Invigorating Youth is the Key: Canada-Australia Indigenous Health & Wellness Roundtable 2016

The Canada-Australia Roundtable on Indigenous Health & Wellness in Canberra brought together experts to forge relationships, deeper understanding and develop potential collaboration between both nations.

Organised by the High Commission of Canada, the event, which ran from December 11th – 13th, encompassed a number of issues facing Indigenous communities in both Canada and Australia, including health services, mental health, data sovereignty and youth engagement amongst many others, as well as a screening of Canadian First Nations film Fire Song.

“We tried to steer it and plan the agenda in a way so it was going to be something meaningful – I think part of that just relies on the quality of people who come, and what they bring, but it is also partly about the framing of the discussion, so that we didn’t spend a day and a half talking about problems, and rather looked at the practical steps,” Gregory Phillips, CEO of ABSTARR Consulting and Associate Professor and Research Fellow at The Baker IDI Heart and Diabetes Institute, said.

“I think the roundtable came out with some very clear joint projects in practical terms, and also some very clear broader strategic direction that the two countries can continue to work on and learn from each other about. Data sovereignty, Indigenous models of measurement, having another look at the policy mechanisms that allow self-determination, how Indigenous governments partner with public health systems to get good outcomes, youth engagement and leadership.”

Phillips, an Indigenous Australian from the Waanyi and Jaru peoples, came into the Roundtable having had the opportunity to work both in Australia and Canada, which has given him the chance to reflect on the similarities between the Australian and Canadian Indigenous communities.

“Part of my Masters research was with First Nations communities in B.C., Alberta and national organisations in Ottawa around addiction, post-traumatic stress and healing,” he said.

“There are lots of similarities there in terms of both the history of colonisation and its impact, but more importantly lots of similarities with certain cultural values – linkages with earth, relationships with each other, sustainability, respect and love in family values – there’s certain values that I think are almost exactly the same across the oceans.”

Throughout the Roundtable, a particular focus for attendees was the importance of invigorating young Indigenous people – including them in the discussion and allowing them to shape the future of their communities. Phillips said there needs to be a focus on teaching the youth of today what has driven Indigenous communities of the past to be successful and resilient.

“Underneath all that pain and sadness there are still cultural models and values and governance systems that we can renew – it’s not establish or create because they’ve always been there, but let’s renew them, and bring them back strongly,” he said.

“From there we’ll get the seeds of how young people’s vision and leadership will help us change not only Aboriginal family structures and communities, but the broader society.”

Dr Michael Hart, Associate Professor and Canadian Research Chair in Indigenous Knowledges and Social Work at the University of Manitoba, agreed that a focus on teaching young Indigenous people traditional knowledge was vital in ensuring they had a sense of identity.

“They continue to face the same challenges we have, albeit in a different way and we need more people from my generation and older to be able to help them make those links between our historical ties with our ancestors, our culture, our values, because right now they’re forced to navigate the larger society without necessarily having all those supports in place,” he said.

“There’s so many [young Indigenous people in Canada], and they have a particularly unique voice because they haven’t faced residential school for example, whereas my family members, my peers, some of them have – I have not – but I have it all around me, so they have a different experience in terms of the colonial dynamic and we need to hear from them about their experiences and what they’re facing.”

Some of the issues faced by young Indigenous people are the same as non-Indigenous, but combined with the weight of other issues can be overwhelming.

Dameyon Bonson, a Mangarayi and Torres Strait Islander male, is a Kimberley based consultant and expert advisor in the prevention of Indigenous LGBTQI suicide. He says that there needs to be a greater focus on LGBTQI youth policy.

“Like racism, homophobia is a determinant of health, and known factor in suicide for LGBTI people. And like racism we know homophobia presents itself in a number of ways that can be quite overt or simply within structures,” he said.

“However, things are changing and the more people are aware of [LGBTQI Indigenous people] and that our issues, or least how they are responded to, need us at the table.”

