It’s a Man’s World – The Gender Divide in Music

When you think about the multi-billion dollar industry that is music, some of the names that instantly come to mind – some of the big money earners – are the female stars: Katy Perry, Taylor Swift, Rhianna to name just a few.

But what about behind the scenes?

Two young Canadian film makers , Sarah Clattenburg  and Sahar Yousefi , have decided to shine a light on the gender disparity in music production, and created the documentary Play Your Gender, which details how just five percent of those working behind the scenes in music are female.

The documentary, which made its international premiere at the Canberra International Film Festival, filmed across North America speaking to artists and music producers about the gender imbalance and the difficulties for women breaking into the industry.

Clattenburg, who served as the film’s director, says it was important to bring attention to an issue that had been overlooked for so long.

“I’m a drummer and I’ve been playing in bands for about ten years, and I’m so used to seeing it” she explained.

“So used to going into a sound check and it’s a sound guy, never a girl, or there’s no other female drummers playing that night. So I noticed it, but it’s also just so common that it’s easy to just accept it because it happens all the time.”

There are a number of reasons for the lower number of women in production roles Yousefi, the film’s producer, explained, but much of it came down to attitude.

“There aren’t that many examples of women in the music industry on the technical side already just because of a lot of stereotyping – women historically have been seen as less technical and of course women just joined with the workforce after World War II,” she said.

“In music specifically, yes there is that boy’s club element, there’s that stereotyping that women aren’t interested in doing things that involve buttons and wires as if you have to be a genius. It’s all about seeing yourself in that position and having access to the resources, and having people that support it.

“If you don’t feel like you’re among your peers – it’s just very natural for people to hang out with people they relate to and give opportunities to people they relate to, so naturally it’s all men that are used to having a certain rapport with someone – they’re not supporting the women around them as much, not for any sinister reason.”

Clattenburg agreed that girls need to have role models to look up to in the industry.

“When you’re a young girl and you want to get involved in the music industry it looks like you could be a singer and maybe a keyboardist, but there’s not really anywhere else for you to fit in,” she said.

“The more people you see breaking down those walls, the more young girls will be able to see “oh ok, maybe I could do that’.

Filming across LA, New York and Toronto, the filmmakers interviewed experts, musicians and producers about the current state of the industry and the changes that need to be made – but it wasn’t always easy getting people to talk.

“In terms of the people we interviewed, people were really keen to speak about it, they were very passionate – a lot of our interviewers had a lot to say because of their own personal experiences – they’ve had to struggle a lot to prove themselves and be taken seriously,” Yousefi said.

“I think a lot of people were worried that the people they were working with would interpret it the wrong way, that they were complaining about the men in their lives, which isn’t necessarily what’s happening – they’re just addressing a very obvious issue”.

Yousafi sees Canada as a leader in gender issues, particularly with developments in government at the forefront of world discussion.

“The recent change in Canada, everyone’s made note. I remember when all the ministers were announced, beyond the fact that it was gender, the fact that the ministers actually had experience in what they’re in charge of, there’s racial diversity,” she said,

“I think we are a leader because people are talking about it, and the fact they’re talking about it means it’s unique –when I try to find other examples of it, there’s very few, so I do think Canada is a leader and I’m very proud of that.”

Bringing to documentary to Canberra for its international premiere may seem an odd choice, but to the girls it was an easy decision.

“Canberra is such a wonderful festival, they’re very concerned with bringing topical documentaries and films that bring light to issues that aren’t quite as popular,” Yousefi said.

“They give opportunities for gender balance and minorities, so we were really keen because they were so keen to bring us out and have a conversation around it, not just screen it.”

The film will now tour film festivals around the world over the next year, with Yousefi hoping people join in what is an important conversation on gender balance and equality.

“We want people to see the documentary, but we also want people to be engaged,” she said.

“This is an issue we’re concerned with, not just a film we’re trying to promote.”

Interviews and stories that feature in the film, plus added extras, are available on the Play Your Gender website.

Un monde d’hommes : le partage des genres en musique

Quand on considère que le monde de la musique est une industrie qui rapporte des milliards de dollars, quelques noms viennent tout de suite à l’esprit, celles qui gagnent gros, sont des femmes: Katy Perry, Taylor Swift, Rhianna pour ne  citer qu’elles.

Mais qu’en est-il en coulisses ?

Deux jeunes cinéastes canadiennes,  Sarah Clattenburg  et Sahar Yousefi , ont décidé de faire toute la lumière sur la disparité entre les genres dans la production musicale, en réalisant le documentaire Play your gender qui nous explique dans le détail comment il se fait que les femmes ne constituent que 5 % de ceux et celles qui travaillent en coulisses.

Dans ce documentaire, filmé en Amérique du Nord, et présenté en première internationale au Festival du Film international de Canberra , des artistes et des  producteurs du monde musical s’expriment sur la question du déséquilibre entre les genres et sur les difficultés pour les femmes de percer dans cette industrie.

Pour Clattenburg, la réalisatrice de ce long-métrage, il est important d’attirer l’attention sur cette question qui a été écartée depuis si longtemps.

