To heal and empower: the Gulf Country Frontier Days Festival

Deep in the heart of the Queensland outback, under a spectacular blanket of stars made visible so far away from any blinding city lights, an extraordinary meeting of culture, history and talent was taking place within a sacred circle.

The coming together of native nations, the Kabarrijbi Wangkijbi Spectacular, held as the opening event to the Gulf Country Frontier Days Festival in Gregory, Queensland, brought together First Nations dancers from around Australia and the world to perform together in a shared experience of learning, healing and empowerment.

Held over four days, the festival combines dance, music and rodeo in a celebration of Indigenous culture. Dancers from Australia, New Zealand, the United States and Canada performed together for the opening ceremony and throughout the weekend, complimenting an array of musical talent from around the world, including Canada’s Digging Roots, Micki Free (USA), and legendary Australian singer Archie Roach.

Along with the outstanding Digging Roots, the Canadian contingent at the festival included Eugene Brave Rock, a Blackfoot Indian from Southern Alberta, and Tymon Carter from Onion Lake Cree Nation. Brave Rock, who is known for his role in Hollywood blockbuster Wonder Woman, told Canada Down Under it was a privilege to be part of such a unique event.

“It’s been a really huge honour to come here and dance with the many dancers here from all regions and all Indigenous people, it’s amazing to share that circle, to dance inside that circle,” he said.

“The people here have gone through a lot of similar experiences like we have, being Indigenous and being oppressed, and it’s nice – this is a huge form of reconciliation, it’s amazing, I’m so thankful to be a part of this.”

Brave Rock said the opportunity to meet and share the stage with other Indigenous people was one he would treasure.

“I knew they’ve had the same struggles as us as Indigenous people, but I didn’t have any kind of first-hand knowledge, so coming here and having this experience – we’re out in the Outback, four hours from anywhere, four hours from a tiny little airport – this is amazing,” he said.

“It’s really nice to come here and listen to these old stories and old ways of life, and how they want to bring it back; it’s so amazing to get a crocodile tooth – not buying it in a store, but seeing it pulled out of a crocodile and being gifted that, that’s something I’m going to treasure for the rest of my life. I’m going to dance with it every time I dance, I’m going to tell stories about that tooth because of my travel here.”

Nineteen-year old Carter, who looked spectacular in his full regalia, agreed that the experience was one he would hold dear.

“It’s such an honour to be here, to represent Canada and all my nations, all my friends and family back home – it really hit me when we were all out there dancing together, I’m here representing – this is the first time anything like this has taken place, we’re making history here, it feels so good to be taking part in it,” he said.

“After talking to some of the Indigenous people throughout the weekend here, talking about what we do, and how we do it here, it’s very similar – it’s awesome.”

Like Brave Rock, Carter has begun to dabble in acting and modeling work, having won roles in The Revenant with Leonardo DiCaprio, and The Alienist, but he uses his dancing work to connect to his traditions and roots.

“It’s healing. You’re not only healing other people, but you’re healing yourself. You could be having a bad day, and then I’ll hear a Powwow song, or I’ll think about my outfit, I’ll slap it on and I’ll go to a Powwow,” he explained.

“For those three, four minutes that I’m out there for a song, I forget about everything, it’s just me and the drum, and it takes you to another world when you’re out there dancing.”

Brave Rock explained that along with the healing benefits of dance, holding onto those traditional values has provided him with some incredible opportunities.

“I was raised with traditional values that I keep really close, along with my language, having long hair, riding horses, singing and dancing – it’s giving me the opportunity to travel around the world and represent my people of Southern Alberta and share and learn as well, learn about other languages, learn about other cultures as well as sharing my own,” he said.

“For me dancing, it’s a prayer – we dance to the heartbeat of mother earth, because that’s where we come from, and that’s where we go when we die, and to share this experience with the people that are here – I don’t think this has ever been done before, so it’s a huge honour.”

