Canada’s leadership a Virtual Reality

During October, in the heart of one of Australia’s most beautiful and relaxed destinations, the Byron Bay Film Festival – Australia’s largest regional film festival – celebrated its 10th year.

In 2016 the festival, located on the New South Wales north coast, featured not just films from around Australia and the world, but also international experts in one of the fastest growing creative industries in the world – Virtual Reality.

The festival’s co_lab_create conference brought together industry professionals in Virtual and Augmented Reality to discuss developments, trends and technology, and Canada’s leadership in the field was at the forefront of the event.

Stephan Dubreuil of WOOLF + LAPIN, a Montreal-based agency specialising in the development of creative for Virtual Reality, attended the event and moderated a panel discussion on the capabilities of VR as a story-telling mechanism. He explained that Canada – and in particular Quebec – is becoming a hub for VR.

“That’s part of our culture; we’ve been funding the arts because we think that’s the voice of our culture, our nation, however small, and it kind of resonates on the international scene,” Dubreuil said.

“When you have that breeding ground, it just encourages more people to look into it, so there’s kind of a chain reaction of people taking that leap, taking that risk, and there’s something of an entrepreneurial spirit in Canada.”

Along with its entrepreneurial spirit, Canadian organisations working in VR have been supported by government institutions that have been willing to look outside the box.

“The big funding institutions like TelefIlm and the Canadian Media Fund have been totally into participating in the panels and going to the conferences and being a part of that organic small society, and they’re there saying  send us your applications, send us your projects,” he said.

“It’s hats off to the people that are heading those funds, because they’re seeing the virtue, they’ve seen that the quality of the VR that’s coming out of the country is getting international attention, so for them, to have the logo CMF next to it makes sense, financially and politically.”

While VR/AR has been a talking point for a number of years, it has struggled to break from being seen either as something of a gimmick or only for high-level gamers into becoming a more widely used medium. Dubreil hopes that having developed a strong network and intel from the early stages of the movement will hold WOOLF + LAPIN in good stead for what he expects to be a surge in the uptake of users.

“If you look at the internet, at lot of people stood on the sidelines wondering what was going to happen, and then it just blossomed and boomed, and people got in too late and they missed the opportunity,” he said.

“Right now VR is still at a level where it’s a component, a pop-up store. It’s not wide-scale, but I think if more people invest, and more brands invest, it will be a lot more than just excitement, it’ll be a new way of living the future.”

The recent mass-adoption of PokemonGo – an Augmented Reality-style game users could download on their mobile devices – was a glimpse at the medium’s potential.

“I think phenomenon like that [Pokemon GO] are always good, because they help other people thinking well, that was inventive, that was a shot in the dark,” Dubreil said.

“It’s about increments; it’s not one big thing that happens overnight that we all turn and adopt, I think it’s our consciousness that’s being nudged in a particular direction, and it’s through examples like that that the full scale adoption happens.”

Timur Musabay, Co-founder and Director of Toronto-based Occupied VR Inc., says that a push from the film industry to make more films in Canada has helped create a vacuum of sorts and accelerated advancements.

“So much of Hollywood comes [to Canada] for filming and post-production, we have by necessity formed an incredible amount of post-production houses that constantly have to push the envelope to keep the dollars on this side of the border,”Musabay explained.

“This translates directly into the fields of VR/AR, as these are an extension of that exact world. I would personally put Canada near the top in a list of countries that are at the forefront of VR/AR.”

Occupied VR specialises in the development of vision for use in Virtual Reality headsets, and Musabay believes the potential uses of the medium – outside of gaming and film – could be extraordinary.

“Besides its obvious entertainment potential, VR has unlimited potential in the fields of education and medicine, for example ,” he said.

“The ability to transport students to different places and times in history can imprint on the developing mind much more than a textbook or lecture ever could. Already being used in various medical fields, doctors are able to examine and dissect body parts like never before; increasing their chances of proper diagnosis.

“VR can also allow doctors to ‘shrink’ themselves and take the POV of miniature cameras that enter the patient, which can shed new light on ailments and the structure and functionality of the human body. There has also been a lot of investigation using VR to treat mental disorders and conditions such as PTSD. Its uses outside of simple entertainment are endless.”

The potential for story-telling within VR and transporting the user into new locations and environments is immense, which Musabay believes will assist in the building of empathy and give people a genuine understanding of how some people are forced to live – and hopefully help to fix inequalities.

“Occupied just recently finished an interactive VR project with Vice called “Cut-Off’ which focuses on the dismal conditions that our First Nations in Canada are facing day to day,” he said.

“We visited the communities of Shoal Lake 40 and Cross Lake, both plagued with massive problems such as lack of clean water and an epidemic of teenage suicide, which is absolutely heartbreaking and infuriating. We focused on letting the residents tell their stories in an uncensored manner.

“This is an issue that our country cannot ignore any longer; they need a voice and anything that we can do to help, we will.”

