Shining a light on the Northwest Territories: Kirsten Carthew & The Sun at Midnight

For Kirsten Carthew, her first feature film The Sun at Midnight was an opportunity to show off more than just her skills as a writer, producer and director.

This was an opportunity to show the world the spectacular landscape, colours and beauty of Canada’s Northwest Territories – an area which has been hidden from the feature film world until now.

“I wanted to make the film because I love that part of the Northwest Territories, and I really wanted to show it and share it with other people, it’s so cinematic,” Carthew told Canada Down Under.

“This is first feature film from the Northwest Territories, and really it was just an amazing opportunity to make a film, supported by Telefilm Canada, which is the Government of Canada, as well as our territorial government and our partners with the Gwich’in Tribal Councils.”

Her film tells the story of an unexpected friendship between 16-year old runaway urban princess Lia, played by Devery Jacobs, and Gwich’in hunter Alfred, played by Duane Howard. With central themes of environment and indigenous rights, Carthew said it was vital she got support from the local community to make then film.

“That part of the Northwest Territories is on Gwich’in land, and I knew that I wouldn’t want to make a film if there wasn’t substantial and meaningful collaboration with the Gwich’in, so I approached them at the script stage and got a lot of feedback and we worked together developed the script and then they helped us fundraise – they’re a major funding partner,” she said.

“We were in a small community of 750 people – if people weren’t on board, you would have no helpfulness and in a very isolated, remote part of the world that’s very challenging.

“It was a really wonderful gift because our cast, except for our two leads, are local to the Northwest Territories, our Gwich’in characters for the most part are played by Gwich’in people, and they’re really proud of the film, they’re really proud to show their land.”

Taking on the colossal task of writing, producing and directing the film, Carthew and her team also faced a number of challenges throughout the shoot, not least due to the remote environment they were shooting in.

“We were all kind of working naively, because it is the first feature [set in the Northwest Territories], so nobody really knew what they were doing, so everybody was doing five jobs and didn’t complain,” she explained.

“I was billeted at somebodies house, other people were sleeping in tents at times – totally not normal – but we were able to make it work, we had great partners and a lot of people just working really hard to make it happen.”

The close knit environment provided opportunities for cast to bond, with the resulting chemistry visible on screen.

“The smallness of our production meant that we were always hanging out with each other, so there was a lot of together time, we were flying together, driving together, eating together,” she said.

“The real life relationship between the two actors should inform the on-screen life of the two characters, and I think it worked really well for them because of course an actor can do their job, but when people are thinking about chemistry, there’s a little extra something when you actually like the person and you don’t always have to fake and it feels like a meaningful experience.”

The environmental themes within the film are particularly important for Carthew, who has for a number of years been working with young people in the Northwest Territories to help them develop a stronger understanding and connection to the land, including starting up environmental stewardships.

“I’ve grown up travelling and grown up doing camping, we had a farm we’d go to on the weekends, and nature has always been a huge part of my lifestyle, and anytime I’ve travelled I’ve always felt very close to nature, I always felt accepted in a new country or a new city because I found a lake or a park or a mountain or something and I think that the relationship individuals have with nature is hugely important,” she said.

“When I moved around and was in the Northwest Territories, I saw a lot of young people, even though the expectation or the thought is that of course everyone here knows how to canoe, camp swim, do all this stuff, because we are living in just nature, but that isn’t actually the case for a lot of young people.

“Being out on the land has dangers and you need to know how to canoe a river, not just jump into it, and you need to know how to take care of yourself. I was particularly keen on working with young women because there has been a history of women being in a more traditional role, and not having what people are calling ‘survival skills’.”

She hopes the film will help to inspire young people to take the opportunity to explore and learn about their surroundings.

“I wanted to really show people how you can have positive risk taking by having really great outdoor adventures, going on canoe trips and camping, and just exploring the world locally, and having that become a part of your identity – because it is,” she said.

“There’s a line in the script where Alfred says basically your perception of the outside world is very much related to your perception of your interior world, and so in the story, and just in my experience with youth, I wanted people to see that the land around them is extraordinary – and that they are too.”

Kirsten Carthew’s film The Sun at Midnight featured at the Sydney Film Festival as port of this year’s ‘Focus on Canada’. Carthew was in Sydney thanks to the support of the Consulate General of Canada, Sydney.

Coup de projecteur sur les Territoires du Nord-Ouest: Kirsten Carthew & The Sun at Midnight (le soleil à minuit)

Pour  Kirsten Carthew, son premier long-métrage The Sun at Midnight est l’occasion de dévoiler bien plus que ses talents de scénariste, de productrice et de réalisatrice.

C’est l’occasion de présenter au monde les paysages spectaculaires, les couleurs et la beauté des Territoires du Nord-Ouest canadien : une région qui fut jusqu’à présent tenue à l’écart du monde cinématographique.

“Je voulais faire ce film, déclare Carthew à Canada Down Under, parce que j’adore cette région des Territoires du Nord-Ouest et je voulais vraiment la montrer et la partager avec d’autres gens, car elle est si cinématographique.”

“C’est le premier long-métrage des Territoires du Nord-Ouest, et de faire ce film c’est une occasion qu’on ne pouvait rater grâce au soutien de Téléfilm Canada, qui représente le Gouvernement canadien et de nos partenaires des Conseils tribaux Gwich’in.”

