Natasha Negovanlis: The Power of a Platform

The level of anticipation for the arrival of Natasha Negovanlis at the Mardi Gras Film Festival would surely have been unrivalled over the course of the festival’s 25 year history.

Within the gathering crowd of ‘Creampuffs’, the affectionate name given to the fans of the LGBT webseries Carmilla, of which Negovanlis plays the title role, the sense of excitement was palpable, such is the level of connection they’ve found with the show’s characters and, in turn, the actors who play them.

Negovanlis, who has moved with the character from the online iteration to the big screen, told Canada Down Under that the connection the fans have found with the authenticity of Carmilla was part of what drew her to the show.

“When I first auditioned for Carmilla, it was summer 2014, and I didn’t even really know what a webseries was – it was quite a new concept to me – and I wasn’t super familiar with the whole YouTube format, but I was really struck by the character breakdown,” she told Canada Down Under.

“They described their characters in such great depth, and it’s so rare – even in this day and age – that you have female characters that are described beyond just ‘pretty’ and ‘fun-loving’, so that was really appealing to me; the fact it was created by a woman, also written by women, so I just auditioned for the role, and it completely surpassed my wildest dreams.”

Being a lesbian-themed web series that has exploded in popularity means the fans are part of that younger demographic – they have an online presence across social media channels and considering the response to the series were starved of queer representation. This has seen Negovanlis’ online following soar, providing her with a platform to both interact with fans and provide them with a visible role model – though it took some getting used to.

“When Carmilla first became popular it was certainly a little bit overwhelming – I think I went from about 500 followers to 30,000 within the first few months; I came from a classical music background and also a comedy background, so my demographic was vastly different from Carmilla’s audience,” Negovanlis, who now boasts over 100,000 Twitter and 144,000 Instagram followers, said.

“It really did feel like a natural progression because although the fan base is, on average, a little bit younger than me, I am a member of the queer community and I am very much a feminist and I do fit the demographic. It was overwhelming from the sense that I was bullied as a child and I didn’t ever feel like I fit in, and I didn’t really feel popular, so the idea that people were looking up to me was really bizarre.”

Negovanlis says the work she was involved in prior to Carmilla held her in good stead for the role she had been thrust into.

“There always comes challenges with online fandom and social media – there’s so much room for people to misinterpret things you say – it was an interesting road to navigate at first, but when you’re presented with the opportunity to be a role model and an activist and a leader; you can either step up to the challenge or not, and for me I act to tell stories and to make a difference,” she explained.

“Before I was in the public eye, I was a volunteer at a centre for addiction and mental health in Toronto, so I used to teach improv and drama there as a means of working through anxieties and depression, so it was sort of meant to be in a way, I feel like it was just a really natural fit.”

Web series as a story-telling medium is growing – it’s usually cheaper to produce, and is easily accessible to a younger generation glued to their screens. It’s also a platform that appears more open to telling fringe stories and helping to shine a light on topics and people that mainstream media has ignored or only touched on superficially. The growing popularity of the medium was evidenced in 2017 when Negovanlis took home the Fan’s Choice award at the Canadian Screen Awards, beating out nominees from more typical mediums.

“One of the first things I said in my speech was ‘most of you are probably wondering who the heck I am’, because I totally acknowledge that most people probably had no idea, because I think not only because Carmilla is a queer show, that makes it a niche thing, but also digital media is so new – it really is the future of how people – young people especially – are consuming stories,” she said.

“I think it really proved to people that there is an audience for queer stories and that they will make money, and then also that digital is the way to go.”

In Australia for the 25th anniversary of the Mardi Gras Film Festival, which is being held as part of the 40th celebration of the Sydney Gay & Lesbian Mardi Gras, Negovanlis said she felt privileged to be in the city and was excited to meet Creampuffs from around the globe.

“It’s a really exciting time, and I’m so honored to be here – just the fact that marriage equality is finally legal here – I can certainly feel the really positive, jovial energy in the city, and it’s really nice, and it’s been really welcoming so far; it’s such a pleasure to see rainbow flags everywhere and same sex couples holding hands and I’m just really honoured to, even in a very small way, be a part of this movement,” she said.

“One of my favourite parts of this job is when I actually get to meet our fans, because it’s one thing to see numbers go up on a screen, to see followers in cyberspace – eventually it just doesn’t seem real. It’s a completely different thing to actually get to feel people’s energy in person and to speak with then face-to-face and have them tell you what your work means to them – that feeling is completely surreal, and it’s so nice.”

Natasha Negovanlis can be found on Twitter and Instagram @natvanlis. The Consulate General of Canada, Sydney is a proud partner of the Mardi Gras Film Festival, and it was through this support that Natasha was able to be in Sydney.

Natasha Negovanlis: La puissance d’une plateforme

Le niveau d’anticipation pour l’arrivée de Natasha Negovanlis au Mardi Gars Film Festival n’aura sûrement jamais été égalé tout au long des 25 ans de l’histoire de ce festival.

L’excitation était à son comble parmi la foule des ‘Creampuffs’, le petit nom affectueux attaché aux fans du feuilleton LGBT en ligne Carmilla, où Negovanlis joue le rôle principal, tant la connexion est bien réelle avec les personnages et donc avec les acteurs qui les interprètent.

Negovanlis, qui a incarné le personnage depuis les prémisses sur la toile jusqu’au grand écran, a déclaré à Canada Down Under que cette connexion des fans avec l’authenticité de Carmilla c’est en partie ce qui l’a attirée vers ce spectacle.

