It’s not just about the polar bears: Sheila Watt-Cloutier

Sheila Watt-Cloutier travels the world with a warning. The ice is melting.

Watt-Cloutier, an acclaimed Canadian Inuit activist, has been active in her campaign to spread the word about global warming for many years and her message is clear – it is happening now.

“There are new species of insects, fish and animals that come up [to the Arctic] now. There are more unpredictable weather patterns making it very difficult for people to read the conditions properly and objectively and the ice freezes much later in certain areas in our circumpolar world and also breaks apart,” she said.

“The melting permafrost is affecting the houses, buildings and infrastructure because they’re starting to buckle, including our runways, so it’s cultural, it’s infrastructure, it’s environmental – it’s all of those things.”

In Australia for the Melbourne Writers Festival and Sydney’s Festival of Dangerous Ideas, Watt-Cloutier has been widely acknowledged as a champion of indigenous rights worldwide, including being awarded the 2015 Right Livelihood Award – known as the alternative Nobel Prize.

Born in Kuujjuaq, Nunavik in Northern Quebec, Sheila spent the first ten years of her life living off the ice and traveling only by dog team before being sent away for school. Since, she has worked in indigenous education, human rights and health, including becoming Chair of the Inuit Circumpolar Council.

“The Inuit Circumpolar Council, which used to be called the Inuit Circumpolar Conference, was created way back in 1976 in Alaska to unify the Inuit of the world and strengthen our voice as a whole and try to address these environmental negative impacts that were happening in our homelands, and in those days it was oil spills in Alaska,” she explained.

“It has grown into a very effective and well known organisation that has observer status at the United Nations, and I was elected within that organisation for eleven years – seven years with Canada and then four years as the international chair of the four countries.

“We were able to intervene with our observer status at the UN, whether it’s a negotiation on the toxins issue, whether it’s climate change negotiations and so on, we’re able to lend that voice into those processes.

“Of course right from the beginning it was always about environment and protection of that, because for us, environment isn’t just environment,” she continued.

“We’re dealing with culture, protection of biodiversity – it’s a very holistic approach that we interpret environment to be. It isn’t just about species specific animals, it isn’t just about hugging trees, it’s really about a way of life that we’ve always been protecting through that process, and that has remained today – protecting the rights and interests of Inuit of the circumpolar world, and environment comes into play on almost every file that we touch.”

Having come from a background of traditional teachings, Watt-Cloutier says there is a risk that with the increasing effects of climate change on the Arctic, vital aspects of Inuit culture and learning could be lost.

“When you’re out there and you’re learning, you’re learning to become a proficient provider for your family, you’re learning how to be a natural conservationist through the respect of nature and all around you, but you’re also learning about yourself as much as the technical aspect of being a good harvester,” she said.

“You’re learning how to be patient when you’re waiting for the snow to fall, the ice to form, the winds to die and the animals to surface. You’re learning about yourself, you’re learning about how to take the right survival-based risks, how to be bold under pressure, how to withstand stressful situations. You’re learning ultimately to develop your sound judgement about what’s going on in your life in front of you to survive and thrive, and become that provider, and ultimately you’re learning how to be a wise person to make the right choices for yourself.

“The land and ice teaches you all of that, so it’s a very holistic way of learning both the technical aspect of the hunt and the character building as well. So, those are precious skills that you not only need to survive and become a good provider on the land and how to assess environmental issues and to respect them, but also those skills are very transferable to the modern world.”

Watt-Cloutier sees climate change affecting indigenous communities across the world in a similar way – through a loss of culture and learning – and that comes to the fore consistently in the international arena.

“When people go off to the United Nations negotiations, whether it’s on persistent organic pollutants or climate change or biodiversity, then we meet up with and work with fellow indigenous groups from around the world and we end up realising we have more commonality than differences, because indigenous peoples of the world are very connected to their land, their languages, their customs and traditions, and our environment,” she said.

“We are the ones that probably are the most vulnerable to climatic changes, but yet have the least sophisticated mechanisms to adapt to these rapid changes, and also we probably have the least to benefit from business and industry in the world.”

Watt-Cloutier hopes her travels, as well as her book The Right to Be Cold, will inspire people across the globe to look more carefully at the effects and damage of climate change, even if they can’t yet be seen or felt in their immediate backyards.

“I think to connect with people on a personal level is always effective, because you hear about these things far away and you’re not quite sure what role one might have with these people who live on the ice and wear fur, not knowing if you can relate to that, but I find when I go anywhere around the world, including here, human connection comes into play a lot,” she said.

