1:54 – A modern day high school drama

Twenty one minutes. That’s how long Yan England stood in a corner, waiting for his hero Steven Spielberg to finish a conversation with Daniel Day Lewis at a post-Oscars party so he could tap him on the shoulder.

England was at the Oscars in 2013 after being nominated for Best Live Action Short Film Henry, a story inspired by his grandfather and dealing with Alzheimer’s, and took the opportunity to meet his movie-making idol.

“Stephen Spielberg has been filling my imagination since I was a kid, and I wanted to meet him throughout the entire process, and after the Oscars there was a party where all the nominees and winners were going to,” England said.

“We had an amazing conversation about films, my film, his films, and at the end of that conversation, he looked at me and said ‘good, now, go make movies’, and it clicked. Even though I didn’t win, I went back to my hotel that night so motivated, and I started writing 1:54 at that time.”

Inspired by England’s own experiences in sport and working with young people, 1:54 is a film set in the micro society that is the high school environment, and studies the challenges that young people face in the modern world through bullying, social media, and peer-pressure. He hopes the film will give parents and teachers a peak at what is going on inside this micro society.

“I’ve been acting since I was eight years old in Quebec, in TV series and films through Canada and the States. I was lucky enough to establish this relationship with different generations of teenagers, and because I’ve been acting and hosting as well, it gives me a proximity to them all – I’ve always had this connection with young people,” England explained.

“This is giving parents an opening to this world that they don’t know exists, or they do know it exists, but they don’t know the whole spectrum – some parents have no idea what snapchat is or how it works, and because they don’t necessarily connect with it, they don’t know the reality of it, and how quick one text message can be sent to one, two, five, twenty people.”

An intense and fairly dark film, the movie deals with heavy subjects including youth suicide, bullying, sexuality and trust, but England says that wasn’t necessarily the entire focus of the film.

“It’s a psychological thriller about – yes there’s an aspect of bullying, but there’s also an aspect of sports and perseverance and overcoming your own limits, so it’s a mix of a bunch of things,” he said.

“[Main character] Tim wants to become somebody. He’s 16 years old, he’s been bullied, he’s having problems in school, and he’s had enough. 1:54 isn’t about being moralistic, and I’m not giving out any answers – this is Tim’s point of view.”

Tim, played by Antoine Olivier Pilon, appears in every scene in the film, and is a complex character; a brooding, talented 800m runner struggling not just with his sexuality but also the loss of a friend and the incessant bullying from his high school peers.

Now a household name in Quebec thanks to his prominent role in Xavier Dolan’s 2014 film Mommy, which won the Jury Prize at the Cannes Film Festival, as well as nine Canadian Screen Awards, including Best Motion Picture, Pilon didn’t step into the role lightly.

“I had Antoine in mind from the get-go. It took me three years to write the film, and right from the start I had Antoine in mind. He hadn’t done Mommy yet, he’d done another film called Pee Wee 3D, where he was playing a hockey player, and I had done an interview with him for a show I was hosting,” England said.

“He read the script, loved the whole thing, but he said ‘I need to think about it’. It’s an intense film, there are a lot of things happening physically, mentally, psychologically – there’s a lot going on. He was 17 at the time, and he told me he wanted to take a week just to think about it, and I thought it was very mature of him to do so, instead of just jumping into it and having second thoughts.”

1:54 is just one of many films coming out of the cultural hub that is Quebec. Canada’s cultural centre is booming with feature films, performing arts and television shows that are becoming the envy of the world. England says he’s found inspiration from the host of prominent directors coming out of the area.

“The beauty of it is that all of these great directors are bilingual, which represents our country, which represents real world Canada – it’s a bilingual country. It gives them an opportunity to shoot in French and or English, which are two different cultures, which is great because that’s what Canada is all about – it’s about culture, it’s about diversity, it’s about opening up to diverse groups,” he said.

“It’s very inspiring to everyone because you think, it is possible. It is possible if you work hard and you believe in your story, then you’re going to make it.”

