How to Be Australian: A Q&A with Canadian author Ashley Kalagian Blunt on her new book

When Ashley Kalagian Blunt travelled from Canada to Australia in 2011 with her husband, she expected a fun year of study in a country that was essentially a warmer version of Canada. Instead, she found herself confronted by culture shock and the even greater surprise that her husband wanted to extend their stay. Determined to make the most of her time and get to the bottom of what it means to be Australian, she embarked on a journey of discovery travelling around the country and learning as much as she could about Australia’s history and oftentimes confusing social customs and cultural quirks. Ashley spoke to Canada Down Under about her experience

 

It’s been some years since you finished the book. Would you say you have a greater sense of being Australian now than you did then?

As the book recounts, I eventually created a home by moving through life like a bowerbird, collecting bits of Australiana and weaving them into myself. Though the story ends in 2016, my project of reading, talking to locals and traveling widely across the country has continued. I’m still very Canadian, but I’m also a tiny bit more Australian every year. This is the wonderful thing about identity: it grows with you.

 

You don’t shy away from the hard challenges of trying to settle in a new country and write openly about how you dealt with your anxiety and the uncertainty of living somewhere new. What did you find most challenging and why?

One of the biggest challenges was the mental shift I had to make from the incredible freedom I had in my early twenties into the responsibilities and commitments of adulthood. After I finished my undergraduate studies, I lived and worked for several years in South Korea, Peru and Mexico. I loved the experience of arriving in a totally new place and re-establishing myself, but then I decided to marry someone I loved very much, but who wasn’t a traveller. I convinced him to try living abroad with me in Australia for a year, and he liked it so much, we’ve stayed. It wouldn’t have worked for him to move to a new place every few years, and I suppose it wouldn’t have worked for me long-term either. But the effort to adjust to this new phase of life hit me very hard.

 

What would you say are some of the biggest differences between Australian and Canadian culture?

Canada’s relationship to law and order is different to Australia’s. The Royal Canadian Mounted Police figure into our mythology as much as the cop-murdering antihero Ned Kelly figures into Australia’s. Another difference is in the way we deliver humour. Canadians will generally smile to signal when they’re joking, whereas Aussies are world champions at deadpanning. And while Canadians have 4,000 unique terms, Aussies have an incredible 10,000 – they’re serious about their slang!

 

You did a lot of research into Australian folklore and history for this book – did you find that this helped you understand Australia better as a country?

Absolutely! One of the best books I read was They’re a Weird Mob, the supposed memoir of an Italian visitor in Sydney trying to figure the country out. Actually, the author was an Australian named John O’Grady. He ends the book with advice for ‘bloody new Australians’: return all shouts, and avoid bludging (slacking off) and losing your temper when your workmates ridicule you – and if they’re Aussies, they will. If someone does you a favour, return it, but don’t overdo generosity. Finally, remember to abuse your friends to their face, but not in private. Even though it was published in 1957, this advice is still some of the most culturally insightful I’ve found.

 

You write a bit about how you took a deep dive into Australia’s Indigenous history. How did that affect how you connected with Australia?

I think it’s the responsibility of everyone who calls Australia home to understand its history, and particularly its Indigenous history. For me, learning about the egregious treatment of Indigenous peoples under colonialism, including the Black line in Tasmania, reinforced the importance of advocating for justice today. At the same time, learning about Aborginal land management and knowledge has fascinated me, and given me hope for the country’s future. The best example of this is Dark Emu. In it, Aboriginal author Bruce Pascoe reveals how complex Indigenous agriculture and architecture truly was, and so urges us to reconsider our understanding of Aboriginal civilisation. As he concludes, ‘To deny Aboriginal and Torres Strait Islander agricultural and spiritual achievement is the single greatest impediment to intercultural understanding and, perhaps, to Australian moral wellbeing and economic prosperity.’

 

You write not only about your own immigration experience, but the varied experiences of moving to another country. Can you talk about why you have such a strong interest in the migration experience and why it’s important to you?