Son film raconte l’histoire d’une amitié inattendue entre Lia, jeune adolescente urbaine de 16 ans en cavale, interprétée par Devery Jacobs, et Alfred, chasseur Gwich’in interprété par Duane Howard. Plaçant au cœur du film l’environnement et les droits indigènes, pour Carthew  il était essentiel d’obtenir le soutien de la communauté locale pour faire le film.

“Cette partie des Territoires du Nord-Ouest, dit-elle,  se situe en terre Gwich’in et je savais que je ne voulais pas faire un film sans la collaboration effective et explicite des Gwich’in. Je leur ai donc proposé un scénario, et j’ai obtenu pas mal de retour, on a travaillé ensemble pour développer le scénario et puis, ils nous ont aidés avec le financement, parce qu’ils constituent l’un des principaux  partenaires financiers.”

“Nous étions dans une petite communauté de 750 personnes, et si les gens n’avaient pas été impliqués on n’aurait bénéficié d’aucune aide, dans une région du monde très éprouvante parce que très isolée, très reculée.

“C’est un cadeau vraiment magnifique parce que, à l’exception de nos deux acteurs principaux, notre équipe est composée de locaux, nos personnages Gwich’in  sont interprétés pour la plus grande partie par des personnes Gwich’in, et ils sont très fiers du film, très fiers de montrer leur terre. ”

Chargés de la tâche énorme d’écrire, produire et réaliser le film, Carthew et son équipe se sont trouvés confrontés à un certain nombre de problèmes pendant le tournage, et pas seulement à cause de l’isolement dans lequel ils se trouvaient.

“Nous travaillions en quelque sorte assez naïvement, explique-t-elle, parce que c’est le premier film (tourné dans les Territoires du Nord-Ouest), alors personne ne savait vraiment ce qu’il faisait et tout le monde s’est retrouvé à faire cinq choses à la fois, et personne ne s’est plaint.”

“J’étais hébergée chez des gens, d’autres dormaient parfois dans des tentes, tout à fait inhabituel, mais on a réussi à tout mettre en place, on avait des partenaires sensationnels et tout le monde a travaillé extrêmement dur pour que ça se fasse.”

Cette étroite proximité a permis le rapprochement de l’équipe, et on le voit bien sur l’écran.

“C’est une petite production, dit-elle, ce qui signifie qu’on était toujours les uns avec les autres, qu’on passait beaucoup de temps ensemble, qu’on prenait l’avion ensemble, qu’on conduisait ensemble, qu’on dînait ensemble.”

“La relation entre les deux acteurs dans la vraie vie devrait influencer celle entre les deux personnages à l’écran, et je pense que ça a très bien fonctionné parce que même si un acteur peut faire son boulot, il y a toujours un petit quelque chose en plus lorsqu’on aime la personne avec qui on tourne, et qu’on n’est pas obligé de faire semblant, et c’est ce qui rend l’expérience intéressante.”

Le thème de l’environnement  dans le film est particulièrement important pour Carthew  qui a travaillé pendant de nombreuses années avec des jeunes des Territoires du Nord-Ouest  les aidant à développer  une meilleure compréhension et connexion à la terre, y compris en démarrant des pilotages environnementaux.

“J’ai grandi en voyageant, dit-elle, en faisant du camping, on avait une ferme où on allait en fin de semaine,  et la nature a toujours tenu un grand rôle dans ma vie, et chaque fois que j’ai voyagé  je me suis toujours sentie très proche de la nature,  je me suis toujours sentie acceptée dans un nouveau pays ou une nouvelle ville parce que je trouvais un lac ou un parc ou une montagne ou quelque chose et je pense que la relation des individus avec la nature est absolument  important.”

“Quand je me suis baladée dans les Territoires du Nord-Ouest, j’ai rencontré beaucoup de jeunes gens, et même si on s’attend à ce que ou on pense que bien sûr tout le monde ici sait faire du canoë, camper, nager, et tout ça, parce qu’on vit au plus proche de la nature, mais en fait ce n’est pas le cas pour bon nombre de jeunes gens.

“Vivre dans la nature présente des dangers et on a besoin de savoir descendre une rivière en canoë, pas seulement de sauter dedans, et il faut savoir se débrouiller par soi-même. J’avais particulièrement envie de travailler avec des jeunes femmes, parce que l’histoire enferme normalement les femmes dans un rôle plus traditionnel, les privant de ce qu’on appelle ‘les compétences de survie’.

Elle espère que le film saura inspirer la jeunesse à profiter des opportunités d’explorer et d’apprendre ce qu’il faut savoir sur son environnement.

“Je voulais vraiment, dit-elle, montrer aux gens comment on peut prendre des risques positivement , tout en profitant des grandes aventures de plein air, aller en canoë, camper  et explorer l’environnement local, et en faire une part de son identité, parce que c’est vraiment comme ça.”

“Il y a une phrase dite par Alfred dans le scénario, où il dit qu’en gros votre perception du monde extérieur  est en relation très étroite avec votre perception de votre monde intérieur, et donc dans l’histoire, et par mon expérience avec les jeunes gens, je voulais qu’ils voient  cette terre tout autour d’eux comme elle est extraordinaire, et qu’ils le sont eux aussi.”

 

Le film de Kirsten Carthew The Sun at Midnight a été présenté au Festival du Film de Sydney dans la section ‘Focus sur le  Canada’. Carthew était elle-même invitée à Sydney grâce au soutien du Consulat général du Canada, Sydney.