Anishnaabe photographer John Paillé, who attended with the support of the Consulate General of Canada, says the festival provides an opportunity for Indigenous peoples to truly own the way they are perceived and seen in the wider community.

“I am strong believer in Indigenous peoples controlling how we are represented,” Paillé said.

“We have not always had the ability or access to control how we were represented to non-Indigenous audiences, which is why, as an Anishnaabe photographer, I believe it is important for our own people to be documenting our events, peoples and cultures.  Having the Consulate General of Canada support me in capturing this festival, is a great example of how change is happening.”

With the Festival only in its second year, Director Alec Doomadgee and his team will be looking to build upon the success of 2018, with artists and guests alike thrilled with the opportunity and potential of the festival in the future. When asked what he thought about spreading the word and getting other Indigenous Canadians involved in the Gulf Frontier Days Festival 2019, Carter only had one response:

“Oh, I’ll definitely be back next year,” he replied, grinning.

The Consulate General of Canada was a proud supporter the 2018 Gulf Country Frontier Days Festival, which helped to support the attendance of Digging Roots, Eugene Brave Rock & Tymon Carter, as well as photojournalist John Paillé, an Anishinaabe Canadian, whose work can be found HERE  

Réconciliation et émacipation; Gulf Country Frontier Days Festival

En plein cœur de l’Outback du Queensland, sous la couverture spectaculaire d’étoiles rendues visibles par l’éloignement de toute lumière citadine, une réunion extraordinaire de culture, d’histoire et de talent a eu lieu au sein d’un cercle sacré.

Le Kabarrijbi Wangkijbi Spectacular, rencontre de nations indigènes d’Australie et du monde fut le spectacle inaugural du Gulf Country Frontier Days Festival à Gregory, Queensland, rassemblant dans une performance commune des danseurs qui ont partagé une expérience de découverte, réconciliation et responsabilisation.

Pendant quatre jours, ce Festival associe danse, musique et rodéo pour célébrer la culture Indigène. Ainsi des danseurs d’Australie, de Nouvelle-Zélande, des États-Unis et du Canada se sont associés pour la cérémonie d’ouverture et pendant le week-end rendant hommage à une variété de talents musicaux de plusieurs pays dont les canadiens de Digging Roots, l’américain Micki Free et le légendaire chanteur australien Archie Roach.

En plus des sensationnels Digging Roots, la participation canadienne à ce festival comprenait Eugene Brave Rock, Indien Blackfoot du Sud de l’Alberta et Tymon Carter de la Nation Cree d’Onion Lake. Brave Rock, connu pour son rôle dans la superproduction hollywoodienne Wonder Woman, a déclaré à Canada Down Under que participer à un tel événement unique en son genre est un réel privilège.

“C’est vraiment un très grand honneur, a-t-il déclaré, que de venir ici pour se joindre à tous ces danseurs de toutes régions et toutes ces personnes Indigènes, c’est extraordinaire de partager ce cercle, de danser dans ce cercle.”

“Les gens rassemblés ici partagent des expériences similaires aux nôtres, en tant qu’Indigène et opprimé, et c’est formidable, c’est une formule immense de réconciliation, c’est incroyable et je suis très reconnaissant d’en faire partie.”

Pour Brave Rock, rencontrer et partager la scène avec d’autres peuples Indigènes est une opportunité qui va rester profondément ancrée en lui.

“Je savais, dit-il, qu’ils se sont engagés dans les mêmes luttes que nous en tant que peuples Indigènes, mais je n’avais aucune expérience de première main, alors venir ici et partager cette expérience, dans l’Outback à quatre heures de tout, à quatre heures d’un aéroport minuscule, c’est tout simplement extraordinaire.”

“C’est formidable de venir ici et d’écouter ces histoires anciennes, ces traditions d’antan, et de voir comment ils veulent les faire revivre ; se voir offrir une dent de crocodile, ne pas l’acheter dans un magasin, mais les voir l’arracher d’un crocodile et vous la donner en cadeau, c’est quelque chose que je vais chérir toute ma vie. Je vais danser avec elle à chacune de mes danses, et je vais pouvoir raconter l’histoire de cette dent grâce à mon voyage ici.”