The Roundtable was an opportunity for experts across both nations to collaborate on future projects that could benefit both countries, as well as gain valuable information on services provided to communities, and how to ensure Indigenous people are playing a role in their development.

“Right now, we are in a very exciting era where we want to build nation to nation relationships with Indigenous communities – we work with the motto ‘nothing about us, without us’, from the voice of Indigenous peoples, and so we’re very privileged to be part of that in order to help, enable and improve the health status of Indigenous people,” said Dr Tom Wong, Chief Medical Officer of Public Health and Executive Director of Population and Public Health – First Nations and Inuit Branch at Health Canada.

“We want to enable hope, meaning, purpose, belonging to communities, belonging to families, belonging to culture – working with the communities and other partners, including other government departments in the provinces and territories and in this context we are very interested to work with Australia because we share some of the challenges and opportunities,” he continued.

“I’d like very much to learn from Australian colleagues and Australian community members to see whether there are things that we can work together on, where we can learn from each other.”

Dr Wong said that while there are some clear similarities between the Australian and Canadian Indigenous communities, there were also some differences, particularly relating to environment.

“In Canada we have half of our First Nations communities living on reserves, with many of those communities in remote areas, the percentage of [Australian] Indigenous communities that are very remote is much less and also there’s less of a climate issue,” he said.

“A lot of our communities in Canada, unfortunately don’t have all-season road access, some of them are fly-in communities, and so from a delivery of public health and clinical services it’s an added challenge.”

With those differences, however, come opportunities in developing technologies and educational resources that could benefit both nations.

“There are opportunities in trying to promote, encourage, and enable young people to develop their career in health and social service sectors to enable better health for communities,” he said.

“We’re also interested in looking at using new technologies, like some kind of telemedicine and telerobotics in order to provide remote presence, so that in places where currently there’s not enough presence of health or community workers in the community perhaps one of the ways is that we can have some of those services provided remotely through telecommunications.”

Dr Jeff Reading has had the opportunity to look at the similarities between the two communities first hand. Now the Professor of Health Sciences as Simon Fraser University in British Columbia, and First Nations Health Authority Chair in Heart Health and Wellness at St Paul’s Hospital, he spent a year in Australia, with time in both Alice Springs and Melbourne, working in Global Indigenous Health. He agrees that focussing resources toward youth empowerment is key.

“If you’re looking to improve wellbeing, avoid illness downstream in life, and avoid the cost associated with all those things, you want to start early and get a bigger bang for your buck, so the notion of optimising trajectories and improving health and wellbeing, it has consequences for individuals – they get to lead more fulfilling lives, and also has consequences for the health care system,” he said.

“When people are active participants raising their families, paying their taxes, they’re happier and society’s happier, so those are the kinds of goals we’re looking for and we can’t do it without the perspectives of Indigenous youth, otherwise we’ll just go down a track that might make sense to us, but is not even going to get to first base with kids.”

Dr Reading said with the high calibre of people in attendance, the Roundtable was able to collaborate and reach high levels of conversation quickly.

“These meetings are always really great because the people have lots of advanced knowledge about Indigenous health, so there’s a lot of things that don’t have to be explained,” he said.

“We got to the point of being really creative about the intersection of ideas and making innovation come about immediately, so that was really good.”

His Excellency Paul Maddison, High Commissioner of Canada, agreed.

“I think with the calibre of the people who were in the room, we were able to attract some very passionate, experienced experts in Indigenous health issues from across Canada and across Australia and we were able to set a tone in the room of honest, open, respect-based, trust-based sharing, so we didn’t hold any punches back,” he said.

“It wasn’t just talking about deficits in Indigenous communities, it was about solutions, it was about celebrating some of the great things that are going on, the leadership that’s there now, and how we need to be better at sharing those stories and inspiring the non-Indigenous leadership in both of our countries so that we can make progress towards more contemporary power sharing arrangements, and really get serious about providing the resources that local communities need to develop their own Indigenous-delivered health community solutions.”