He hopes the broad appeal of his film, and its relevance to young people not just in Canada but around the globe, combined with the growing popularity of films coming out of the region, will help to get this important film seen by as many young people, parents and teachers as possible.

“The beauty of cinema is that it’s international – it doesn’t matter what language you’re making your film in – it can be in English, French, you can be making a film from Uzbekistan or New Zealand, it doesn’t matter. Because it’s dealing with emotions, emotions are international, it’s the one thing that connects everybody in the world,” he said.

“We can be different colours, we can believe in different things, but emotions are raw, it’s what connects us all. Cinema has a way of touching those feelings, either through drama, psychological thrillers, comedy, and to have 1:54 screen here it’s unbelievable because I get to see Australians reactions and see whether this is a reality for them as well, and I’ve realised that it is the same reality.”

1:54 had its Australian premiere at the Mardi Gras Film Festival, of which the Consulate General of Canada, Sydney is proud supporter. Yan England was in attendance thanks to that support.

1:54 - Un drame moderne de lycée

Vingt et une minutes. C’est le temps que Yan England a patienté dans un coin, attendant que son héro Steven Spielberg finisse une conversation engagée avec Daniel Day Lewis lors d’une réception suivant les Oscars avant de pouvoir lui taper sur l’épaule.

England était présent aux Oscars en 2013 après une nomination de son film Henry dans la catégorie du meilleur court-métrage de fiction, un scénario inspiré  par son grand-père traitant de la maladie d’Alzheimer. C’est là qu’il a pris l’opportunité de rencontrer son réalisateur fétiche.

“Stephen Spielberg a rempli mon imagination depuis mon enfance, nous déclare England, j’ai toujours voulu le rencontrer, et après la cérémonie des Oscars il y avait une réception où tous les nominés et les lauréats devaient se rendre.”

“Nous avons eu une conversation passionnante sur le cinéma et à la fin de la conversation il m’a regardé et m’a déclaré : ‘c’est bien, maintenant va faire des films’ et ça a été le déclic. Même si je n’ai pas remporté d’Oscar, je suis retourné à mon hôtel ce soir-là très motivé et j’ai commencé à écrire 1:54 à ce moment-là.”

Inspiré par l’expérience personnelle de England dans le sport et le travail avec les jeunes, 1 :54 est un film placé dans la microsociété qu’est une école secondaire qui explore les défis auxquels sont confrontés les jeunes du monde moderne, incluant le harcèlement, les médias sociaux et la pression des camarades. Il espère que ce film donnera aux parents un aperçu de ce qui se passe à l’intérieur de cette microsociété.

England explique : “Je suis acteur depuis l’âge de huit ans  au Québec, dans des séries télévisées et des films au Canada et aux  États-Unis. J’ai eu cette chance d’établir des relations avec différentes générations d’adolescents, et parce que  j’étais acteur  et animateur  en même temps, j’ai eu cette proximité avec tous, j’ai toujours eu cette connexion avec les gens.”

“C’est l’occasion de donner aux parents une ouverture sur ce monde dont ils ignorent l’existence, ou qu’ils connaissent mais dont ils ignorent les détails. Certains parents n’ont aucune idée de snapchat ou de son fonctionnement, et parce qu’ils n’ont pas nécessairement de connexion avec, ils en ignorent la réalité,  et ne savent pas qu’un texto peut si rapidement atteindre une, deux, cinq  ou vingt personnes. ”

Film intense et plutôt sombre, le long-métrage aborde des thèmes aussi sérieux que le suicide parmi les jeunes, le harcèlement, la sexualité et la confiance, mais pour England ce n’est pas là nécessairement le propos entier du film.

“C’est, dit-il, un thriller psychologique sur ce thème, oui  on y parle du harcèlement, mais on évoque  également le sport, la persévérance et le dépassement de ses propres limites, c’est un bouquet garni de plein de choses.”

