundation for cancer research after the Hurricanes finals campaigns, and agreed it was important to give back beyond simply playing the game.

“Once I kind of established myself in the NHL in Carolina and Columbus, I tried to do something, whether it was stuff for cancer – in Columbus I did some stuff for autism,” he said.

“It took a lot of hard work to get where I got, but at the same time you have to be very fortunate also – there’s a lot of luck that goes into it so if you have the opportunity to give back I think that’s important.”

Being able to attract high-level hockey names to Australia, like Commodore, Hannan, Sittler and Team USA coach (but Canadian-born) Dave “Tiger” Williams”, has helped draw both Australians new to the sport, but also Canadian and American expats who have been missing the game at the highest level during their time in Australia.

“I think for the people in Australia sometimes because you’re not close to the game [at the highest level], you watch it on TV, you kind of forget some of those former stars,” Goulet said.

“This year we were honoured to have Darryl Sittler, one of the top 100 players of all time in the National Hockey League, also scored a dramatic goal for Canada in 1976, he put his hand up, and then we had Dave “Tiger” Williams, one of the all-time characters of the National Hockey League, 3966 penalty minutes, tough, rough, but an ambassador of the sport and Canada.”

And it hasn’t just been former stars who have been attracted to the Australian tour. Over the past few years, some of the players have gone on to be some of the NHL’s biggest names.

“We’ve had some had some pretty big stars; Brent Burns was here, just named Norris Trophy winner for this year, Ben Scrivins last year, and of course Scott Darling,” he said.

“It’s growing, guys are understanding the experience in Australia, and of course we’re playing in front of thousands of enthusiastic ice hockey fans.”

Sittler hopes the enthusiasm that’s seen in the crowds will translate into more young people adopting the game – because once they start they won’t be able to give it up.

“Obviously Australia is a country that is very sports minded with footy, soccer, rugby and all the other sports you play, so hockey has been slow growing because of that,” he said.

“But any kid that plays hockey, it’s a fun sport, once you start, you love the game and you’ve got beautiful facilities here, so hopefully the game will continue to grow.”

The opportunity to come to Australia for the first time to share the game that he loves in such a significant year for his country and the sport that means so much to that country was  clearly important to him.

“In Canada, most kids when they grow up, they want to be a hockey player, most parents their social life in the winter time is taking their kids to the rink, following their kids around,” he said.

“Being the 100th anniversary of the NHL, it’s the 100th anniversary of the Toronto Maple Leafs, and the 150th anniversary of our country, there’s lots to celebrate for sure.”

Le hockey et le Canada: une parfaite association

Il semble fort à propos pour le Canada de célébrer un tel évènement majeur  en 2017 que le 150e anniversaire de la Confédération en même temps qu’un moment phare de son passe-temps national.

Cette année fête les 100 années de la Ligue nationale de hockey, et les 125 ans de la Coupe Stanley et personne n’oserait nier l’importance du hockey pour le Canada pendant cette période et bien au-delà.

Pour un spectacle désormais annuel, la Fondation Stop Concussions, en association avec Brain Injury Australia, ont invité Team Canada et Team USA en Australie pour offrir aux Australiens fous de sports un aperçu de ce qui est l’une des plus grandes compétitions sportives.

Cette année, les matches se jouent à Melbourne et Sydney, avec une représentation  de la grandissante Ligue australienne de hockey sur glace ainsi qu’une participation junior et des levées de fonds pour des importantes causes.

Pour Kerry Goulet, fondateur de Stop Concussions et ancien joueur professionnel de hockey, l’élément moteur de l’introduction de ces matches en Australie,  c’est une opportunité offerte aux Australiens de faire l’expérience d’un sport qui pourrait être nouveau pour eux et d’admirer par la même occasion quelques-uns de ces athlètes extraordinaires et talentueux.

“Je pense, dit-il,  qu’on voit que c’est un sport de passionné, ‘du sang et des larmes’  tout cela sur des lames en acier, des gars qui évoluent à 30km/h avec un talent qui dépasse celui des autres athlètes  quand on y pense. ”

“Passer, tirer, marquer : tout est question d’utiliser ces aptitudes toujours en mouvement sur une paire de lames en acier, je pense que c’est ce qui attire les gens et au Canada on a la météo, le caractère, l’infrastructure.  À Toronto on a 300 patinoires, ici à Melbourne deux.”

Ce manque d’infrastructure en Australie dans les stades  ayant la capacité d’accueillir les grandes foules attirées par ce sport, c’est un challenge logistique pour les organisateurs, les joueurs et les spectateurs s’attendant à ce que les conditions soient optimales pour un hockey de classe internationale.

Et Goulet d’expliquer : “Il faut six conteneurs d’équipement pour faire venir  la glace de Hollande, là où la meilleure glace est produite, et d’Amérique du Nord  d’où viennent les surfaceuses Zamboni  et la patinoire elle-même, soit quatre semaines de bateau pour traverser les océans.”