As a kid, the furthest I got to travel outside western Canada was Bizmarck, North Dakota. I was insatiably curious about the world, which is how I ended up moving from my parents’ home to Asia at the age of 22. Living there, and then in Latin America, I had the opportunity to meet many locals, expats and migrants. In my experience, living abroad encourages people to be more tolerant and understanding, particularly when they move to a third country. If you grow up somewhere and move to another country, it sets up a dichotomy: we do things one way, they do things a different way. This was definitely how I interpreted things when I lived in South Korea. But moving to that third country breaks down the dichotomy. You realise there are endless ways to do things and perceive the world around you. Moving abroad is challenging, but if you’re able to do it, it’s worth it for insights like these.

 

How to Be Australian is available from bookstores now. Visit ashleykalagianblunt.com to find out more and download the free book club discussion guide.

 

 

 

Comment être australien : Question-réponse avec l’auteure Canadienne Ashley Kalagian Blunt à propos de son nouveau livre

Lorsque Ashley Kalagian Blunt est arrivée en Australie en 2011 avec son mari, elle s’attendait à une année de Plaisir et d’études dans un pays qui était somme toute juste une version plus chaude du Canada. De fait, elle s’est trouvée confrontée à un choc de cultures et encore plus surprise que son mari souhaitait prolonger leur séjour. Déterminée à en profiter au mieux et à creuser ce que cela signifiait d’être australien-ne, elle s’est lancée dans l’aventure en voyageant dans tout le pays et en découvrant le plus possible sur l’histoire australienne avec souvent des coutumes sociales et des bizarreries déroutantes. Ashley communique son expérience à Canada Down Under.

 

Vous avez terminé ce livre il y a quelques années déjà. Avez-vous le sentiment d’être plus australienne maintenant qu’à ce moment-là ?

Comme je l’écris dans le livre, je me suis finalement créée un logis en traversant la vie comme un oiseau jardinier, collectionnant des petits bouts d’artefacts australiens et les incorporant en moi-même. Et bien que l’histoire se termine en 2016, mon projet qui inclus lectures, discussions avec les résidents locaux et voyages dans tout le pays ne s’est pas arrêté là. Je suis toujours très canadienne, mais je suis également un peu plus australienne chaque année qui passe. C’est ce qui est merveilleux dans l’identité, elle se tisse en vous.

 

Vous ne cherchez pas à éviter les défis que pose une installation dans un nouveau pays et vous décrivez sans fard comment vous faites face à votre anxiété et à l’incertitude causée par un nouvel environnement. Qu’est-ce qui vous a le plus frappé et pourquoi ?

L’un des plus grands défis, c’est le passage entre la liberté incroyable de mes jeunes années d’un côté et les responsabilités et les engagements de l’âge adulte de l’autre. Suite à mes études universitaires, j’ai travaillé et vécu de nombreuses années en Corée du sud, au Pérou et au Mexique. J’ai adoré faire l’expérience de l’arrivée dans un endroit totalement nouveau et me ré-inventer, et puis j’ai décidé d’épouser quelqu’un que j’aimais très fort mais qui n’était pas voyageur. Je l’ai convaincu de vivre à l’étranger avec moi en Australie pour une année, et ça lui a tellement plu que nous sommes restés. Mais de se ré-installer à chaque fois dans un nouveau lieu ça n’aurait pas fonctionné pour lui, et je suppose que ça n’aurait pas marché pour moi non plus au long terme. De fait, les efforts fournis pour m’adapter à cette nouvelle étape de ma vie m’ont bien secouée.

 

Quelles sont d’après vous les principales différences entre la culture canadienne et l’australienne ?

La relation que le Canada entretient avec la justice et l’ordre est bien différente de celle en Australie. La police montée canadienne est bien ancrée dans notre identité alors que l’Australie vénère Ned Kelly, anti-héro et meurtrier de policier. Une autre différence est notre humour. Les Canadiens sourient en général pour accompagner leur blague, alors que les Australiens sont les champions des pince-sans-rire. Et alors que les Canadiens utilisent quelques 4000 termes endémiques, les Australiens en possèdent incroyablement 10 000. Ils prennent vraiment leur argot au sérieux !