High Commissioner Maddison said invigorating young people was vital in ensuring a bright and healthy future for the Indigenous communities in Australia and Canada.

“We’re focussing on setting the young generation up for success,” he said.

“We want to set them up for success so that they can be the inspiration and the leaders of new modalities that will inspire and provide security and happiness and good health in the communities so that their children will emerge into a much more stable environment without racism, without deficit, where they can fully express their identities as Indigenous people in a modern world.”

Table ronde Canada –Australie 2016 sur la Santé et le Bien-être indigènes : la clé c’est de ré-énergiser la jeunesse

La table ronde Canada-Australie sur la Santé et le Bien-être indigènes a réuni à Canberra plusieurs spécialistes en vue de développer des liens, une meilleure compréhension et une collaboration potentielle entre les spécialistes des deux pays.

Organisé du 11 au 13 Décembre par le Haut-Commissariat du Canada, cet évènement  a couvert un certain nombre de questions qui se posent aux communautés indigènes du  Canada et d’Australie dans les domaines du service de la santé, de la santé mentale, la propriété des informations, l’engagement de la jeunesse entre autres sujets.

“Nous avons essayé de guider et de planifier l’ordre du jour pour qu’il soit significatif, je pense qu’en partie cela dépend des invités et de leur contribution, mais c’est aussi dépendant de l’orientation de la discussion, afin qu’on ne passe pas  la plus grande partie de la journée à évoquer les problèmes au lieu de considérer les étapes pratiques, c’est ce qu’a déclaré Gregory Phillips, PDG de ABSTARR Consulting, professeur associé  et chercheur à l’Institut Baker IDI sur le cœur et le diabète. ”

“Je pense que la table ronde a proposé quelques projets communs très limpides en termes pratiques, de même qu’une direction stratégique globale très transparente pour que les deux pays continuent de travailler ensemble et apprendre l’un de l’autre. La propriété des informations, système indigène de mesures, ayant réévalué les mécanismes politiques qui permettent l’auto-détermination, et assurent la collaboration des gouvernements indigènes avec les systèmes publics de santé afin d’obtenir de bons résultats, l’engagement de la jeunesse et un leadership.”

Phillips, un Aborigène australien des peuples Waanyi et Jaru, s’est joint à la table ronde après avoir eu l’opportunité de travailler à la fois en Australie et au Canada, ce qui lui a donné la chance de réfléchir aux similitudes entre les communautés indigènes australiennes et canadiennes.

“Une partie de ma recherche de doctorat, dit-il,  s’est  déroulée avec la communauté des Premières Nations de Colombie britannique, d’Alberta et avec d’autres organisations nationales à Ottawa dans les domaines de la toxicomanie, le stress post traumatique et les soins.”

“Il existe entre nous de nombreuses similitudes en ce qui concerne l’histoire coloniale et son impact, mais plus important il y a de nombreuses similitudes entre certaines valeurs culturelles: la relation avec la terre, les relations interpersonnelles, la durabilité, le respect et l’amour au sein des valeurs familiales, certaines de ces valeurs sont je crois exactement les mêmes des deux côtés de l’océan.”

Tout au long de la table ronde, les participants se sont particulièrement concentrés sur l’importance de la revitalisation de la jeunesse indigène, en les incluant dans les discussions et en leur permettant de mettre en forme l’avenir de leurs communautés. Pour Phillips, il est nécessaire de montrer à la jeunesse d’aujourd’hui ce qui a poussé les communautés indigènes précédentes vers la résilience et la réussite.

“Par-delà la douleur et la tristesse, ajoute-t-il, il y a encore des valeurs  et des modèles culturels, des systèmes de gouvernance qui peuvent être renouvelés, il ne s’agit pas de fabriquer ou de créer des systèmes déjà existants, mais d’apporter une rénovation et de leur redonner une force.”