“Whether its audiences across Canada or the United States or Europe or Australia, when you connect on that level people see we are all in it together, that we are all parents, we want the best for the future of our children and grandchildren, and hopefully I can tell the story and make people think about it a different way.”

People power, Watt-Cloutier says, is the key.

“What happens in the Arctic doesn’t stay in the Arctic – it affects everybody else in the world. It can affect the ocean currents and then it starts a whole issue of more torrent tornadoes and hurricanes and droughts and wildfires, you name it, because that air conditioner for the planet is breaking down and it creates havoc elsewhere in the world,” she explained.

“That’s the kind of awareness that I try to bring to all of my talks – that human connection when they hear me speak and hear that it’s about children and families and communities – not just science, not just ice, not just the polar bear – then there’s much more of a connection and bond that occurs. I always see that, and that’s where I have hope – in the people.”

Sheila Watt-Cloutier was part of a Canadian delegation at the Melbourne Writers Festival who came with the support of the Canada Council for the Arts and the Consulate General of Canada, Sydney. Her book is ‘The Right to Be Cold’.

Ce n’est pas qu’une question d’ours polaires : Sheila Watt-Cloutier

Sheila Watt-Cloutier voyage de par le monde avec un avertissement. La glace est en train de fondre.

Watt-Cloutier, célèbre militante Inuit canadienne, mène une campagne très active pour avertir du réchauffement climatique depuis plusieurs années, et son message est très clair: ça se passe en ce moment.

“De nouvelles espèces d’insectes, de poissons et d’animaux arrivent dans l’Arctique maintenant. Des constantes météorologiques imprévisibles rendent, dit-elle, les conditions exactes et objectives de lecture très difficiles pour les populations, et les glaces prennent bien plus tard dans certaines régions de notre monde circumpolaire et se brisent.”

“Le permafrost en fondant  impacte les maisons, les bâtiments et l’infrastructure parce qu’ils commencent à céder, y compris nos pistes, c’est donc la culture, l’infrastructure, l’environnement, c’est tout à la fois.”

Invitée en Australie pour participer au Festival des Écrivains de Melbourne, et au Festival des idées dangereuses de Sydney, Watt-Cloutier est bien connue comme défenseur des droits des Indigènes dans le monde entier, ayant reçu en 2015 le Right Livelihood Award, mieux connu sous le nom de Prix Nobel alternatif.

Née à Kuujjuaq  au Nunavik dans le nord du Québec, Watt-Cloutier a passé les dix premières années de sa vie sur la glace se déplaçant  uniquement par voie de traîneau avant d’être envoyée à l’école. Elle a depuis travaillé pour l’éducation indigène, les droits de l’homme et la santé, avant de devenir Présidente du Conseil circumpolaire Inuit.

“Elle explique que le Conseil circumpolaire Inuit, autrefois appelé la Conférence circumpolaire Inuit, a vu le jour en Alaska en 1976 pour unifier les Inuits du monde entier et affirmer unitairement leur voix  dans le but d’essayer de faire face aux conséquences négatives sur l’environnement  dans les territoires, et à ce moment-là il s’agissait des catastrophes pétrolières en Alaska.”

“Ce mouvement est devenu une organisation  super efficace et bien connue qui a obtenu le statut d’observatrice aux Nations Unies, et j’ai été élue onze ans au sein de cette organisation, sept ans avec le Canada et puis quatre années à la présidence internationale des quatre pays.

“Grâce à notre statut d’observateur aux Nations Unies, nous avons pu intervenir pour les négociations sur la question des toxines, ou des  négociations sur le changement climatique etc., nous avons pu apporter notre voix dans ces processus.

“Bien sûr, ajoute-t-elle, depuis le début il est toujours question d’environnement et de sa protection, parce que pour nous, l’environnement ne s’arrête pas à l’environnement.”

“Nous touchons à la culture, la protection de la biodiversité, c’est une approche d’ensemble que nous donnons à l’environnement. Il ne s’agit pas seulement  d’espèces animales spécifiques, ce n’est pas seulement une question d’embrasser les arbres, c’est en vérité tout un style de vie que nous protégeons par ce processus, et c’est resté aujourd’hui, la protection des droits et intérêts des Inuits du monde circumpolaire, et l’environnement est abordé dans pratiquement tous les dossiers que nous ouvrons. ”

Issue  d’un contexte d’enseignements traditionnels, Watt-Cloutier affirme qu’avec les conséquences croissantes du changement climatique dans l’Arctique on prend le risque de perdre les aspects vitaux de la culture et  des enseignements Inuits.

