Canadian Blast at Australian Music Week

Australian Music Week, held in November in Cronulla, is an opportunity to showcase talent to the Australian music industry – the Canadian Blast saw six acts perform – Canada Down Under spoke to a selection about their music and the opportunity to perform in Australia.

Poor Nameless Boy

BreakOut West

In an effort to distinguish himself from his musical family, Joel Henderson was sitting at the dining table, trying desperately to come up with an alternative surname to use on stage.

“I couldn’t find any that I liked – it just seemed too fake,” Henderson said.

“And then my dad poked fun and said ‘oh you poor nameless boy’, and I really liked that. I think it speaks to the raw aspects of my music, it speaks to the intimate parts of the music as well.”

In Sydney for the Canadian Blast at Australian Music Week in Cronulla, an effort to showcase Canadian talent to Australian industry professionals, Henderson says his music style has been woven from an early musical education.

“I’m a lover of music – I listened to tonnes of different genres growing up, and since my Dad was a musician, I listened to a lot of 60s stuff, and from there I fell in love with song writing – when I was somewhere between 16 to 20, I fell in love with the process,” he explained.

“I had some great teachers and mentors who humbled me pretty quickly … there’s a craft, there’s an art here, and that’s been the main influence – I feel  like it’s been a slow draw towards people who put more of an emphasis on their song writing.”

He describes his music as being lyric-based, with that focus on song writing shining through.

“It’s slower, it’s mellow. If you don’t like the content, then you’re not going to like it, because that’s what’s being showcased,” he said.

“And so it’s roots, it’s folk, it’s singer-songwriter, it’s alt-country.”

Henderson says there were a number of reasons the opportunity to come to Australia appealed – and they weren’t all music related.

“There’s part of it where selfishly it’s warm here when it’s cold at home and that’s a big draw personally,” he laughed.

“But other than that to be honest with you I had some friends who spoke about the great market here and I think the similarities between our countries is a draw, the way that they run their folk fests, the way that they speak about the quality of the artists and the music -that in itself is a huge draw, and then it’s just to see if the business will work.”

The business of music is changing, and Henderson says that musicians now have to be more on top of that aspect of the industry than ever before.

“You have to think about the business and marketing side of things now. It’s not as simple as people coming to your shows and buying your album now, especially in Canada,” he said.

“The people who buy the album as opposed to streaming or Apple Music or Spotify or those kind of things, it’s extremely low, so you have to make your revenue differently.”

With those developments in mind, Henderson believes it’s creating more well-rounded artists within the music scene in Canada.

“Especially where I’m from in the province of Saskatchewan, I think we’re getting way better at cultivating art, especially within the music scene,” he said.

“I’ve seen people get better at their art. They become clearer communicators, they know why they’re doing this, they express their emotions clearly, they express the reasons they’re on stage; they express what they’re trying to get through.  They’re getting better, and that’s because we’re all getting better together, and I think that’s a wonderful thing.”

You can find out more about Poor Nameless Boy on his website, as well as check out some of his music via his YouTube channel.

Sarah MacDougall

CMW / CIMA

Battling a frustrating cold in utter contrast to the warm, beach surrounding of Cronulla, south of Sydney, Sarah MacDougall was doing her best to save her voice for her upcoming performance.

The Swedish-born singer was preparing to her showcase her new wave/folk stylings at the Canadian Blast at Australian Music Week, and while conserving her energy, she was eager to talk about the opportunity.

“I’m here through CIMA and the Canadian Blast, which is the Music Export Canada and they brought a few of us over to showcase us in Australia, and it’s super exciting for me because it’s my first time ever playing here,” she said.

“I think as a Canadian, coming to Australia is a logical step, because we’re kind of like sister nations in a way – both Commonwealth with very similar cultures, so it’s kind of a big market to explore.  I recently did a tour with a big Australian band called The Cat Empire and so it’s really cool to be able to come right after that see their country.”