Pour Carter, âgé de dix-neuf ans et resplendissant dans son magnifique costume, c’est une expérience également des plus chères.

“C’est un tel honneur d’être ici, dit-il, de représenter le Canada et toutes mes Nations, tous mes amis et ma famille de là-bas – c’est ce que j’ai réalisé quand on était tous ensemble à danser – c’est la première fois qu’un tel évènement a lieu, on écrit l’histoire ici-même, c’est génial d’y participer.”

“Après avoir échangé avec plusieurs personnes Indigènes au cours du week-end, parlé de ce qu’on fait et expliqué comment on le fait, il y a tant de points communs, c’est formidable.”

Tout comme Brave Rock, Carter a commencé comme acteur et mannequin, décrochant un rôle dans The Revenant avec Leonardo DiCaprio, et dans The Alienist, mais il utilise son talent de danseur pour se connecter avec ses traditions et ses racines.

“C’est une réconciliation, nous explique-t-il. Non seulement avec d’autres personnes, mais avec soi-même. Je peux avoir une mauvaise journée mais lorsque j’entends un chant Powwow ou que je pense à mon costume, je m’habille et je me joins au Powwow.”

“Pendant ces trois ou quatre minutes que dure ma chanson, j’oublie tout, il n’y a que moi et le tambour, et je me sens emporté dans un tout autre monde quand je danse.”

Brave Rock nous explique qu’en plus du côté bénéfique de la danse, se raccrocher aux valeurs traditionnelles lui a ouvert quelques opportunités incroyables.

“J’ai été élevé avec des valeurs traditionnelles que je conserve, dit-il, ma langue, mes longs cheveux, monter à cheval, chanter et danser- tout cela m’a donné l’opportunité de voyager dans le monde entier et de représenter mon peuple du Sud de l’Alberta et de partager tout en apprenant, d’apprendre d’autres langues, d’appréhender d’autres cultures tout en partageant la mienne.”

“Pour moi la danse c’est une prière – je danse sur le battement de la terre notre mère, parce que c’est là notre origine, et c’est là notre fin à notre mort, partager cette expérience avec les gens d’ici – je pense que ça n’a jamais été fait auparavant et donc c’est un honneur immense.”

Pour le photographe Anishnaabe John Paillé, qui a participé grâce au soutien du Consulat du Canada, ce festival offre aux peuples Indigènes l’opportunité de s’approprier véritablement la façon dont ils sont perçus et vus par la communauté dans son ensemble.

“Je suis un fervent supporteur du contrôle par les peuples Indigènes de la façon dont ils sont représentés, ajoute Paillé.”

“Il ne nous a pas toujours été possible de contrôler la façon dont nous étions représentés aux yeux des publics non-Indigènes ni d’y accéder, c’est la raison pour laquelle en tant que photographe Anishnaabe, je crois qu’il est important pour nos peuples de documenter nos événements, nos peuples et nos cultures. Et lorsque le Consulat général du Canada m’apporte son soutien dans la documentation de ce festival, voilà un excellent exemple du changement qui s’opère.”

Puisque c’est la deuxième année seulement pour ce Festival, son Directeur Alec Doomadgee et son équipe profiteront du succès de 2018, les artistes et invités étant ravis de l’opportunité et du potentiel de ce festival pour l’avenir. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait d’en faire la publicité et de rechercher d’autres Indigènes canadiens pour le Festival Gulf Country Frontier Days 2019, Carter s’est empressé de déclarer :

“Oh, c’est certain je reviens l’an prochain, s’est-il exclamé avec le sourire.”

Le Consulat général du Canada est un fier supporteur du Gulf Country Frontier Days Festival 2018, en soutenant la participation de Digging Roots, Eugene Brave Rock & Tymon Carter, ainsi que celle du photojournaliste John Paillé, un Canadien Anishinaabe, dont le travail peut être trouvé HERE