“À partir de là, nous obtiendrons le ferment avec lequel  la vision et le leadership des jeunes nous aideront à changer non seulement les structures familiales et les communautés aborigènes, mais la société toute entière.”

Professeur associé et président de la recherche canadienne à l’université de Manitoba en Connaissances indigènes et Travail social, Dr Michael Hart reconnaît également que mettre l’accent sur l’enseignement des connaissances traditionnelles aux jeunes indigènes est essentiel pour leur assurer un sentiment d’identité.

“Ils sont, dit-il, toujours confrontés aux mêmes problèmes que nous, bien que sous une forme différente,  et nous avons besoin de plus de gens de ma génération et des précédentes pour les aider à établir ces liens entre notre relation historique avec nos ancêtres, notre culture, nos valeurs, parce qu’en ce moment ils sont forcés de naviguer  dans la société plus large sans avoir nécessairement tous les soutiens en place.”

“Ils sont si nombreux (les jeunes indigènes canadiens) et leur voix est particulièrement unique parce qu’ils n’ont pas eu d’école en résidence par exemple, alors que les membres de ma famille, mes collègues, y sont passés, pas moi, mais tout autour de moi, ils ont donc une expérience différente en ce qui concerne la dynamique coloniale et nous avons besoin de les entendre s’exprimer sur leur expérience et ce à quoi ils doivent faire face. ”

Cette table ronde a été l’occasion pour les spécialistes des deux pays, de collaborer sur de futurs projets dont les deux pays pourraient bénéficier, mais aussi d’obtenir des informations précieuses sur les services fournis aux communautés  et comment s’assurer que les peuples indigènes jouent un rôle dans leur développement.

“En ce moment, nous sommes dans une période très passionnante où nous voulons établir des relations bilatérales avec les communautés indigènes, nous travaillons avec la devise: ‘rien de ce qui nous concerne ne se fera sans nous’, par la voix des peuples indigènes, et nous avons le privilège d’en faire partie afin que nous puissions aider, faciliter et améliorer la santé des peuples indigènes.” C’est ce que déclare Dr Tom Wong, Directeur médical en chef de la Santé publique et Directeur exécutif de la Santé publique et Population, de la Branche Inuit et Premières Nations  à Santé Canada.

“Nous voulons, ajoute-t-il, favoriser l’espoir, la finalité, la volonté, l’appartenance à des communautés, l’appartenance à des familles, l’appartenance à une culture, en travaillant avec  les communautés  et d’autres partenaires, y compris les autres départements gouvernementaux dans les provinces et les territoires et dans ce contexte nous sommes très intéressés par une collaboration avec l’Australie parce que nous partageons certains défis et certaines opportunités.”

“J’aimerais beaucoup voir avec mes collègues australiens et des membres de la communauté australienne si il y a des domaines dans lesquels nous pouvons collaborer, où nous pouvons apprendre les uns des autres.”

Selon Dr Wong, bien q ‘il y ait des similitudes évidentes entre les communautés indigènes  australiennes et canadiennes, il y a aussi des différences en particulier en ce qui concerne l’environnement.

“Au Canada, dit-il, la moitié des communautés de nos Premières Nations vivent dans des réserves, beaucoup d’entre elles sont isolées géographiquement, tandis que le pourcentage des communautés indigènes australiennes vivant dans des régions isolées est moins important et la question du climat est moins importante. ”

“Au Canada malheureusement nombre de nos communautés ne sont pas accessibles par la route en toutes saisons,  certaines de ces communautés ne sont accessibles que par avion, ce qui est un défi supplémentaire pour la fourniture des services cliniques et de santé publique.”

Avec ces différences pourtant, vient l’opportunité de développer des technologies  et des ressources éducatives qui pourraient être bénéfiques aux deux pays.

“Il existe, dit-il,  des opportunités pour tenter de promouvoir, d’encourager, de permettre aux jeunes de se lancer dans une carrière dans les secteurs du service social et de la santé pour une meilleure santé des communautés.”