“[Le caractère principal] Tim veut devenir quelqu’un. Il a 16 ans, il est victime de harcèlement, il a des problèmes à l’école, et il en a assez. 1:54 ne veut pas faire de morale, et je n’offre pas de réponse toute faite : je présente le point de vue de Tim.”

Tim, joué par Antoine Olivier Pilon, apparaît dans chaque scène du film, c’est un personnage complexe; un sportif de talent, boudeur, pas seulement en lutte avec sa sexualité, mais aussi la perte d’un ami et le harcèlement continuel par ses camarades de classe.

Désormais célèbre au Québec grâce à son rôle remarquable dans le film de Xavier Dolan, Mommy en 2014, qui a remporté le Prix du jury au Festival de Cannes, ainsi que neuf récompenses aux Prix Écrans canadiens, dont celle du meilleur film, Pilon ne s’est pas lancé dans ce rôle à la légère.

“J’avais Antoine en tête depuis le début, dit England. J’ai mis trois ans pour écrire ce film et dès  le début j’avais Antoine à l’esprit. Il n’avait pas encore fait Mommy, mais il avait fait Pee Wee 3D, un autre film où il avait le rôle d’un joueur de hockey, et je l’avais interviewé pour une émission dont j’étais l’animateur.”

“Il a lu le scénario, ça lui a plu, mais il ajouté que je devais y réfléchir. C’est un film d’une forte intensité, beaucoup d’éléments interviennent physiquement, mentalement  et psychologiquement. Il se passe beaucoup de choses.  Il avait 17 ans à ce moment –là, et il m’a dit qu’il avait besoin d’une semaine pour y réfléchir, je me suis dit que ça montrait bien sa maturité, au lieu de se lancer dedans et puis le regretter par la suite.”

1:54 n’est que l’un des films issus de  ce hub culturel qu’est Québec.  Le centre culturel du Canada regorge de longs métrages, de spectacles et de programmes télévisés enviés par le reste du monde. England déclare que son inspiration il l’a glanée dans la pépinière de réalisateurs  de choix originaires de cette région.

“La beauté de tout cela, dit-il,  c’est que tous les grands réalisateurs sont bilingues, une représentation de notre pays, de la réalité du Canada qui est un pays bilingue. Ce qui leur donne l’opportunité de filmer en français et/ou en anglais, deux cultures différentes, c’est là la spécificité du Canada, on est dans la culture, la diversité, l’ouverture aux différents groupes. ”

“C’est une inspiration pour tous parce qu’on réalise que c’est possible. C’est possible à la condition de travailler dur, et de croire en son histoire, alors c’est possible de réussir.”

Il espère que l’intérêt général de son film, et sa pertinence pour la jeunesse, pas seulement canadienne mais du monde entier,  en combinaison avec la popularité grandissante des films issus de la région, contribuera à ce que ce film important soit vu par le plus de jeunes, de parents et d’éducateurs que possible.

“La beauté du cinéma c’est que c’est international, peu importe la langue utilisée pour le tournage, ça peut être en anglais, en français, on peut faire un film d’Ouzbékistan ou de Nouvelle-Zélande, cela n’a aucune importance. Parce qu’on est dans les émotions, et les émotions sont internationales;  c’est, dit-il, ce qui relie tout le monde dans ce monde. ”

“On peut être de couleur différente, on peut croire en des choses différentes, mais les émotions sont brutes, c’est ce qui nous relie entre nous. Avec le cinéma il est possible de toucher ces sentiments, que ce soit par un film dramatique, un thriller psychologique, une comédie et de voir 1:54 sur les écrans ici c’est incroyable parce qu’il m’est donné de constater les réactions australiennes et de voir si pour eux aussi c’est une réalité, et j’ai  compris que c’est bien la même réalité.”

1:54 a fait son entrée australienne lors du Festival cinématographique du Mardi Gras, auquel  le Consulat Général du Canada de Sydney apporte son soutien  avec fierté. Présent pour l’occasion, Yan England nous a remerciés de ce soutien.