“Lors de ma première audition pour Carmilla, en été 2014, nous déclare-t-elle, je ne savais pas vraiment ce que c’était qu’un feuilleton en ligne, un concept pratiquement tout nouveau pour moi, et je n’étais pas très branchée sur le format YouTube, mais je fus frappée par la description des personnages.”

“Leurs personnages sont décrits si précisément, et c’est si rare, même au jour d’aujourd’hui, que les personnages féminins soient décrits bien au-delà du simple ‘jolie’ et ‘joviale’, c’est ce qui m’a vraiment attirée; aussi parce que c’était la création d’une femme, et écrit par des femmes, alors j’ai passé l’audition pour le rôle et ça a complètement dépassé mes rêves les plus fous.”

Cette série en ligne qui a pris pour thème des lesbiennes et dont la popularité a littéralement explosé, s’adresse à des fans issues d’une population jeune, avec une présence en ligne dans les réseaux sociaux et, si l’on en juge par la réponse à cette série, qui étaient en manque sérieux d’une représentation queer. Le nombre d’admiratrices en ligne de Negovanlis s’est envolé lui offrant une plateforme qui lui a permis de communiquer avec ses fans tout en lui donnant l’occasion de leur offrir un modèle bien visible, bien qu’elle ait mis du temps à s’en remettre.

Forte de 100 000 fans Twitter et 144 000 fans Instagram, Negovanlis nous déclare que lorsque Carmilla est devenue populaire, c’était certainement bouleversant, “je crois que je suis passée de 500 environ à 30 000 dans les tout premiers mois; je viens d’un milieu de musique classique et aussi de comédie, et mon public est donc très différent de celui de Carmilla.”

“Je l’ai ressenti comme une progression naturelle parce que bien que les fans soient plutôt un peu plus jeunes que moi à la base, je fais partie de la communauté queer et je suis franchement féministe, donc je fais partie de cette population. C’était bouleversant parce que lorsque j’étais enfant j’ai été victime de

harcèlement, j’avais l’impression d’être isolée et je ne me sentais pas très acceptée, alors l’idée que les gens puissent me prendre en exemple c’est un concept qui m’a paru étrange.”

Pour Negovanlis, le travail accompli avant sa participation à Carmilla l’a préparée au rôle qui lui a été confié.

“Il y a toujours des défis qui accompagnent la popularité en ligne et les réseaux sociaux, nous explique-t-elle, il y a tellement de place pour une mauvaise interprétation de ce qu’on dit par les gens. C’était intéressant au début, mais lorsqu’on te donne la chance de servir de modèle, d’être militante et leader, on peut soit en saisir l’opportunité soit pas, et en ce qui me concerne je joue pour raconter des histoires et faire la différence.”

“Avant d’être projetée sous les yeux du public, j’étais bénévole dans un centre de santé mentale et d’addiction à Toronto, j’enseignais l’improvisation et l’art dramatique comme moyen pour lutter contre l’anxiété et la dépression, j’étais donc dans la bonne direction, j’ai l’impression que c’était juste une suite logique.”

La production de feuilletons en ligne est un média en croissance, moins cher à produire, et plus facilement accessible à la génération plus jeune scotchée sur ses écrans. C’est aussi une plateforme qui semble plus ouverte à raconter des histoires en dehors du cadre et à exposer des thèmes et des personnes ignorés ou présentés seulement superficiellement par les médias traditionnels. La popularité grandissante de ce média a fait ses preuves en 2017 lorsque Negovanlis a décroché le Fan’s Choice award au Palmarès du film canadien, battant les nominations des autres médias plus traditionnels.

“L’une des premières choses que j’ai déclarées dans mon discours, dit-elle, c’était: ‘la plupart d’entre vous se demandent probablement qui je suis’, parce que j’admets bien volontiers que la plupart des gens n’en avaient aucune idée , en partie parce que je pense que Carmilla est un spectacle queer, pour un public de choix, mais aussi parce que le digital est un média si nouveau, c’est la nouvelle façon dont les gens, les jeunes en particulier, consomment leurs histoires.”

“Je pense que cela a prouvé aux gens qu’il existe un public pour les histoires queer et que ça peut rapporter gros, et enfin et surtout parce que le digital c’est l’avenir.”

En Australie pour le 25e anniversaire du Mardi Gras Film Festival, partie prenante du 40e anniversaire du Sydney Gay & Lesbian Mardi Gras, Negovanlis nous déclare qu’elle se sent privilégiée d’être dans la ville et toute excitée à l’idée de rencontrer des Creampuffs du monde entier.

“C’est un moment passionnant, dit-elle, je suis si honorée d’être présente, le fait que l’égalité de mariage soit finalement légalisée ici, je peux vraiment ressentir l’énergie positive et joviale dans la ville, c’est vraiment bien, très accueillant jusques là; c’est un vrai régal de voir flotter partout les drapeaux arc-en-ciel et de voir les couples homosexuels main dans la main, je suis vraiment très honorée d’en faire partie, même à mon petit niveau.”

“L’un des moments favoris de mon job, c’est de rencontrer nos fans parce que c’est une chose de voir les chiffres en hausse sur l’écran, de voir les sympathisants dans l’espace cybernétique, mais au final ça

ne semble pas vraiment réel. C’est totalement différent de croiser l’énergie en personne, de communiquer face à face et de les entendre te dire ce que ton travail signifie pour eux. C’est un sentiment complètement surréaliste et c’est si bon.”

Vous pouvez retrouver Natasha Negovanlis sur Twitter et Instagram @natvanlis. Le Consulat général du Canada, Sydney est fier d’être partenaire du Mardi Gras Film Festival, c’est grâce à ce soutien que la présence de Natasha à Sydney a pu êtr