Musabay said the Byron Bay experience was an incredibly valuable one.

“It shrinks the world and allows like-minded people to speak in person, which I think yields much better results than email or Skype,” he said

“We formed some personal bonds with other attendees that will translate into the professional field. Also the discussions we had were really free and intelligent, which is the most one can hope for.”

Director of the festival, J’aimee Skippon-Volke, said the addition of the VR component was vital in ensuring the festival kept at the cutting edge of film development and technology.

“Virtual and Augmented Reality represent the future of storytelling,” she declared.

“They are new mediums which engage and fascinate the majority of those who get inside for the first-time and are presented with a quality VR Experience. As a Film Festival we wish to grow with and guide our audiences – and VR allows us to take them on a journey – with us.”

She believes the collaborations and networks built out of the festival will help to build the understanding of the capabilities of VR as an entertainment vessel.

“As a new industry and technology we are all learning – and shared knowledge will help this technology be part of a better entertainment experience for the audience,” she said.

“We know we can continue this spirit in this new medium, and as a result create opportunity and benefit for all.”

Le leadership du Canada une réalité virtuelle

En Octobre dernier, au cœur de l’une des destinations les plus belles et les plus détendues d’Australie, le plus important festival cinématographique régional d’Australie, le Festival  du Film de Byron Bay a célébré son 10ème anniversaire.

En 2016, ce festival organisé sur la côte nord de Nouvelle Galles du Sud ne s’est pas contenté de présenter des films australiens et d’autres pays, il a aussi invité des experts internationaux de l’une des industries créatives  à l’expansion la plus rapide au monde : la réalité virtuelle.

La conférence  co_lab_create du festival a ainsi réuni des spécialistes en réalité virtuelle et augmentée pour  échanger sur les progrès, tendances et technologie, et le leadership du Canada dans ce domaine s’est affirmé en première ligne de cet évènement.

Stephan Dubreuil  de WOOLF + LAPIN, une compagnie de Montréal spécialisée dans le développement de créations pour la réalité virtuelle, y  participait et  il a servi de modérateur dans une discussion sur les possibilités de la VR comme élément  du récit. Il a expliqué que le Canada et le Québec en particulier sont un hub pour la VR.

“Cela, nous a déclaré Dubreuil, fait partie de notre culture; nous avons financé les arts parce que nous estimons que c’est la voix de notre culture, de notre nation, même petite, et tout cela rebondit sur la scène internationale.”

“Lorsque vous avez le terrain propice, cela encourage plus de personnes à s’y intéresser, il y a donc comme une réaction en chaîne de gens qui franchissent le pas, qui prennent le risque, et au Canada on a un esprit d’entrepreneur.”

Accompagnant cet esprit d’entreprise, les organisations canadiennes qui travaillent dans la VR ont reçu le soutien d’institutions gouvernementales désireuses de voir plus loin que par le bout de la lorgnette.

“Les principales institutions de financement telles que Telefilm et Canadian Media Fund,  se sont investies dans les discussions, dit-il, elles ont participé aux conférences et ont rejoint cette petite société organique en nous encourageant à leur envoyer nos candidatures, à leur envoyer nos projets.”

“Et chapeau à ces dirigeants d’institutions qui ont su reconnaître la valeur, la qualité de la VR émergeant de ce pays pour gagner l’attention internationale ! Alors pour eux  avoir associé le logo CMF  à  cette entreprise ça tient la route financièrement et politiquement.”

Bien que la VR/AR ait fait le buzz depuis plusieurs années, elle a eu du mal à sortir de l’image de gadget ou de truc réservé  aux joueurs de haut niveau, pour finalement devenir un medium utilisé largement. Dubreuil espère que le développement d’un  bon réseau et du savoir dès les premières étapes du mouvement placera WOOLF + LAPIN en bonne position pour tirer bénéfice de ce qu’il espère être un déferlement dans l’adoption  par les utilisateurs.

“Si on regarde l’internet, ajoute-t-il, beaucoup de gens sont restés sur la ligne se demandant ce qui allait se passer, et puis ça s’est  développé de plus en plus, et ceux qui ont voulu se lancer trop tard ont raté l’opportunité.”

“Pour l’instant, la VR n’est qu’un composant, une boutique éphémère. Pas encore à grande échelle, mais je pense que si les investisseurs s’y mettent, et si plus de compagnies s’impliquent, ce sera plus qu’une petite excitation, ça deviendra une nouvelle façon de vivre à l’avenir.”

Récemment l’adoption massive de PokemonGo, un jeu style réalité augmentée que les utilisateurs peuvent télécharger sur leurs portables,  a donné une petite idée du potentiel de ce medium.

“Je pense, déclare Dubreuil, que des phénomènes comme ceux-là [Pokemon GO] sont toujours de bonne augure, parce qu’ils aident les autres  à penser que c’est en fin de compte créatif,  que c’est un essai au hasard.”