“Quand on est sur place, dit-elle, et qu’on apprend, on apprend à devenir le soutien compétent de la famille, on apprend à être un conservateur naturel par le respect de la nature et de ce qui nous entoure, mais on apprend également à se connaître tout autant qu’à connaître les aspects techniques du bon cueilleur.”

“On apprend à être patient quand on attend l’arrivée de la neige, la formation de la glace, l’apaisement  des vents et l’apparition des animaux. On apprend à se connaître soi-même, on apprend à prendre les risques calculés nécessaires à sa survie, à répondre à la pression, à supporter les situations contraignantes. Au final on apprend à développer une appréciation saine de ce qui nous arrive pour pouvoir survivre et prospérer, devenir ce soutien essentiel, et en fin de compte on apprend à devenir une personne sage à même de faire le bon choix qui nous convient.

“La terre et la glace vous apprennent tout cela, c’est donc une façon très intégrale d’apprendre à la fois les aspects techniques de la chasse et la construction de la personnalité. Et donc il s’agit d’aptitudes précieuses dont on a besoin non seulement pour survivre et devenir un bon soutien sur ce territoire, comment évaluer les questions environnementales et les respecter, mais aussi ces aptitudes sont résolument transférables au monde moderne.”

Watt-Cloutier considère que le changement climatique affecte les communautés indigènes du monde entier de la même manière, par une perte de la culture et des apprentissages, et que cela transparaît  de plus en plus souvent sur la scène internationale.

“Lorsque les gens, dit-elle,  vont aux Nations-Unies pour participer aux négociations, qu’il s’agisse  des polluants organiques persistants ou du changement climatique ou de la biodiversité, alors on rencontre des groupes indigènes similaires venus du monde entier, on travaille ensemble  et on réalise  qu’on a plus de points en commun que de différences, parce que les populations indigènes du monde entier sont très en connexion avec leurs terres, leurs langues, leurs coutumes, leurs traditions et notre environnement.”

“Nous sommes probablement les plus vulnérables aux changements climatiques, mais nous ne possédons que les mécanismes les moins sophistiqués pour nous adapter à ces transformations rapides, et nous avons aussi probablement beaucoup moins à gagner des affaires et des industries de la planète.”

Watt-Cloutier espère que ses déplacements, tout comme son livre The Right to Be Cold, servira d’inspiration aux habitants du monde entier afin que les conséquences et les dommages engendrés par le changement climatique  soient considérés avec plus d’attention, quand bien même ceux-ci ne sont pas encore visibles ni ressentis dans leur voisinage.

“Je pense, dit-elle, qu’établir une relation personnelle avec les gens est toujours efficace, parce qu’on entend parler de ces choses lointaines, et qu’on n’est pas trop sûr du rôle à jouer par rapport à ces gens qui vivent sur la glace et portent des fourrures, pas trop sûr de ce qu’on peut en penser, mais je trouve que où que ce soit que je voyage dans le monde, y compris ici, la relation humaine compte énormément.”

“Que le public soit canadien, américain, européen ou australien, quand on établit une connexion à ce niveau les gens voient qu’on est dans le même bateau, que nous sommes tous parents, que nous voulons le meilleur pour l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants, et j’espère pouvoir raconter l’histoire  et permettre aux gens de penser différemment.”

Le pouvoir au peuple, dit Watt-Cloutier, c’est la clé.

“Ce qui arrive dans l’Arctique ne se limite pas à l’Arctique, explique-t-elle, cela affecte tout le monde. Cela peut avoir des conséquences sur les courants océaniques, et peut enclencher toute une série de tornades et d’ouragans, de sécheresses et de feux de brousse, etc. parce que le climatiseur de la planète est en passe de rendre l’âme et cela fait des ravages ailleurs dans le monde. ”

“C’est cette sorte de prise de conscience que j’essaie de réveiller dans tous mes colloques, cette connexion humaine qui fait que lorsqu’ils m’entendent parler et comprennent que cela concerne les enfants, les familles et les communautés, pas seulement la science, pas seulement la glace, pas seulement les ours polaires, alors il y a bien plus qu’une connexion qui s’établit, plus qu’un lien. J’en suis toujours le témoin, c’est pourquoi j’ai confiance dans les peuples. ”