Gulf Country Frontier Days: Photo Journal

“Having the opportunity of attending and photographing the Gulf Country Frontier Days Festival, supported by The Consulate General of Canada, was an absolutely privilege that I am very grateful for, and an experience I’ll never forget.

It was great to be around Indigenous peoples from around the world. Having a understanding of other colonial nations makes it easier to identify and bond with each other. Many of us think our experiences are unique, but meeting others and realizing we are not alone can be a big realistion. It’s empowering to recognise that there are others who understand our histories and experiences, and can provide support to each other in moving forward. I think that is one of the great things about this festival; it creates bonds between Indigenous peoples from all over the world.

I am strong believer in Indigenous peoples controlling how we are represented. We have not always had the ability or access to control how we were represented to non-Indigenous audiences, which is why, as an Anishnaabe photographer, I believe it is important for our own people to be documenting our events, peoples and cultures.  Having the Consulate General of Canada support me in capturing this festival, is a great example of how change is happening.”

  • John Paillé

John Paillé attended the Gulf Country Frontier Days Festival with the support of the Consulate General of Canada, Sydney. You can read a full report on the festival HERE.

 

Gulf Country Frontier Days: Photo Journal

“Avoir l’opportunité de participer et de photographier le Gulf Country Frontier Days Festival, avec le soutien du Consulat général du Canada, c’est un privilège hors du commun dont je suis très reconnaissant et une expérience inoubliable.

C’était sublime de se retrouver parmi des peuples Indigènes de plusieurs coins du monde. Comprendre d’autres nations coloniales rend plus facile de s’identifier avec d’autres et de se lier. Beaucoup d’entre nous pensent que notre expérience est unique mais de rencontrer les autres et réaliser qu’on n’est pas seuls peut être une illumination. Reconnaître que d’autres gens peuvent comprendre nos histoires et nos expériences, et qu’on peut se soutenir les uns les autres pour aller de l’avant c’est une prise en mains. Je pense que c’est là l’une des principales retombées de ce festival ; il a créé des liens entre des peuples Indigènes du monde entier.

Je suis un fervent supporteur du contrôle de la représentation des peuples indigènes par eux-mêmes. Il ne nous a pas toujours été possible de contrôler la façon dont nous étions représentés aux yeux des publics non-Indigènes. C’est pourquoi en tant que Anishnaabe je crois qu’il est important pour nos peuples de documenter nos événements, nos peuples et nos cultures. Et lorsque le Consulat général du Canada m’apporte son soutien dans la documentation de ce festival, voilà un excellent exemple du changement qui s’opère.”

  • John Paillé

John Paillé a assisté au Gulf Country Frontier Days Festival avec le soutien du Consulat général du Canada à Sydney. Vous pouvez lire un rapport complet sur le festival ICI.