Come from Away coming Down Under

Their breakout hit musical has opened in New York, Toronto and in 2019 Melbourne, but for the husband and wife writing team of Come from Away, it was opening night ina tiny Canadian town on the far east coast that gave them the most butterflies.

Gander, a town in the province of Newfoundland and Labrador, is the setting for David Hein & Irene Sankoff’s extraordinarily successful musical, based on the period immediately after the terrorist attacks on September 11, 2001. Two hundred airborne planes were diverted from the US into Canadian cities, with 38 planes and 6,600 people sent to Gander – which usually has a population of around 10,000 – in that frantic period.

Irene and David took their show to Gander in October, 2016, just prior to opening on Broadway.

“Oh my gosh, it was kind of like your wedding and your prom and the birth of your child all on the same night – in front of 2500 people. We were more nervous about that than we were for any other opening night, including Broadway,” Sankoff said.

“We really wanted the people of Gander to be proud of what we did, because if we didn’t have their blessing, telling their stories the way we did, then what’s the point?”

Hein agreed.

“Our goal was never to take the show to Broadway, certainly not to take a show to Australia!” he laughed.

“Our goal was always to get it right and for them to say ‘that’s what happened’.”

The pair said the story of what happened in Gander, as well as in a number of other Canadian cities which took stranded passengers, resonated with them because of their lived experience during the attacks.

“We’re Canadian, obviously, but we were actually living down in New York on 9/11, we were living in a residence called International House, which is an international residence for graduate students, and so it had students from Canada, from around the world,” Hein explained.

“Our experience on 9/11 was that community taking care of each other – our neighbours came and knocked on our doors soon after it happened, we all came together as a community. We were aware that planes had been diverted into Canada, but we didn’t really know the full story. When we started researching it, it resonated with us because we remembered our experience with the kindness of this international community coming together.”  

It was a decade after the events that Sankoff and Hein made the decision to further investigate the story of what happened in Gander, and it was their own experience in the town meeting the local inspirations for the show’s characters that truly helped to shape their musical.

“We applied for a grant from the Canada Council for the Arts and the Ontario Arts Council, and they sent us out to Newfoundland for almost a month, we got to stay there a little bit longer because the Newfoundlanders wouldn’t let us spend money on hotels,” Hein said.

“We interviewed as many people as we possibly could and just came back with thousands of stories, and each one was better than the next.”

The pair see Come from Away as a universal story of hope, caring and unity – and given there were passengers from all around the globe who ended up in Gander, it definitely has a worldly feel.  

“The world landed in Gander … but on the other side it’s an international story and universal because everywhere we take the show, we find that it resonates with people,” Hein said.

“On that day we were all in the same boat, we were all inthe same moment, we all wanted to help, we all felt helpless, and time andagain it becomes more and more resonate because there’s more moments when wefeel those same tragedies and we want to help in some way.”

But it is also a uniquely Canadian story, and not just because that’s where the planes landed. Sankoff says the support for the musical within Canada started well before the concept was ever even considered.

“Let’s go all the way back to high school!” she exclaimed.

“I went to public high school, and it was an arts high school, I got social assistance, I got what they call the Ontario Student Assistance Plan, the OSAP, along with grants and scholarships, and also higher education is reasonably affordable in Canada.”

And from concept to creation, Hein says Canada as a whole has been part of the collective team.

“We’ve been supported by municipal, provincial, and federal grants along our career. Beyond that, to have an entire country adopt your show as an important message for Canada and as an important part of our cultural identity has meant the world,” he said.

“I grew up in Saskatchewan, and then I moved to Ottawa, and on Canada Day I would paint a maple leaf on my face, I would run down the street with a Canada flag flying behind my neck as a cape, I’m not sure you could find someone more patriotic or proud to be part of this country, and to have the country behind us on this journey has meant the world.”

This is the couple’s first trip to Australia, and with the show opening in Melbourne in July 2019, they will stay involved with the development of the new production. They are confident that Australians will feel the same sense of warmth and connection to the show that’s been seen around the world.

“Even just being here so far, it does feel like being at home, it’s so very similar to Canada, I have to admit I’m actually surprised by it,” Sankoff said.

Hein agreed with his wife’s assessment.

“We’ve often been told when we’re away from home that we should find Australians, because they share the same sense of humour, they share the same values, and they’re good people, and it’s already been proven, we’ve been welcomed with open arms, in similar fashion to Gander.”  

The Come from Away writing team of David Hein and Irene Sankoff were in Australia thanks to the support of the Consulate General of Canada (Sydney) through Global Affairs Canada’s Mission Cultural Fund.

Learn more about the people who inspired Come From Away here.

Come From Away is now playing at the Comedy Theatre in Melbourne. Don’t miss your chance to see this award-winning Canadian musical in Australia. Tickets on sale now at Ticketmaster



Come from Away débarque Down Under

Leur comédie musicale à succès a débuté à New York, et à Toronto et sera en 2019 à Melbourne, mais pour cette équipe composée du couple mari et femme auteurs de Come from Away, c’est la toute première nuit dans une minuscule bourgade canadienne de la côte Est qui leur a donné le plus le trac.

Gander, une ville de la province de Terre-Neuve et Labrador, sert de décor à cette extraordinaire comédie musicale à succès écrite par David Hein et Irène Sankoff dans la période qui a suivi immédiatement l’attentat terroriste du 11 Septembre 2001. Pendant cette période frénétique, deux cents avions de ligne ont été redirigés des États-Unis vers le Canada, dont 38 avec 6600 personnes à leur bord sur Gander, une ville dont la population est normalement de 10 000 habitants seulement.