 

Pour écrire ce livre, vous avez fait des recherches approfondies sur le folklore et l’histoire en Australie. Pensez-vous que ça vous a aidé à mieux comprendre le pays qu’est l’Australie ?

Absolument ! L’un des meilleurs livres que j’ai lus c’est They’re a Weird Mob, souvenirs supposés d’un visiteur italien de Sydney cherchant à comprendre le pays. En fait, l’auteur est un Australien du nom de John O’Grady. Il termine son livre avec les conseils suivants donnés aux “foutus nouveaux Australiens” :  payer sa tournée et ne pas tirer au flanc, et surtout ne pas perdre son sang-froid lorsque les Australiens se moquent de vous, s’ils sont Australiens ça ne manquera pas. Si quelqu’un vous donne un coup de main, rendez-lui la pareille, sans en rajouter. Enfin si vous devez insulter vos amis, faites-le en les regardant bien en face, pas dans leur dos. Bien que publié en 1957, le livre donne des conseils qui sont toujours d’une actualité culturelle pertinente.  C’est mon avis.

 

Vous évoquez votre investissement dans l’histoire autochtone de l’Australie. Comment cela a -t-il affecté votre connexion avec l’Australie ?

Je pense qu’il est de la responsabilité de chaque personne qui choisit de vivre en Australie de comprendre son histoire, et en particulier l’histoire autochtone. En ce qui me concerne, découvrir le traitement choquant des peoples autochtones pendant la colonisation, y compris la Ligne noire mise en place en Tasmanie, n’a fait que renforcer l’importance d’exiger que justice soit rendue aujourd’hui. En même temps, découvrir la connaissance du territoire et sa gestion par les Aborigènes m’a fasciné, et me rend espoir en ce qui concerne l’avenir du pays. L’un des meilleurs exemples en est Dark Emu. Dans cet ouvrage, l’auteur Aborigène Bruce Pascoe révèle la complexité réelle de l’agriculture et de l’architecture autochtones, et nous exhorte à revisiter notre compréhension de la civilisation Aborigène. Dans sa conclusion, il écrit : ‘Réfuter les accomplissements agricoles et spirituels des peuples Aborigènes et de Torres Strait Islands, c’est le plus grand obstacle à une compréhension interculturelle et peut-être au bien-être moral de l’Australie et sa prospérité économique.’

 

Vous décrivez non seulement votre expérience personnelle d’immigrante, mais aussi les multiples expériences apportées par une installation dans un autre pays. Pouvez-vous nous dire pourquoi un tel intérêt de votre part dans l’expérience migratoire et pourquoi c’est si important à vos yeux ? 

Enfant, le plus loin que je sois allée dans le monde en dehors du Canada, c’était à Bizmarck, au Dakota du Nord. J’étais d’une curiosité insatiable en ce qui concerne le monde, c’est la raison pour laquelle j’ai quitté le domicile de mes parents à 22 ans pour aller vivre en Asie. Durant mon séjour là-bas, puis en Amérique latine, j’ai eu la chance de rencontrer de nombreux résidents, des expatriés et des émigrants. De par mon expérience personnelle, vivre à l’étranger favorise la tolérance et la compréhension en particulier quand on se déplace dans un troisième pays. Si vous grandissez quelque part, puis vous émigrez dans un autre pays, une dichotomie s’installe :  nous on fait les choses d’une certaine façon, et eux, ils les font autrement. C’est certainement ainsi que j’ai interprété les choses pendant mon séjour en Corée du Sud. Mais s’installer dans un troisième pays fait fi de cette dichotomie. On réalise alors qu’il y a une infinité de façons de faire les choses et de percevoir le monde qui nous entoure.  Certes immigrer est un challenge, mais si vous en avez la possibilité, ça en vaut la peine, rien que pour ces perspectives.

How to Be Australian est disponible en librairie. Rendez-vous sur ashleykalagianblunt.com  pour en savoir plus et télécharger le guide gratuit pour clubs de lecture.