Progressive and proactive: Canada and its trade agenda

Canada is open for business.

That was the clear message International Trade Minister François-Philippe Champagne brought to Australia on his whirlwind trip down under, where he appeared as the keynote speaker at the Australia-Canada Economic Leadership Forum in Sydney.

Minister Champagne met with business leaders and politicians, including Australian Prime Minister Malcolm Turnbull, advocating stronger, progressive trade alliances, having just completed a trip through Europe to ratify the Canada-European Union Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), a deal which has been in the works for more than a decade.

“This is one of the most ambitious trade deals in the world – it’s the gold standard,” Minister Champagne told Canada Down Under.

“There’s no more progressive trade agreement that Canada or the EU have ever done, so we are really standing out in the world as one of the most progressive nations when it comes to trade. With the agreement of CETA and NAFTA, Canada will have preferential access to a market of about 1.1 billion people – this is extremely significant.”

Now in Australia, the Minister said it was time to turn Canada’s attention from the Atlantic to the Pacific.

“Canada is a place in the world, just like Australia and New Zealand, where people want to invest, and this is to our advantage – we want to lead the way in our progressive trade agenda,” Minister Champagne said.

“Canada is very much a Pacific nation and sometimes I think that we take each other for granted. Our relationship is so good; our people-to-people relationship is so good that we take each other for granted, so being here on the ground in Sydney was really to reaffirm the importance of that relationship.”

In between meeting with dignitaries to further Canada’s trade agenda, Minister Champagne held a Women in Business roundtable and a youth event with International Experience Canada, both particular focuses for Canada and the trade portfolio.

“It’s all about people; people see the benefit for them, the jobs that an ambitious trade agenda creates, the investment we’re doing in infrastructure, and we want to reach out particularly to youth and women,” he said.

“We want to be inclusive in our approach, we want to be transparent, and this was really very much the message that I’m carrying out in the Asia/Pacific region, saying that Canada is a force for good in the world, and our trade relationships can raise the bar in protecting the environment, protecting labour rights, protecting the rights of states to regulate in areas of safety, and that’s why Canada stands out in the world.”

Through engaging with young leaders groups, and utilising social media platforms to connect with Canadians around the world, the Minister hopes to be able to spread the message far and wide.

“The youth are both the leaders of today, and the leaders of tomorrow. We’ve had the privilege of engaging with the Prime Minister’s Youth Council and we even launched on Twitter a campaign to ask the Minister questions while I was in Australia to see what questions youth may have with respect to the relationship we have with Australia – a very important relationship,” he said.

“It’s not just about talking points and speeches, but concrete actions, and this is a good example of engaging meaningfully with youth to get their views, and also to see what we can do together – we can always do better,”

Minister Champagne took on the International Trade portfolio at the beginning of this year, and comes from an extensive business background with a wealth of experience dealing with organisations and governments around the globe.

“It’s like someone who’s taking out his old toolbox and going back on the road again, so I really feel that having had the chance to have experience in the field and having done trade myself, not only reading about it but really doing it and developing markets and travelling the world to expand markets, I feel that I’m very well equipped,” he said.

“Also to understand what our Trade Commissioners are going through and how can I support them best. I’ve said that I’m the Chief Marketing Officer now of Canada, with the whole team of our Trade Commissioners and Missions around the world, we very much work as a team, everywhere I go in the world I meet with our Trade Commissioners to really understand what’s going on on the ground, what can we do better, how can we do differently, always trying to reach excellence and continuous improvement.”

Now with his maiden trip to Australia complete, the Minister says the successful visit will help to reaffirm the importance of Canada’s relationship with the region.

“This was my first visit to Sydney, I really enjoyed the forum, I see the strategic importance of the forum, but also the roundtables we had – women in business, youth, clients of the trade commission, so that gives me a better understanding of what we can do and also making sure that we focus on this very important relationship we have with Australia and the Asia/Pacific region,” he said.

“For me this was a moment of reflection – what can be done, how we’re going to do it.  Canada is very much a Pacific nation, we have to remind ourselves sometimes of that, and being here on the ground with our team has been very, very beneficial for me this week.”

Progressif et proactif: le Canada et son agenda commercial

Le Canada ouvre ses portes aux affaires.

C’est le message clair et net que le Ministre du Commerce international François-Philippe Champagne a transmis lors de sa visite éclair en Australie, où il était l’invité particulier du Forum du leadership économique Australie-Canada à Sydney.

Le Ministre a rencontré des personnalités politiques et du monde des affaires dont le Premier Ministre australien Malcolm Turnbull, auprès de qui il s’est  fait l’avocat d’alliances commerciales plus fortes et progressives, suite à son voyage en Europe pour signer l’Accord économique et commercial global CETA entre le Canada et l’Union européenne, un traité en préparation depuis plus de dix ans.

“C’est l’un des accords commerciaux les plus ambitieux au monde, un traité en or” a déclaré  Mr François-Philippe  Champagne à Canada Down Under.