“Nous sommes aussi intéressés par l’utilisation de nouvelles technologies, comme la télémédecine, la télérobotique pour apporter une présence à distance afin que là où la présence des services de santé ou sociaux est insuffisante dans la communauté, une des  solutions est peut-être d’apporter ces services par la télécommunication.”

Dr Jeff Reading a eu la chance d’examiner sur le terrain les similitudes entre les deux communautés. Maintenant professeur des Sciences de la santé à l’université Simon Fraser en Colombie britannique, et président de l’Autorité de santé des Premières Nations dans le département Santé cardiaque et Bien-être de l’hôpital St Paul, il a passé une année en Australie,  entre Alice Springs et Melbourne, travaillant sur la santé indigène globale. Il reconnaît également l’importance de concentrer les ressources sur la responsabilisation de la jeunesse.

“Si on cherche, dit-il, à améliorer le bien-être, à éviter la maladie plus en aval dans la vie, et à éviter les coûts qui y sont associés, il faut commencer tôt et obtenir de meilleurs  rapports qualité-prix, alors la notion d’optimiser les objectifs  et améliorer la santé et le bien-être, cela entraîne des résultats sur les individus, qui vivront une vie plus enrichissante, et cela aura aussi des conséquences  sur le système de santé. ”

“Lorsque les gens sont des participants actifs qui élèvent une famille, paient leurs impôts, ils sont plus heureux et la société en est plus heureuse aussi, c’est donc  ce genre d’objectifs que nous visons et on ne peut y parvenir sans la perspective de la jeunesse indigène, autrement on va juste suivre une piste qui pourra nous sembler logique mais qui ne passera pas avec les jeunes.”

Pour Dr Reading, au vu de la qualité des personnes participantes,  la table ronde a pu engager la collaboration et atteindre très vite  un niveau élevé de conversation.

“Ces rencontres, dit-il, sont toujours intéressantes parce que les participants possèdent une connaissance approfondie sur  la santé indigène et il n’est pas nécessaire d’expliquer dans le détail nombre de concepts.”

“Nous en sommes arrivés à être vraiment créatifs dans le croisement des idées, et faciliter immédiatement  l’innovation, c’était vraiment très bien.”

Son Excellence Paul Maddison, Haut-Commissaire du Canada acquiesce.

“Je pense, dit-il, que vu la qualité des personnes présentes dans la salle, venues d’Australie et du Canada, nous avions invité des spécialistes passionnés et expérimentés sur les questions de la santé indigène, et nous avons pu ainsi instaurer dans la salle un échange honnête, ouvert, respectueux grâce auquel tout a pu être discuté sans retenue.”

“Il ne s’agissait pas de parler simplement de carences dans les communautés indigènes, il s’agissait de trouver des solutions, de faire l’éloge des grandes  choses accomplies, du leadership actuel, et de trouver comment partager encore mieux  ces histoires, et comment inspirer le leadership non-indigène  de nos deux pays pour que nous puissions progresser vers des accords plus contemporains de partage des pouvoirs, et prendre vraiment au sérieux la fourniture  des ressources dont les communautés locales ont besoin pour développer  leurs solutions proprement indigènes dans le domaine de la santé communautaire.”

Le Haut-Commissaire Maddison a déclaré que revitaliser la jeunesse est primordial pour assurer un avenir brillant et sain aux communautés indigènes d’Australie et du Canada.

“Notre accent se porte, dit-il,  sur la préparation des jeunes à la réussite.”

“Nous voulons les préparer à réussir pour qu’ils puissent être l’inspiration et les leaders  de nouveaux modèles  qui inspireront et apporteront sécurité, bonheur et bonne santé dans les communautés, afin que leurs enfants à leur tour grandissent  dans un environnement beaucoup plus stable, dénué de racisme, sans handicap,  où ils pourront pleinement exprimer leur identité en tant que peuple indigène dans un monde moderne.”