“Une fois sur place, il faut une équipe de vingt personnes pour tout installer, trois jours de travail,         80 000 litres d’eau et une équipe logistique énorme pour s’assurer que tout est prêt pour recevoir les athlètes pros et assurer le spectacle.

“On a aussi compris qu’il fallait que la glace doit être d’une qualité qui permette aux joueurs de jouer en toute sécurité, c’est pourquoi je pense que c’est vraiment remarquable de transformer une salle de concert en patinoire telle qu’on pourrait voir à Madison Square Garden ou au Centre Air Canada de Toronto, c’est tout simplement génial .”

En plus de présenter le sport au public, l’objectif de cette tournée est d’attirer l’attention sur une question qui a récemment retenu l’attention et intéressé  la recherche à grande échelle : celle de la commotion cérébrale dans les épreuves sportives.

Pour Goulet, il est important que les joueurs commencent à comprendre les conséquences des blessures sportives, plutôt que d’attendre le moment de leur retraite, quand les dégâts  ont été faits.  Il veut éduquer les joueurs et les officiels  afin que soient éliminés les excès de bravoure inhérents au sport professionnel afin de protéger ses meilleurs atouts.

“Quand je jouais dans les années 1980, dit-il, j’ai eu la chance de jouer en Allemagne comme joueur professionnel, on ne voulait  jamais s’arrêter de jouer, c’était enraciné en nous, il fallait jouer malgré la douleur, se reprendre, gagner à tout prix, et c’est une des raisons pour laquelle les joueurs sont victimes de commotions cérébrales : parce qu’ils continuent de jouer malgré tout.”

“C’est ce qui m’est arrivé, et j’ai compris qu’il fallait que je fasse quelque chose, alors lorsque ma carrière a été finie, j’ai compris qu’il fallait qu’on apprenne à se protéger  de nous-mêmes, et c’est comme ça qu’est né StopConcussions.”

Né au Canada, Scott Hannan a joué plus d’un millier de matches de la LNH, principalement avec les Sharks de San Jose, il est  ensuite devenu capitaine de Team USA pour la série d’exhibitions, et selon lui on a noté parmi les joueurs professionnels la prise de conscience et l’intérêt de  la recherche sur les commotions, mais cela doit être pris en compte par les parents et les entraîneurs au niveau junior.

“Ce n’est pas quelque chose à laquelle on pensait au début de ma carrière, dit-il, on ne pensait qu’à retourner sur la glace, mais je pense qu’avec la prise de conscience des ramifications en aval, maintenant que je suis père de deux jeunes enfants, ça m’inquiète sérieusement.”

“On regarde ce qui est arrivé à certains de nos joueurs qui ont pris leur retraite et on voit la douleur des familles affectées, alors peu importe  quelle  prise de conscience, en particulier en ce qui concerne le hockey junior et l’avertissement aux parents;  je pense que quand on était jeunes et qu’on prenait un coup sur la tête, c’était du genre:  ‘allez ça ira, reprends-toi et retournes-y’, maintenant on sait que c’est sérieux et que ça peut nous affecter sur le long terme, alors toute prise de conscience est cruciale.”

Vainqueur de la Coupe Stanley avec les Hurricanes de Carolina et capitaine de Team Canada, Mike Commodore est d’accord que les commotions c’est quelque chose auxquelles il n’a pensé qu’après que sa carrière soit finie.

“Je ne peux pas dire que j’y pensais beaucoup quand je jouais, dit-il, mais maintenant que je suis à la retraite et grâce à la LNH et à la couverture qu’on y donne, ça s’infiltre petit à petit. On entend les histoires des gars qui en souffrent et maintenant que je ne joue plus j’admets que j’y pense beaucoup plus.”

“J’ai eu de la chance, je n’ai jamais été victime de commotion cérébrale, je ne devrais donc pas m’inquiéter, mais c’est vraiment inquiétant, les gars luttent en fin de compte, certains plus que d’autres, et oui il faut absolument encourager les prises de conscience.”

Nommé l’un des 100 plus grands joueurs de la LNH de tous les temps, Daryl Sittler s’est joint à la tournée en tant qu’entraîneur de Team Canada. Il déclare qu’il a joué à une époque différente, depuis la protection des joueurs s’est améliorée avec le temps et du matériel de meilleure  qualité.