“Il n’y a jamais eu d’accord commercial aussi progressif signé par le Canada ou l’Union européenne, nous sommes donc  vraiment parmi les nations les plus progressives du monde en ce qui concerne le commerce. Avec les signatures de CETA et de NAFTA, le Canada gagne un accès préférentiel à un marché d’environ 1 milliards 100 millions de personnes, ce qui est extrêmement significatif. ”

Actuellement en Australie, le Ministre a déclaré qu’il est temps pour le Canada de concentrer  son attention vers le Pacifique après l’avoir tournée vers l’Atlantique.

“Le Canada est un endroit du monde, tout comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, où les gens veulent investir, ce qui est tout à notre avantage: nous voulons, nous a-t-il confié, montrer le chemin dans notre agenda commercial progressif.”

“Le Canada est vraiment une nation du Pacifique et je pense que parfois nous nous acceptons les uns les autres comme simple fait accompli. Nos relations sont si bonnes; nos relations de personne à personne sont si bonnes que c’est comme si tout allait de soi, alors être ici sur place à Sydney aide à réaffirmer l’importance de nos relations. ”

Entre ses réunions avec les personnalités pour la promotion de l’agenda commercial canadien, le Ministre a participé à une table ronde de femmes d’ affaires et une rencontre avec des jeunes d’ Expérience internationale Canada, deux thèmes particulièrement importants à la fois pour le Canada et pour le portefeuille du Commerce.

“Tout cela, dit-il,  concerne les personnes ; les gens considèrent ce qui les intéresse, les emplois générés par un agenda commercial ambitieux, l’investissement que nous engageons dans l’infrastructure, et nous voulons particulièrement toucher  les jeunes et les femmes.”

“Nous nous voulons inclusifs dans notre approche, nous voulons être transparents, et c’est le message dont je suis porteur dans la région Asie-Pacifique, en déclarant que le Canada  est une force pérenne dans le monde, et que nos relations commerciales doivent lever la barre en ce qui concerne la protection de l’environnement, la protection des droits du travail, la protection des droits des états à légiférer dans le domaine de la sécurité, et c’est la raison pour laquelle le Canada se distingue du reste du monde.”

Par l’engagement avec les groupes de jeunes leaders  et l’utilisation des plateformes de médias sociaux pour se connecter avec les Canadiens du monde entier, le Ministre espère pouvoir  transmettre le message tous azimuts.

“Les jeunes sont tout à la fois les leaders d’aujourd’hui  et les leaders de demain. Nous avons eu le privilège de nous engager avec le Conseil jeunesse du Premier Ministre et nous avons même lancé sur Twitter une campagne pour poser quelques questions au Ministre pendant ma visite en Australie pour voir quelles questions les jeunes pourraient bien poser en ce qui concerne notre relation avec l’Australie, une relation très importante, précise-t-il. ”

“Il ne s’agit pas seulement de thèmes de discussion ou de discours, mais d’actions concrètes, et c’est un bon exemple d’un engagement  sérieux avec la jeunesse pour obtenir son point de vue et voir également ce que nous pouvons accomplir ensemble : on peut toujours faire mieux.”

François-Philippe Champagne a accepté le portefeuille du Commerce international au début de l’année, il possède un vécu du milieu des affaires non négligeable, et une riche expérience d’interactions avec des organisations et gouvernements du monde entier.

“C’est un peu, dit-il,  comme quelqu’un qui sort sa vieille boîte à outils et se remet en route, c’est pour cela que je pense qu’ayant eu la chance d’avoir l’expérience du terrain et ayant moi-même exercé dans ce domaine, non seulement par mes lectures mais aussi et surtout en tant qu’acteur et ayant développé des marchés et voyagé de par le monde, je pense que je suis très bien équipé.”

“Comprendre également ce que nos délégués commerciaux rencontrent et comment je peux faire pour les aider au mieux. J’ai dit que je suis maintenant le délégué marketing en chef du Canada, avec l’ensemble de nos délégués commerciaux et de nos missions autour du monde nous travaillons vraiment en équipe, partout où je vais dans le monde je rencontre nos délégués commerciaux  pour appréhender au plus près  ce qui se passe sur le terrain, ce que nous pouvons faire en mieux, comment nous pouvons opérer différemment, en  essayant toujours  de viser l’excellence et de continuer continuellement s’améliorer.”

Sa première visite en Australie maintenant terminée, le Ministre ajoute que cette visite réussie aidera à réaffirmer l’importance des relations entre le Canada et la région.

“C’était , conclut-il, ma première visite à Sydney, j’ai vraiment apprécié le forum, j’en comprends l’importance stratégique, mais aussi celle des tables rondes auxquelles nous avons participé: avec les femmes d’affaires, la jeunesse, les clients de la mission commerciale, ce qui me donne une meilleure compréhension  de ce que nous pouvons entreprendre, et me permet de m’ assurer également que nous restons concentrés sur cette relation essentielle dont nous jouissons avec l’Australie et la région Asie-Pacifique.”

“C’était pour moi un moment de réflexion sur ce qui peut être fait, comment cela peut être fait, et pour m’assurer que le Canada est vraiment une nation du Pacifique, nous ne devons pas l’oublier, et d’être ici sur le terrain avec notre équipe a été très, très  bénéfique pour moi cette semaine.”