Irène et David y ont démarré leur spectacle en 2016 peu avant l’ouverture à Broadway.
“Oh mon Dieu, c’était comme si notre mariage, notre bal de fin d’année et la naissance de notre enfant, tout cela arrivait en même temps, et ce en face de 2500 personnes. On a eu plus le trac ce soir-là que lors de tout autre première, même à Broadway, nous déclare Sankoff.”

“On voulait vraiment que les habitants de Gander soient fiers de nous, parce que si on n’avait pas leur accord et qu’on n’avait pas raconté leur histoire telle qu’ils l’avaient vécue, à quoi bon ?”

Et Hein d’acquiescer.

“On n’a jamais pensé produire notre spectacle à Broadway et encore moins en Australie, nous dit-il en riant !”

“Notre but c’était de raconter la vérité et de leur donner la parole sur ce qui était arrivé’.”

Pour les deux auteurs, l’histoire de ce qui est arrivé à Gander, ainsi que dans de nombreuses autres villes canadiennes qui ont accueilli des passagers bloqués, avait sens à leurs yeux à cause de ce qu’ils avaient vécu pendant les attentats.
“Nous sommes Canadiens, de toute évidence, nous explique Hein, mais nous habitions à New York le 11 septembre, dans une résidence appelée Maison internationale, qui est une résidence internationale pour étudiants, il y avait donc des étudiants canadiens et des étudiants du monde entier.”

“Ce jour du 11 septembre on a fait l’expérience d’une communauté dans laquelle les gens prenaient soin les uns des autres – nos voisins sont venus nous voir, ils ont frappé à notre porte peu après l’attentat et on s’est tous retrouvés en communauté. On savait que des avions avaient été redirigés vers le Canada mais on ignorait le fin fonds de l’histoire. Quand on a commencé notre recherche ça nous a touché parce qu’on se rappelait la gentillesse de cette communauté internationale dont on a fait l’expérience.”

C’est dix ans après ces évènements que Sankoff et Hein ont pris la décision de creuser cette histoire, de retrouver ce qui s’était passé à Gander. Et ce sont les habitants de la ville qui furent la véritable inspiration pour les personnages de leur spectacle et autour desquels le spectacle a pris forme.

“On a sollicité une subvention du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts de l’Ontario qui nous ont envoyés à Terre-Neuve pour près d’un mois ; en fait on y est restés plus longtemps, nous dit Hein, parce que les Terre-Neuviens ne voulaient pas qu’on dépense notre argent dans des hôtels.”

“On a interviewé le plus de personnes possibles et on est rentrés avec des milliers d’histoires, chacune d’entre elles meilleure que la suivante.”
Tous deux voient Come from Away comme une histoire universelle d’espoir, d’attention et d’unité, et vu que Gander fut le refuge de personnes venues du monde entier, c’est définitivement une histoire de caractère mondial.

“Le monde entier a échoué à Gander… mais d’un autre côté c’est une histoire internationale et universelle, nous dit Hein, parce que partout où on présente le spectacle les gens s’y retrouvent.”

“ Ce jour-là on était tous dans le même bateau, tous dans le même instant, on voulait tous s’entraider, on se sentait tous démunis, et jour après jour on s’y retrouve encore parce qu’on traverse des moments où on ressent la même tragédie et on veut apporter notre aide quelle qu’elle soit.”

Mais c’est également une histoire spécifiquement Canadienne et pas seulement parce que les avions ont atterri au Canada. Pour Sankoff, le soutien à la comédie musicale a démarré au Canada bien avant que l’idée en soit évoquée.
“Retour au lycée, s’écrie-t-elle !”

“Je suis allée au lycée, lycée public où les arts étaient encouragés, j’ai bénéficié d’une aide sociale, j’ai obtenu l’OSAP, Plan d’aide aux étudiants de l’Ontario, avec des subventions et des bourses, l’éducation supérieure est raisonnablement accessible au Canada.”

Et du concept à la création, pour Hein le Canada dans son ensemble fait partie du collectif.

“On a reçu le soutien de subventions municipales, provinciales et fédérales tout au long de notre carrière. De plus, dit-il, bénéficier du soutien d’un pays tout entier pour son spectacle comme message porteur pour le Canada et pour notre identité culturelle, c’est sacrément important.”

“J’ai grandi au Saskatchewan, et puis je suis venu à Ottawa, et pour la Fête du Canada je peignais sur mon visage une feuille d’érable, je descendais la rue en courant avec un drapeau canadien en écharpe, je parie qu’on ne peut pas trouver plus patriotique ni plus fier que moi, et quand je retrouve le soutien du pays entier pour cette aventure, c’est compte énormément.”

C’est le premier voyage du couple en Australie et quand le spectacle débutera à Melbourne en juillet 2019, tous deux vont rester et s’impliquer dans la nouvelle production. Ils sont confiants que les Australiens auront le même sentiment de chaleur et de connexion avec le spectacle que ce qu’ils ont vécu dans le reste du monde.
“Et même d’être tout simplement ici, on se sent comme chez nous, ça ressemble beaucoup au Canada, dit Sankoff, je dois admettre que j’en suis plutôt surprise.”
Hein est d’accord avec sa femme.

“On nous a dit souvent que quand on est loin de chez nous, on doit chercher des Australiens parce qu’avec eux on partage le même sens de l’humour, les mêmes valeurs, ce sont de braves gens, c’est prouvé, ils nous ont accueilli les bras grands ouverts, tout comme à Gander.”

L’équipe de Come from Away, David Hein and Irène Sankoff, sont en Australie grâce au soutien du Consulat général du Canada, Sydney, et grâce au Fonds culturel de Mission des Affaires mondiales du Canada.