Georgie Gears Up for Girls20 Global Summit

Canadian social enterprise Girls20 is celebrating ten years of putting young women at the centre of decision- making by bringing delegates from more than twenty countries to its annual Global Summit in Tokyo, Japan this May.

This year, University of Western Australia Honours student and Mosman Park Councillor, Georgie Carey has been selected to represent Australia at the Global Summit for a week of leadership training, social enterprise development and mentoring by female leaders in the business and public sectors.

Carey is thrilled to be representing Australia at an international level, however told Canada Down Under she had her doubts about applying for the program.

“I thought the Global Summit looked incredible but I didn’t really think about applying because I would never be chosen for something like that,” she explained.

“Then I saw online that they were looking for applications at the end of last year and I thought that I may as well throw my hat in the ring and to my great surprise I was chosen as the Australian delegate”

As part of the Global Summit, Carey will prepare a communiqué alongside her fellow delegates, to be presented to Ambassador Koji Tomita, Japan’s G20 Sherpa, for inclusion at the G20 Forum in Osaka in June. Carey has been placed in the working group looking at women in entrepreneurship which she describes as “a real passion area” for her.

“It’s really been a privilege to look into this area more deeply and look at some of the research and some of the stats behind female entrepreneurship and see what’s actually going on,” she said.

“I have enjoyed breaking that down to see what barriers exist for young women from furthering their entrepreneurial ambitions as well as looking at what are some of the solutions to the issues that we’ve found.”

While the experience has shed light on some shocking realities in the struggle for gender equality in female entrepreneurship, it has only strengthened her resolve to campaign for change when she returns to Australia. Following the Summit, Carey says that she wants to “provide a local solution to global problem” by using crowdfunding platforms to help young women fund their projects.

“We know that traditional sources of funding for entrepreneurial ventures are often skewed towards men due to some of the unconscious biases in the system. But crowdfunding offers a really democratic way to get little bits of money from a lot of people to support grassroots initiatives and that’s what really excites me,” she explained.

“I am pretty keen to help young women launch projects that they otherwise wouldn’t be able to due to lack of funding and financial assistance.”

Not only is Carey passionate about female entrepreneurship, she also wants to empower young people to get involved in decision-making at a local, national and international level.

“I’m a really big believer that the decisions that are being made today are going to affect us tomorrow so young people really need to be helping to make those decisions,” she said.

“We are going to be the ones impacted by them and especially young women in the world who are highly underrepresented in positions of decision-making”.

While she is yet to reach the summit, Carey said that the Girls20 program has been “a really fulfilling experience and a really good way to shed light on some really important issues”. However, she said she is now more motivated than ever to “get stuff done and change things”.

Georgie se prépare pour le Sommet mondial Girls20

L’entreprise sociale canadienne Girls20 célèbre dix ans de placement des jeunes femmes au centre des prises de décision en invitant les déléguées de plus de vingt pays à son Sommet mondial qui doit avoir lieu en mai prochain à Tokyo au Japon.

Cette année, l’étudiante en Honneurs de l’Université d’Australie occidentale et conseillère à Mosman Park, Georgie Carey a été sélectionnée pour y représenter l’Australie au Sommet Mondial où elle participera à une semaine de stage en leadership, développement d’entreprise sociale et mentorat de responsables féminins dans les secteurs des affaires et du domaine public.

Georgie Carey est ravie de représenter l’Australie au niveau international mais elle était incertaine de sa candidature au programme. C’est ce qu’elle a déclaré à Canada Down Under.

“Je voyais bien que le Sommet mondial est quelque chose d’incroyable mais, nous explique-t-elle, je n’envisageais pas vraiment de présenter ma candidature parce que je ne pensais pas qu’elle serait acceptée.”

“Et puis j’ai vu en ligne que les actes de candidature devaient être envoyés à la fin de l’année dernière alors je me suis dit que je devais tenter ma chance et à ma grande surprise j’ai été choisie pour devenir la déléguée australienne.”

Dans le cadre du Sommet Mondial, Georgie Carey doit préparer comme les autres déléguées un communiqué qui sera présenté à Son Excellence Monsieur Koji Tomita, Ambassadeur du Japon et Sherpa du Japon au G20 et qui sera inclus au Forum du G20 en juin prochain à Osaka. Elle est incluse dans le groupe de travail qui s’intéressera aux femmes dans l’entrepreneuriat, un domaine qui pour elle est “une véritable passion.”

“C’est un énorme privilège d’étudier plus profondément ce domaine, dit-elle, et d’analyser la recherche et les statistiques consacrées à l’entrepreneuriat féminin, pour voir ce qui s’y passe vraiment.”

“J’ai beaucoup apprécié d’en examiner les moindres détails pour tenter de comprendre quelles sont les barrières qui empêchent les jeunes femmes de poursuivre leurs ambitions ainsi que d’envisager des solutions aux problèmes que nous avons exposés.”

Bien que cette expérience ait dévoilé quelques-unes des réalités de la lutte pour l’égalité des genres dans l’entrepreneuriat féminin, sa détermination n’en a été que plus renforcée de faire campagne pour un changement à son retour en Australie. A la conclusion du Sommet, Georgie Carey nous confirme qu’elle veut “apporter une solution locale à un problème mondial” en utilisant les plateformes de financement participatif pour aider les jeunes femmes à financer leurs projets.

“Nous savons, nous explique-t-elle, que les sources traditionnelles de financement de projets d’entrepreneurs sont souvent orientées en direction des hommes à cause de biais inconscients inhérents au système. Mais le financement participatif nous offre un véritable moyen démocratique d’obtenir de petites sommes de la part d’une foule de gens pour soutenir des initiatives à la base et c’est ce qui me passionne.”

“Je suis avide d’aider les jeunes femmes à lancer des projets qu’elles ne pourraient pas lancer autrement par manque de financement et d’assistance financière.”

Georgie Carey est non seulement passionnée par l’entrepreneuriat féminin, elle veut également responsabiliser les jeunes personnes et les engager à participer aux prises décision que ce soit au niveau local, national ou international.

“Je crois sincèrement, dit-elle, que les décisions prises aujourd’hui vont nous affecter demain et donc la jeunesse se doit d’aider à prendre ces décisions.”

“Nous sommes ceux et celles qui allons être affectés par ces décisions et plus particulièrement les jeunes femmes du monde entier qui sont largement sous représentées au niveau de la prise de décision.”

Bien qu’elle ne soit pas encore au Sommet, Georgie Carey déclare que le programme Girls20 se révèle “une expérience des plus enrichissantes et un excellent moyen de faire la lumière sur certains problèmes d’ultime importance.” Elle se dit pourtant encore plus motivée que jamais pour “se mettre au travail et changer les choses.”