Having moved to Canada from Sweden after high school, MacDougall says the beauty of the Canadian landscape is something that has inspired and shaped her music – with her powerful voice and descriptive lyrics being a feature of her songs.

“I moved from Sweden after high school, because I’m half Canadian, and I decided to do my music degree in Canada – and then I stayed,” she said.

“I think my music is very influenced by living in the north – I’m splitting my time right now between the Yukon and Ontario. I’m very influenced by landscape and the light in the north and just kind of the state of mind of nature.

“I appreciate quiet and beauty and for me it just brings a certain stillness in my mind – it’s really inspiring. A lot of stories come to me while I’m in nature or driving through nature or walking. Being from the north and being from Scandinavia and living for the last six years in the Yukon, I’ve spend most of my life in the north so it’s my home.”

Making the move to Canada has been supremely beneficial for MacDougall, not just thanks to the inspiration of the surrounding features. The investment in the music industry is hitting strong levels, and the entire industry is profiting.

“I think the Canadian music scene is super strong, there’s a lot of money put in to music – they recently did a study that showed that the music business brings a lot of money back into the economy, so it’s a really big thing right now, and a lot of cities are trying to become music cities and have that as part of their tourism,” she said.

“I think Canada has a really great scene, really good musicians, and a really unique song-writing sensibility that’s appreciated throughout the world.”

Check out Sarah MacDougall’s YouTube channel and website, where you can find more information about her and her upcoming tours.

Rich Aucoin

ECMA

Canadian performer Rich Aucoin, with his golden tan and burst of bleached blonde hair, would fit in perfectly on the sands of Sydney’s beaches – and he’s no stranger to them either.

Having previously visited Australia as an exchange student going to school in Penrith, Aucoin made the decision to live away from campus and on the beaches of Bondi – a three-hour round trip.

“It gave me time to focus on just doing the reading for school, so I actually got, for the first time, all my schoolwork done,” he laughed.

“I went to University of Western Sydney out in Penrith, and I did Eastern Philosophy, so basically I was just reading Confucius, surfing, and I didn’t mind the commute on the train.”

An eccentric and incredibly talented musician who feeds off crowd interaction, Aucoin was back in Australia with the Canadian Blast at Australian Music Week – and the industry professionals at the event surely got a taste for his incredible showmanship.

“I kind of make experimental pop music – I grew up loving the Beatles and Beach Boys and a lot of pop from the 60s, but in the same way that the Beach Boys and the Beatles would incorporate experimental elements into their music, I always try and have a different kind of experiment or hypothesis, something to try out,” he explained.

“One summer I recorded all the festival crowds that I played for, so I stacked all the choirs together and made a choir that sounds like a soccer stadium singing one of my songs, so stuff like that, or making synthesizers out of samples of the human voice, or doing lots of studio trickery to a bunch of normal instruments that I play – I play ten or so instruments.”

While Aucoin has spent a fair bit of time down under, this was his first opportunity to play to Australian audiences, and he was looking to make the most of the opportunity.

“I think things like this are very important for making those connections with different festival buyers or booking agents, or anyone in the industry because it’s such an industry focused showcase as opposed to a normal show,” he said.

“These sort of events in Canada have been really good for getting me here in the first place, so hopefully the [industry professionals] here see potential in me coming back to work in Australia.”

Aucoin has travelled extensively around Canada and the world, including tours through South America, North America and Europe. For the release of his first EP, Personal Publications, Aucoin toured across Canada on his bike, raising money for the Childhood Cancer Charity.

“I thought it would be interesting to slow it down and do it over summer, and so that’s what I did – and I knew if I was doing something physical like that I could probably raise some money and awareness for the Childhood Cancer Charity, and particularly towards research for children with leukemia – it was a great experience,” he said.

“I’m hoping to do it again, not Canada, but do America, then do Europe, but I better start doing America soon or I’ll start getting too old.”

