Children’s choir in Tasmania

Dogs, Boats and Airplanes; they tell more about a culture or society, according to Yukon-based artist Bill Burns. Is the dog the well nourished, a hunting companion, the pride of the family or a street nuisance? The answers to these questions and others reveal quite a lot about a place and it’s people. He began noticing that Dogs, Boats and Airplanes were ciphers of greater meaning during a period of heavy travel to residencies and festivals.

Fast-forward, we are with Burns is in the small city of Launceston, Tasmania, in the north of Australia’s ‘Apple Isle,’ and the Junction Arts Festival is about to kick off. Burns and his creative and life partner, Krys Smith, busily try to organise a stream of props, managing last minute changes to the script, score and choreography, and over 100 children making the sounds of Dogs, Boats and Airplanes. Not an easy task.

Burns has been invited here by Natalie De Vito, a native Canadian and director of the  a project set on revitalising the local arts scene in this city. Burns, Smith and De Vito met in Toronto nearly a decade before, when they got to talking about the idea of making a children’s choir out of Burn’s “Dogs, Boats, Airplanes” idea. And it’s finally coming together.

When the lights went down, Burns’ vision came to light: a strange, beautiful work that revealed a bit about the life of a local child. The roles in the choir were filled by children from seven different schools in the community, representing both the old and new families of Launceston, with children from immigrant communities telling stories alongside rural Tasmanian families.

Curious how it all came together? We captured the best moments of the weekend and the performances on video, watch it here.

Chorale d’enfants en Tasmanie

Les chiens, les bateaux et les avions fascinent Bill Burns, un artiste du Yukon. Le chien était-il bien nourri, la fierté de la famille, un compagnon de chasse ou un fauteur de trouble dans la rue? Les réponses à ces questions en disent long sur une culture ou une société. Burns a commencé à associer ces faits et leur signification pendant une période où il a beaucoup voyagé en tant qu’artiste visitant résidences et festivals.

Faisons un saut en avant dans le temps, Burns se trouve dans la petite ville de Launceston, en Tasmanie, au nord de cette île australienne en forme de pomme, et le Junction Arts Festival est sur le point de commencer. Burns et son partenaire créatif, Kris Smith, courent dans tous les sens pour essayer d’agencer une panoplie d’accessoires, tout en faisant des changements de dernière minute au script, à la musique et à la chorégraphie et en gérant plus de 100 enfants faisant le chien, le bateau ou l’avion. Pas une tâche facile.

Burns a été invité par Natalie De Vito, une Canadienne directrice du festival dont l’objectif principal consiste à revitaliser la scène artistique locale de la ville. Burns, Smith et De Vito s’étaient rencontrés à Toronto presque dix ans auparavant et avaient émis l’idée de monter une chorale d’enfants en s’inspirant du concept « des chiens, des bateaux, des avions » de Burns. Cette initiative a enfin pris forme.

Lorsque les lumières se sont éteintes, la vision de Burns a pris vie : une œuvre étrange et magnifique qui raconte un peu la vie d’un enfant d’ici. La chorale était composée d’enfants de sept différentes écoles de la ville, représentant à la fois les vieilles et les nouvelles familles de Launceston, et notamment d’enfants venant de milieux d’immigrants racontant des histoires aux côtés d’enfants de familles vivant en milieu rural en Tasmanie.

Vous voulez savoir comment cette vision a pris vie? Nous avons immortalisé les meilleurs moments de la fin de semaine et des spectacles. Visionner les vidéos ici.