Et elle ajoute : “Je suis batteur et membre de divers groupes depuis environ dix ans, et j’ai l’habitude de constater cette situation. ”

“J’ai l’habitude de me pointer pour une balance audio et c’est un ingénieur du son qui s’en charge, un gars jamais une fille, ou bien je suis la seule à jouer de la batterie ce soir-là. C’est ce que j’ai remarqué, mais c’est si courant que c’est facile à accepter parce que ça arrive tout le temps.”

Yousefi, la réalisatrice du documentaire,  déclare : “on peut évoquer  un certain nombre de raisons pour tenter de justifier le peu de femmes dans les rôles de production, mais la plupart du temps cela se résume à une question d’attitude.”

“Au départ, dit-elle, dans le monde de la musique  il n’y a pas beaucoup d’exemples de femmes côté technique, en cause les stéréotypes, les femmes sont vues historiquement  comme moins techniques et il ne faut pas oublier que les femmes n’ont commencé à travailler qu’après la deuxième guerre mondiale.”

“Dans le domaine de la musique en particulier, oui on voit que c’est un club de garçons, et il y a le stéréotype que les femmes ne sont pas intéressées dans tout ce qui touche aux boutons et au câblage, comme si il fallait être un génie.  Il suffit  de s’imaginer dans le rôle, d’avoir accès aux ressources et de trouver des gens pour vous encourager.

“Si tu n’as pas le sentiment d’appartenir au milieu, c’est tout à fait naturel pour quelqu’un de fréquenter d’autres gens avec lesquels on a des affinités, de donner la chance à des gens qu’on aime, alors automatiquement  ce sont les hommes qui établissent un certain rapport entre eux, et qui n’encouragent pas autant les femmes sans raison véritable.”

Clattenburg en convient : les filles ont besoin de modèles vers qui se tourner dans cette industrie.

“Quand on est une jeune fille, dit-elle,  et qu’on veut se lancer dans l’industrie musicale, la première idée  c’est de chanter ou bien de jouer du clavier, mais à part cela, il n’y a pas grand’chose d’autre pour vous. ”

“Plus on verra de gens dépasser ces limites, et plus on verra de jeunes filles se dire: oui je me vois bien faire ça aussi.“

En filmant à LA, New York et Toronto, les cinéastes ont interviewé des spécialistes, des musiciens  et des producteurs sur cet état de fait dans l’industrie actuelle, et sur les changements qu’on pourrait opérer, mais ce n’était pas toujours facile de faire parler les gens.

“En ce qui concerne les personnes  qu’on a interviewées, déclare Yousefi,  elles avaient très envie d’en parler, elles étaient vraiment très intéressées, beaucoup d’entre elles avaient pas mal de  choses à raconter, en se référant à leur expérience personnelle,  elles ont dû vraiment se battre pour montrer de quoi elles étaient capables et se faire accepter.”

“Je pense que beaucoup d’entre elles  avaient peur que les gens avec qui elles travaillent puissent  mal l’interpréter, qu’elles se plaignent des hommes avec qui elles partagent leur vie,  ce qui n’est pas nécessairement le cas, elles évoquaient seulement un problème tout ce qu’il y a de plus évident.”

Yousafi considère que le Canada est un leader en ce qui concerne les questions de genre, en particulier quand on voit ce qui se passe au gouvernement au premier plan des discussions internationales.

“Le changement récemment arrivé au Canada, dit-elle, tout le monde l’a remarqué. Je me rappelle le moment de l’annonce de la nomination de tous les ministres, en plus du genre, le fait est que les ministres ont vraiment l’expérience de leur portefeuille, et la diversité raciale.”

“Je pense que nous sommes en tête parce que les gens en parlent, et le fait même qu’ils en parlent ça prouve bien que c’est unique en son genre, quand j’essaie de trouver un autre exemple similaire, ils sont rares, c’est pour cela que je crois que le Canada est un leader et j’en suis fière.”

Présenter ce documentaire à Canberra pour sa première internationale peut sembler un choix bizarre, mais pour les deux femmes ce fut une décision des plus faciles.

“D’après Yousefi, le festival de Canberra est si formidable, il a la volonté de faire venir des documentaires d’actualité et des films qui exposent des questions qui n’ont pas forcément la popularité.”

“Le festival donne sa chance à l’équilibre des genres et aux minorités, c’est pour ça qu’on en avait envie parce qu’ils voulaient  vraiment nous avoir et engager une discussion sur le sujet, et pas seulement le projeter sur l’écran.”

Le film va maintenant faire le tour des festivals internationaux pour l’année qui vient, et Yousefi  espère que les gens engageront cette conversation importante sur l’équilibre et l’égalité des genres.

“Nous voulons, dit-elle, que les gens voient ce documentaire, mais nous voulons aussi qu’ils s’engagent.”

“C’est une question qui nous concerne, et pas seulement un film qu’on veut promouvoir.”

Les interviews et récits présentés dans le film, ainsi que d’autres suppléments, sont disponibles sur le site Play Your Gender.