And as for his tan, Aucoin was planning to spend a fair bit of his time in Australia adding a few shades.

“I’m playing over two weekends, so my time in between is just spent at the beach and I’m staying just a block away from where I stayed when I was over here for university.”

You can learn more about the incredible Rich Aucoin at his website and YouTube channel

 

 

Des talents canadiens en vedette à la Australian Music Week

La Semaine australienne de la Musique, organisée à Cronulla en Novembre, offre l’opportunité de dévoiler à l’industrie musicale australienne quelques talents, Canadian Blast y a présenté six artistes et Canada Down Under en a rencontré quelques-uns pour évoquer leur musique et l’opportunité de jouer en Australie.

Poor Nameless Boy

BreakoutWest

Pour tenter de se distinguer de sa famille musicale, Joel Henderson assis à la table de la salle à manger essayait désespérément de se trouver un nom alternatif qu’il pourrait utiliser sur scène.

“Je ne pouvais pas trouver quelque chose qui me convienne, déclare Henderson, ça sonnait trop faux ”.

“Et puis mon père a voulu rigoler et m’a dit : oh toi pauvre garçon anonyme ’, et ça m’a plu. Je pense qu’il parlait des aspects bruts de ma musique, et ça s’adresse aussi aux éléments intimes de la musique.”

Présent pour  la Semaine australienne de la Musique qui a lieu à Cronulla, une banlieue de Sydney, où Canadian Blast vient exposer les talents canadiens aux professionnels de l’industrie musicale australienne, Henderson ajoute que son style de musique a trouvé sa source dans une éducation musicale  au plus jeune âge.

“J’aime la musique, professe-t-il, j’ai écouté des dizaines de genres différents pendant ma jeunesse, et comme mon père était musicien, j’ai écouté plein de trucs des années 60, et entre 16 et 20 ans  je me suis découvert une passion pour écrire des chansons, j’aimais le processus”.

“J’ai eu des professeurs et des mentors excellents qui m’ont tout de suite remis à ma place… c’est un travail d’artiste, un art, et ma principale influence vient de là: je me suis senti attiré petit à petit vers des gens qui mettent l’accent sur l’écriture des chansons.”

Il décrit sa musique comme lyrique, avec un cadrage sur l’écriture qui transperce.

“C’est plus lent, dit-il, plus doux. Si vous n’aimez pas le contenu, alors c’est simple vous n’allez pas aimer parce que c’est ce qui est présenté. ”

“Et c’est les racines, c’est du folk, c’est de l’auteur-interprète, c’est du country alternatif.”

Pour Henderson, l’opportunité de venir en Australie  l’a intéressé pour diverses raisons, et pas toutes en relation avec la musique.

“En partie, c’est parce qu’il fait chaud ici tandis qu’il fait froid chez nous, dit-il en rigolant, et ça, ça me parle personnellement.”

“Mais à part ça, pour être honnête avec vous, j’ai des amis qui m’ont parlé du marché formidable ici, et je pense que les points communs entre nos pays représentent un atout,  la façon dont ils organisent leurs festivals folks, la façon dont ils parlent de la qualité de leurs artistes et de la musique, ça déjà c’est un point  majeur, et puis c’est juste pour tâter le terrain.”

Le milieu de la musique change, et pour Henderson les musiciens se doivent d’être au top de cet aspect de l’industrie plus que jamais.

“Maintenant, dit-il,  il faut penser au côté commercial et publicitaire. Il ne suffit pas d’attirer les gens à votre spectacle et de leur vendre votre album, surtout au Canada. ”

“ Avec la compétition du streaming ou d’Apple Music ou de Spotify, ou ce genre de choses, la marge des gens qui achètent votre album est plutôt faible, il faut donc assurer ses revenus différemment.”

Conscient de cette évolution, Henderson pense  que ça a entraîné des artistes plus complets sur la scène musicale canadienne.

