A Stick Girl’s journey: Exploring stories of multiculturalism

In Window Horses: The Poetic Persian Epiphany of Rosie Ming, writer and director Ann Marie Fleming tells a story about the importance of art, culture and multiculturalism through the lens of her avatar – Stick Girl – but it wasn’t an easy story to get on screen.

The animated feature, which had its Australian premiere at the Sydney Film Festival, was written over twenty years ago while Fleming was living at an artist residency in Germany. The story originated as a graphic novel, and its journey to screen took patience, hard work and support. The story follows Stick Girl – in the movie named Rosie Ming – on a journey to a poetry festival in Iran, which turns into a life altering experience.

“It started as a story, it was always supposed to be translated into a film, and I got some development funding, had a storyboard and an animatic getting all ready to go into production, and then 2009, the Iranian elections and there was all that violence after, Canada cut off diplomatic relations with Iran, it became an impossible film to make,” Fleming told Canada Down Under.

“I wanted to still tell the story, because my story is about peace and tolerance, this message about how poetry links us through the millennia across all cultures, and I just wanted to keep it alive, so I turned the storyboard into a graphic novel.”

Years later, the opportunity arose to once again turn the story into a film as desired, but difficulties with financing saw Fleming turn to crowd funding, starting an Indiegogo campaign to raise funds for the films production – and Fleming turned to an old friend for assistance.

“I’m a creative person, not a pitch person. I thought ‘I need someone to amplify my message’, and that’s when I contracted Sandra Oh (of Grey’s Anatomy fame). We’ve known each other for twenty years, and we’ve never had the opportunity to work together, because she’s been very busy, and so once she said yes, she started being the spokesperson for the film on this platform,” Fleming explained.

“We got so much press – international press – because everybody wanted to know what she was doing after Grey’s Anatomy. She’d been this character that a generation of people had grown up with, and so we just got to talk about our themes – girl power, the importance of art, culture, family, tolerance, pluralism, and multiculturalism, and we got so many pages in all sorts of press all over the world, it was just incredible and we had no film, there was no context, there was no festival, it was just us getting to talk about things that we think are important in the world, and it was fantastic.”

More than 700 people donated over $80,000 to help get the film off the ground, and with long-time animation collaborator Kevin Langdale, Fleming’s vision was finally being put to screen.

Much of what Fleming writes about is steeped in her own personal history and stories. In a preview film, The Magical Life of Long Tack Sam (2003), she traced the journey of her great grandfather, Asian Magician Long Tack Sam from Canada around the United States, China, England and Austria. In Window Horses, the distinct similarities between Rosie Ming and herself are clearly evident.

“My avatar ‘Stick Girl’ who I’ve been working with for thirty years and kind of my kinder, more courageous self is the central character – it’s her first acting role, she’s Rosie May and she’s voiced by Sandra Oh, which is the first time she’s had another actor be her,” she said.

“She’s half Persian here, which obviously I’m not, but she very much takes a lot of my history and my stories as an actor would when she’s bringing it to a new role.”

Fleming, in fact, is of Australian and Chinese parentage, was born in Japan before moving to and studying in Canada. She now resides in Vancouver, and says her multiracial background and country-hopping life has led her to investigate the journeys of others.

“I came to Canada as an immigrant, lived in a lot of different cities and have a lot of different backgrounds, but I don’t look particularly like any of them, or sound like any of them – you really have to ask me what my background is,” she said.

“I’ve always been very interested in the stories of other people, because I really do believe that what you are, where you are and when you’re there tells you everything.”

The film has received critical acclaim around the globe since it made its world premiere in competition at the 2016 Annecy International Animated Film Festival. Fleming says the film is proudly Canadian, and was delighted to be honoured with significant wins at the Vancouver International Film Festival in 2016.

“It won Best Canadian and Best BC film which is crazy – it’s interesting because it’s two different juries and it’s an animated film, and animation often is not seen on the same plain as live action. It’s won awards all over the world, in animation and general festivals, so it’s interesting that everybody sees the same film, regardless of the culture, which is really what I was hoping for,” she said.