“J’ai joué dans 15 saisons de la LNH, dit-il, et dans sept d’entre elles je n’avais pas de casque, et puis j’ai vu quelqu’un blessé gravement, j’avais deux petits enfants à cette époque et je me suis dit que je devrais peut-être en mettre un pour me protéger. ”

“Le jeu est rapide, l’équipement très dur, et on est dans un endroit exigu : les commotions arrivent, on essaie de se protéger du mieux qu’on peut avec le meilleur matériel de hockey, les meilleurs casques, et maintenant aussi, la plupart des joueurs portent des visières pour se protéger les yeux, à mon époque personne ne portait de visière. ”

Commodore et  Hannan ont tous les deux rejoint le challenge hockey sur glace en Australie ayant pris leur retraite de joueurs  professionnels  en Amérique du Nord et ayant atteint les sommets  notamment en représentant le Canada, mais saisir l’opportunité de venir en Australie pour la promotion du sport et pour apporter leur soutien à StopConcussions et Brain Injury Australia cela a suffi  amplement pour les ramener à la glace.

“Je pense que la promotion de ce sport est extrêmement importante quand je considère tout le plaisir qu’il nous a donné à moi et ma famille, dit Hannan.”

“J’ai grandi avec lui, et je pense à chaque fois que je peux le présenter dans un autre pays, à d’autres gens et constater le plaisir qu’ils ont à y assister ; je l’ai vu de mes yeux depuis notre arrivée ici, les deux matches qu’on a joués,  la joie que ça a généré chez les fans, voir comment ils étaient excités, ça nous a excité nous aussi. ”

Commodore a travaillé avec des œuvres de charité pendant toute sa carrière, jusqu’à se raser la tête pour la Fondation Jimmy V pour financer la recherche sur le cancer à l’issue des  campagnes finales avec les Hurricanes,  et pour lui aussi il est important de donner bien au-delà de simplement jouer.

“Une fois installé dans la LNH à Carolina et Columbus, j’ai voulu accomplir quelque chose, dit-il, que ce soit pour le cancer, ou autre, à Colombus je me suis engagé avec l’autisme. ”

“Certes j’ai dû travailler dur pour y arriver, mais en même temps j’ai eu beaucoup de chance, il y a pas mal de facteur chance  dans le jeu, alors si on a l’occasion de partager je pense que c’est important.”

Pouvoir attirer en Australie des stars du hockey de haut niveau  comme Commodore, Hannan, Sittler et Dave “Tiger” Williams”, l’entraîneur de Team USA né au Canada, c’est ce qui a attiré les Australiens novices à ce sport,  mais aussi les expatriés canadiens et américains à qui ce sport manque à son plus haut niveau pendant leur séjour en Australie.

“Pour les gens en Australie qui sont loin du jeu (à son niveau le plus élevé) même s’ils le regardent à la télévision, je pense qu’on oublie les anciennes stars, déplore Goulet. ”

“Cette année nous avons l’honneur d’accueillir Darryl Sittler, l’un des 100 meilleurs joueurs de tous les temps  de la Ligue nationale de hockey, qui marqua un but décisif pour le Canada en 1976, et qui a accepté de venir, et puis Dave “Tiger” Williams, l’un des personnages éminents de de la Ligue nationale de hockey, 3966 minutes de pénalité, dur, dur, mais un véritable ambassadeur de ce sport et du Canada.”

Et ce ne sont pas seulement les anciens  héros qui ont été attirés par la tournée australienne. Récemment, certains des joueurs sont devenus les plus grands noms de la LNH.

“On a eu quelques- uns de ces super héros, dit-il, Brent Burns est venu,  qui vient juste d’être nommé vainqueur du trophée  Norris  de cette année, et Ben Scrivins l’an dernier, et bien sûr Scott Darling.”

“On grandit, les gars comprennent l’effet de l’expérience australienne, et bien sûr on joue devant des milliers de fans de hockey enthousiastes.”

Sittler espère que cet enthousiasme constaté chez les spectateurs entraînera plus de jeunes vers ce sport, parce qu’une fois lancés, ils ne voudront plus s’arrêter.

Bien évidemment l’Australie est un pays très porté sur le sport, dit-il, avec le football, le soccer et tous les autres sports pratiqués,  et la lancée du hockey en a un peu souffert. ”

“Mais pour tout gamin qui joue au hockey, c’est un sport fascinant, une fois qu’on a commencé, on aime le jeu et il y a des installations superbes ici, alors avec un peu de chance le sport continuera de grandir.”

Il était important pour lui de profiter de l’occasion de venir en Australie pour la première fois, de partager le sport qu’il aime, surtout en cette année significative pour son pays et pour ce sport qui a tant d’importance pour son pays.

“Au Canada, dit-il, la plupart des gamins veulent devenir des joueurs de hockey quand ils seront grands, et pour les parents une bonne part de leur vie sociale en hiver c’est d’emmener les gosses à la patinoire, et de patiner avec eux. ”

“Le 100e anniversaire de la LNH, le 100e anniversaire des Toronto Maple Leafs et le 150e anniversaire de notre pays, ça fait pas mal à célébrer, c’est sûr. ”