“En particulier dans la province dont je suis originaire, le Saskatchewan, précise-t-il, je pense qu’on est devenus bien meilleurs à produire artistiquement, surtout sur la scène musicale.”

“J’ai vu des gens devenir meilleurs dans leur art. Ils sont devenus meilleurs communicateurs, ils comprennent pourquoi ils le font, ils expriment leurs émotions clairement, ils explicitent les raisons de leur présence sur scène ;  ils articulent leur message. Ils deviennent meilleurs, et c’est parce qu’on s’améliore tous ensemble, et je pense que c’est tout simplement magnifique. ”

Pour plus d’informations sur Poor Nameless Boy rejoignez le sur son site. Une partie de sa musique  est sur  YouTube channel.

Sarah MacDougall

CMW / CIMA

Frustrée par un mauvais rhume  contrastant avec l’environnement balnéaire et chaud de Cronulla, au sud de Sydney, Sarah MacDougall fait de son mieux pour sauvegarder sa voix avant sa performance.

Née en Suède, la chanteuse se prépare à présenter son spectacle new wave/folk à Canadian Blast dans le cadre de la Semaine australienne de la Musique. Et tout en conservant son énergie, elle était heureuse de parler de cette occasion.

“Je suis ici, dit-elle, grâce à CIMA et au Canadian Blast de Music Export Canada qui ont invité quelques- uns d’entre nous pour nous présenter à l’Australie,  et pour moi c’est très excitant parce que c’est la toute première fois que je joue ici.”

“Je pense qu’en tant que Canadienne, venir en Australie est une étape logique, parce qu’on est en quelque sorte deux nations jumelles, toutes deux du Commonwealth avec des cultures très semblables, c’est donc un marché énorme à explorer. J’ai récemment accompagné en tournée un grand groupe australien appelé The Cat Empire, et donc c’est vraiment cool de pouvoir venir dans leur pays juste après.”

Arrivée au Canada après son lycée en Suède, MacDougall déclare que la beauté du paysage canadien est quelque chose qui l’a inspirée et a donné forme à sa musique : une voix puissante et  des paroles descriptives sont  caractéristiques de ses chansons.

“Je suis venue de Suède après le lycée parce que je suis à moitié canadienne, et j’ai décidé de faire mes études musicales au Canada, et puis, dit-elle, j’y suis restée”.

“Je pense que ma musique est très influencée par ma vie dans le nord: je passe la moitié de mon temps entre le Yukon et l’Ontario. Je suis très influencée par le paysage et la lumière du nord, et en gros l’atmosphère naturelle.

“J’apprécie le calme et la beauté qui contribuent pour moi à une certaine tranquillité d’esprit : c’est une vraie inspiration. Beaucoup de textes me viennent quand je suis en contact avec la nature, ou quand je conduis dans la nature ou quand  je marche. Être du nord et être de Scandinavie et vivre dans le Yukon ces six dernières années, ça fait que j’ai passé la plus grande partie de ma vie  dans le nord, c’est donc chez moi.”

Venir s’installer au Canada a vraiment été bénéfique à MacDougall, pas seulement pour l’inspiration tirée de l’environnement. L’investissement dans l’industrie de la musique a atteint des niveaux sans précédents et c’est l’industrie toute entière qui en bénéficie.

“Je pense, dit-elle,  que la scène musicale canadienne est très forte, il y a beaucoup d’argent investi dans la musique: d’après une étude récente, le commerce de la musique réinvestit beaucoup dans l’économie, c’est donc quelque chose de grandiose en ce moment, et nombre de villes essaient de devenir des villes musicales, pour ajouter à leur attrait touristique”.

“Je pense que le Canada possède vraiment une scène importante, des musiciens vraiment bons, et une sensibilité d’écriture vraiment unique qui est bien reçue dans le monde entier.”