“It really is a totally Canadian film, Mongrel was the distributer in Canada, the NFB came on as co-producers, Telefilm, and of course with tax credits too every Canadian citizen is actually an investor in this film. This film really is a cultural artifact from Canada and if you stay till the very end of the credits, you’ll see her waving a little Canadian flag.”

With any Australian trip being a homecoming of sorts, Fleming said she was excited about the opportunity to show her film in Sydney.

“For me its double-barrel coming to Australia, because I get the opportunity to see family. You don’t always know when you go someplace what you’re going to find, and I don’t mean just reception for the film, but the whole world is changing so quickly, and Sydney is such a dynamic city and every time I come here, every few years, it’s a completely different mix-up, it’s a completely different vibe,” she said.

“I’m old enough that I remember when you couldn’t get good food in Australia, and you always look at food – food is kind of like a litmus test for multiculturalism – how good is the food, how accessible is it, and who’s eating it, it tells you how well things are going – and there’s some really great food in Sydney.”

Window Horses: The Poetic Persian Epiphany of Rosie Ming was part of the Sydney Film Festival’s Focus on Canada, and Ann Marie Fleming was able to attend thanks to the support of the Consulate General of Canada, Sydney.

Le journal d’une Stick Girl: exploration d’histoires multi-culturelles

Dans Window Horses: l’épiphanie poétique persanne de Rosie Ming, la réalisatrice et scénariste Ann Marie Fleming nous raconte l’importance de l’art, de la culture et du multiculturalisme à travers l’objectif de son alter ego – Stick Girl – mais en faire un film ne fut pas chose aisée.

Ce film d’animation qui a fait sa première australienne au Festival cinématographique de Sydney a été écrit il y a plus de vingt ans quand Fleming était artiste en résidence en Allemagne. Il s’agissait tout d’abord d’une bande dessinée et la porter à l’écran a requis pas mal de patience, de dur labeur et de soutien. C’est l’histoire de Stick Girl, Rosie Ming dans le film, dont le voyage en Iran pour un festival de poésie se transforme en une expérience qui va changer sa vie.

“Ça a commencé par un scénario, déclare Fleming à Canada Down Under, un scénario qui devait se traduire par un film. J’ai obtenu le financement de développement, un scénarimage et un animatic, tout était prêt pour la production. Et puis en 2009, il y a eu les élections iraniennes, et toute la violence qui a suivi, le Canada a rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran, et le film n’a pas pu se faire. ”

“Je voulais quand même poursuivre avec ce film, parce que mon histoire porte un message de paix et de tolérance, qui explique comment la poésie nous relie les uns aux autres depuis des millénaires par-delà toutes les cultures, et je voulais juste la maintenir en vie alors j’ai changé mon scénarimage en bande dessinée.”

Des années plus tard, elle a eu à nouveau l’opportunité d’en faire un film comme elle le souhaitait, mais les difficultés de financement ont poussé Fleming vers le financement participatif, avec une campagne Indiegogo pour financer la production de films, et elle s’est alors tournée vers une vieille amie.

“Je suis une personne créative, nous explique Fleming. Je me suis dit : ‘J’ai besoin d’une personne qui va amplifier mon message’, et j’ai donc contacté Sandra Oh (la célèbre actrice de Grey’s Anatomy). On se connaît depuis vingt ans et on n’a jamais eu l’occasion de travailler ensemble parce qu’elle est très occupée, et donc dès qu’elle a dit oui, elle est devenue la porte-parole du film sur cette plateforme.”

“On a eu tellement de publicité, internationalement, parce que tout le monde voulait savoir ce qu’elle était devenue après Grey’s Anatomy. Elle était ce personnage qui avait accompagné toute une génération et on a donc parlé de nos thèmes de prédilection: le pouvoir féminin, l’importance de l’art, de la culture, de la famille, de la tolérance, du pluralisme et du multiculturalisme, et on a eu tellement de retour dans la presse internationale de toutes sortes, c‘était tout simplement incroyable, on n’avait pas de film, pas de contexte, pas de festival, on parlait juste de choses qui nous paraissaient importantes dans le monde, c’était fantastique.”

Plus de 700 personnes ont donné plus de 80 000 dollars pour lancer le film, et avec Kevin Langdale, collaborateur de longue-date dans l’animation, le rêve de Fleming s’est finalement transposé à l’écran.