“Tout est question de progression; il ne s’agit pas d’un grand mouvement  instantané qu’on adopte tout d’un coup, je pense que notre conscience est titillée dans une certaine direction, et que l’adoption en masse suit de tels exemples.”

D’après Timur Musabay, co-fondateur et directeur de  Occupied VR Inc., dont la base est à Toronto, une invitation de l’industrie cinématographique à faire plus de films au Canada a en quelque sorte provoqué un appel  d’air et  accéléré la progression.

“Hollywood, explique Musabay,  vient au Canada pour les tournages et la postproduction, tellement même  que nous avons dû lancer un nombre incroyable de sociétés de postproduction  qui doivent sans cesse repousser les limites pour attirer les dollars de ce côté de la frontière.”

“Et tout cela se transmet directement dans les domaines de la VR/AR qui ne sont qu’une extension de ce monde. Personnellement je placerai  le Canada en haut de la liste des pays qui sont au premier plan de la VR/AR.”

Occupied VR se spécialise dans le développement de la vision utilisée dans les casques de Réalité Virtuelle, et Musabay estime que les utilisations potentielles de ce medium, en dehors des jeux et des films, pourraient se révéler extraordinaires.

“En dehors du potentiel de divertissement évident, la VR, affirme-t-il, renferme un potentiel illimité dans les domaines de l’éducation, et de la médecine par exemple.”

“La possibilité de transporter des étudiants dans différents lieux et différents moments de l’histoire peut avoir sur un esprit en développement  un impact bien plus fort qu’un manuel ou une simple lecture. D’ores et déjà utilisée dans plusieurs spécialisations médicales, la VR permet aux  docteurs d’examiner et de disséquer des parties du corps comme jamais auparavant ; améliorant ainsi leurs chances d’un diagnostic pointu.

“La VR  peut aussi permettre aux médecins de se miniaturiser et par l’examen des  patients avec l’aide des caméras endoscopique POV voir d’un œil nouveau les maladies, la structure et le fonctionnement du corps humain. Avec la VR, on a déjà aussi procédé à de nombreux examens pour le traitement des maladies mentales  telles que l’ESPT (l’état de stress post-traumatique). Ses utilisations en dehors du divertissement sont sans limites.”

Le potentiel est immense pour un scénario en VR et pour transporter l’utilisateur dans des endroits et environnements inhabituels, ce qui selon Musabay facilitera un partage des affinités et donnera aux gens une meilleure compréhension de ce que les autres sont contraints de vivre, avec à la clé peut-être une solution pour résoudre les inégalités.

“Occupied, dit-il, a récemment terminé avec Vice un projet VR interactif  nommé “Cut-Off’ qui décrit les conditions horribles que doivent subir au quotidien les membres de nos Premières Nations du Canada. ”

“Nous sommes allés dans les communautés de Shoal Lake 40 et de Cross Lake, toutes deux victimes de problèmes très graves tels que la pénurie d’eau potable et l’épidémie de suicides de jeunes, ce qui est absolument bouleversant et enrageant. Nous nous sommes concentrés  à donner la parole aux résidents qui ont raconté leur histoire sans aucune censure.

“C’est un problème que notre pays ne peut plus se permettre d’ignorer; ils ont besoin d’une voix et nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les aider.”

Pour Musabay, l’expérience vécue à Byron Bay a été  incroyablement enrichissante.

“Elle réduit les frontières, dit-il,  et permet à des gens qui partagent les même idées de se rencontrer  et de produire des résultats  bien mieux que les courriels ou Skype. ”

“Avec d’autres participants, nous avons tissé des liens personnels que nous pourrons utiliser dans notre milieu professionnel. De plus, les discussions que nous avons eues étaient vraiment libres et intelligentes, c’est tout ce qu’on pouvait espérer.”

La directrice du festival,  J’aimee Skippon-Volke, a déclaré que l’addition de l’élément VR a été essentielle pour s’assurer que le festival est bien à l’avant-garde de la technologie et du progrès du cinéma.

“La Réalité Virtuelle et Augmentée représente, déclare-t-elle, l’avenir  du récit.”

“Ce sont des nouveaux mediums qui attirent et fascinent la majorité de ceux qui entrent pour la première fois et à qui on offre une expérience VR de qualité. En tant que festival de cinéma, nous souhaitons évoluer avec notre public et le guider, et la VR nous permet de partir à l’aventure, ensemble.”

Elle pense que les collaborations et les réseaux qui se sont développés pendant le festival aideront à comprendre les possibilités de la VR comme véhicule de divertissement.

“Comme il s’agit d’une industrie et d’une technologie innovantes, ajoute-t-elle,  nous en sommes tous au stade de l’apprentissage, et le partage des connaissances aidera à inclure cette technologie dans une meilleure expérience de divertissement pour le public.”

“Nous savons que nous pouvons continuer cet état d’esprit dans ce nouveau medium, et au final créer des opportunités et en faire profiter tout le monde.”