Retrouvez Sarah MacDougall sur son site et sur YouTube channel  pour plus d’informations sur elle-même et ses prochains concerts.

 

Rich Aucoin

ECMA

L’artiste canadien Rich Aucoin, peau dorée et mèches blondes, aurait parfaitement sa place sur le sable des plages de Sydney: d’ailleurs, il n’y est pas étranger.

Ayant déjà visité l’Australie comme étudiant participant à un échange à Penrith, Aucoin avait pris la décision de ne pas vivre sur le campus mais sur les plages de Bondi, soit 3 heures de transport.

“Ce qui me donnait le temps de me concentrer sur mes lectures scolaires, c’est comme ça que pour la première fois j’ai pu faire mes devoirs, dit-il en rigolant.”

“Je suis allé à l’Université de Western Sydney, à Penrith, et j’y ai étudié  la philosophie orientale, en fait je pouvais lire Confucius, faire du surf et les transports en train ne me dérangeaient pas.”

Musicien excentrique et incroyablement doué, qui se nourrit de l’interaction avec la foule, Aucoin est de retour en Australie avec le Canadian Blast pour la Semaine australienne de la Musique : et les professionnels de l’industrie ont pu ainsi goûter de son incroyable talent d’artiste.

“En gros, nous explique-t-il, je fais de la pop musique expérimentale: j’ai grandi  dans l’amour des Beatles et des Beach Boys et de beaucoup de pop des années 60, mais tout comme les Beatles et les Beach Boys ont incorporé des éléments expérimentaux dans leur musique, j’essaie d’avoir une sorte différente d’expérimentation ou d’hypothèse, pour essayer quelque chose. ”

“Un été, j’ai enregistré toutes les foules de festivals où j’ai joué, j’ai groupé tous les chœurs ensemble  et j’en ai fait un chœur qui  résonnait comme un stade de foot qui chanterait une de mes chansons, des trucs comme ça, ou construire des synthétiseurs à partir d’échantillons de voix  humaines, ou plaquer des trucs de studio aux instruments normaux que je joue, je joue d’une dizaine d’instruments environ. ”

Bien que Aucoin ait passé pas mal de temps down under, c’était là sa première occasion de jouer pour un public australien, et il a bien l’intention d’en profiter.

“Je pense, dit-il, que des occasions comme celle-là sont très importantes pour établir des connexions avec les divers agents ou  promoteurs de festivals, ou quiconque dans cette industrie parce que ce sont des spectacles très orientés vers l’industrie, contrairement à une performance normale.”

“De tels évènements au Canada m’ont vraiment aidé à venir ici, donc  j’espère que ces gens voient le potentiel de me faire revenir travailler en Australie.”

Aucoin a pas mal voyagé au Canada et dans le monde, y compris des tournées en Amérique du Sud, en Amérique du Nord et en Europe. Pour le lancement de son premier EP, Personal Publications, Aucoin a fait tout le Canada en deux roues, pour récolter  des fonds pour Childhood Cancer Charity.

“J’ai pensé que ce serait intéressant de ralentir un peu, et de le faire pendant l’été, et c’est ce que j’ai fait:  je savais que si je faisais quelque chose de physique comme ça, je pourrais probablement récolter  des fonds et faire connaître Childhood Cancer Charity, et en particulier aider la recherche pour les enfants atteints de leucémie. Ce fut, dit-il, une grande expérience. ”

“J’espère pouvoir le refaire, pas au Canada, mais en Amérique, puis en Europe, mais je ferais bien de commencer l’Amérique bientôt avant d’être trop vieux.”

Pour ce qui est de son teint doré, Aucoin a bien l’intention de passer une bonne partie de son temps en Australie pour le soigner.

“Je vais jouer sur deux week-ends, donc  entre les deux je suis sur la plage pas loin actuellement de où je logeais quand  j’étais à l’université.”

Pour en savoir plus sur l’incroyable Rich Aucoin consultez son site et  YouTube channel