Une bonne part de ce que raconte Fleming trouve sa source dans ses histoires et son expérience personnelles. Dans un film précédent, La vie magique de Long Tack Sam (2003), elle retraçait le parcours de son arrière-grand-père, le magicien asiatique Long Tack Sam du Canada aux États-Unis, par la Chine, l’Angleterre et l’Autriche. Dans Window Horses, la ressemblance entre Rosie Ming et elle-même est bien évidente.

“Mon alter ego, dit-elle,  ‘Stick Girl’ sur laquelle je travaille depuis trente ans, et qui est en quelque sorte ma doublure plus douce et plus courageuse en est le personnage central. C’est son premier rôle d’actrice, elle est Rosie Ming, avec la voix de Sandra Oh pour qui c’est la première fois qu’elle est interprétée par une autre actrice.”

“Dans le film, elle est à moitié persanne, ce que je ne suis pas évidemment, mais elle emprunte une bonne partie de moi et de mes histoires, comme le ferait une actrice qui interprète un nouveau rôle.”

En fait, Fleming est de descendance australienne et chinoise, née au Japon avant qu’elle ne vienne au Canada pour y étudier. Elle réside maintenant à Vancouver et déclare que son héritage multiracial et sa vie de globe trotteuse l’ont conduite à examiner les voyages des autres gens.

“Je suis venue au Canada, dit-elle,  comme immigrante, j’ai vécu dans plein de différentes villes et j’ai un riche bagage culturel, mais je ne leur ressemble pas vraiment physiquement, et le son de ma voix est différent, au point qu’on me demande toujours quelles sont mes origines.”

“J’ai toujours montré un intérêt dans les histoires des autres gens, parce que je crois sincèrement que tout est dévoilé par ce qu’on est, où on est et quand on y est.”

Le film a été bien reçu internationalement depuis sa première sortie mondiale au Festival international du film d’animation d’Annecy en 2016. Pour Fleming, ce film est résolument canadien, et elle se déclare enchantée d’avoir été dignement récompensée au Festival international du film de Vancouver en 2016.

“Le film, dit-elle,  a remporté le prix du meilleur film canadien et celui du meilleur film de Colombie britannique. C’est dengue! Mais c’est intéressant parce qu’il s’agit là de deux jurys différents et que c’est un film d’animation, et l’animation n’est pas souvent mise au même niveau que les autres films. On a remporté des prix dans le monde entier, dans les festivals du film d’animation et les autres, il est donc intéressant de constater que tout le monde voit le même film, indépendamment de sa culture, c’est tout ce qu’on espérait. ”

“C’est un film intégralement canadien, Mongrel est le distributeur au Canada, le NFB (l’Office national du film du Canada) y est co-producteur, Téléfilm, et bien sûr avec les crédits d’impôts chaque citoyen canadien a investi dans le film.  Ce film est vraiment un artefact culturel du Canada et si on reste pour voir le générique jusqu’à la fin, on la voit agiter un petit drapeau canadien.”

Chaque voyage en Australie constituant pour elle un peu comme un retour aux sources, Fleming s’est dite emballée par cette occasion de montrer son film à Sydney.

“Venir en Australie, dit-elle, c’est pour moi faire d’une pierre deux coups, parce que ça me donne l’occasion de revoir ma famille. On ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre quand on visite un endroit, et je ne parle pas seulement de la réception du film, mais le monde change si rapidement, et Sydney est une ville si dynamique, chaque fois que je reviens, une fois de temps en temps, c’est une nouvelle atmosphère si complètement différente,  des ondes si complètement différentes.”

“Je suis assez vieille maintenant pour me rappeler qu’il fut un temps où on ne pouvait pas manger proprement en Australie et on regardait toujours la nourriture, c’est un bon test du multiculturalisme, la qualité de la nourriture, son accessibilité et sa clientèle, c’est révélateur du bon déroulement des choses, et à Sydney on a la chance de trouver une très bonne nourriture.”

Window Horses: L’épiphanie poétique persanne de Rosie Ming, dans la section Focus sur le Canada au Festival cinématographique de Sydney 2017. Participation de Ann Marie Fleming grâce  au soutien du Consulat général du Canada, Sydney.