Cultural Inclusion Blueprint

Foreward

The Consulate General of Canada, Sydney, brought together a group of Australia’s creative industries leaders to discuss how culture and arts programming could better embrace diversity and inclusion as core values.

Canada and Australia share similarities in the cultural arena given the many parallels in our historical experiences. This unique alliance provides an opportunity to work together and shine a light on the themes of gender, reconciliation, youth, sexual orientation, innovation and disruption in the arts space.

This lively and open discussion encompassed both the challenges and opportunities associated with programming decisions and approaches. In turn, this has helped to inform a more targeted vision for Canada’s cultural programming in Australia as we consider how to best target resources to ensure all programming reflects diversity and inclusion as a central cross cutting theme.

A snap shot of key “take-aways” from the discussion are included in this report.

The Consulate intends to build on these learnings and pursue similar themed workshops with Melbourne-based experts and elsewhere in Australia.

We also look forward to share best practices on diversity and inclusion programming at industry events in both Canada and Australia as we build upon this vital conversation.

-Angela Bogdan, Consul General of Canada, Sydney

Look to the edges

It is vital to look outside the mainstream. Those on the fringes are having the loudest conversations and talking the most – they have the strongest sense of connection.

As a general rule, the cultural sector is in the best position to find these kinds of performers, artists or acts; leveraging their expertise of festivals and events not only allows for the best art to be discovered, but also to utilise the facilities and promotion avenues those events offer. This creates access points across the wider community and finds an active audience. Through such festivals, artists have greater opportunities to mix with creative partners from around the globe, to disseminate ideas, collaborate and learn.

Funding collaborations between Canadian and Australian festivals allows the cross-cultivation of ideas and the expansion of themes such as universal reconciliation, while allowing audiences the opportunity to explore the human condition through the distinct art of both nations. Such collaborations provide artists the chance to experience new environments, new cultures and new works, as is the case with the Tri-Nations exchange, detailed in our Case Study.

Case Study

The Tri-Nations Exchange is a collaboration between Moogahlin Performing Arts (AUS), Native Earth Performing Arts (CAN), and Tawata Productions (NZ) showcasing new First Nations playwriting for international audiences. Plays are selected in a competitive process, workshopped collaboratively with actors and then produced for inclusion at major festivals such as PuSH International Arts Festival, Vancouver and the Sydney Festival, Australia. Stories translate seamlessly between Indigenous communities of Canada, Australia and New Zealand given their shared experiences. Cliff Cardinal’s work was read by Australian actors at the Yellamundie Festival while his play HUFF continues to capture Australian audiences with its potency.

Education and Youth

The importance of having young people engage in arts and culture is unparalleled. Festivals around the globe have an aging demographic, and the role of traditional platforms appear to be diminishing. The arts can be intimidating for younger people, and a focus on funding should be to break down barriers that exclude young people as they are central to the conversation.

An important aspect of engaging youth is providing them with positive representations. While stories and culture is being made for young people, they may not know where or how to access it. Technology, social media and influencers need to be better utilised by government funding to reach and provide access to the next generation.

A shift in focus to the delivery of the message rather than the marketing of the art will help rectify this issue.

Accessing young people through education streams should also be considered to ensure young people are activated in the arts from an early age – giving them the opportunity to both sit at the table, and create their own table; giving them a platform to tell their stories, and giving others the chance to listen to young people is essential in letting them know their stories matter.

Case Study

The Mardi Gras Film Festival is an LGBT film festival which aligns with the annual celebration of the Sydney Gay & Lesbian Mardi Gras. It is Australia’s largest LGBT film festival.

In 2018, the Consulate General of Canada, Sydney, partnered with the festival to bring Natasha Negovanlis to the event in conjunction with her film The Carmilla Movie.

The movie is the silver-screen iteration of a small-budget web series which garnered huge online attention and resulted in social media stardom for its lead actors. Negovanlis has developed into a respected role model for young people.

Attendees (96% of whom identify as women) were clearly desperate for some representation. The film sold out, along

with a meet and greet session – with fans flying from interstate, some with their parents, to see the film and their role model. Consulate social media received some of its best results, with tweets regarding Natasha’s attendance and an interview gaining more than 200,000 impressions collectively.

For more information, see www.canadadownunder.org.au/natasha-negovanlis

Government

Over the 2017/18 fiscal year, the Consulate General of Canada in Sydney invested over $200,000 into cultural industries and public diplomacy across Australia with over 30 partnership activities in the cultural sector assisting more than 100 Canadians to perform and collaborate in Australia.

Collaborations and investment in festivals has allowed our dynamic @canadadownunder social media to thrive, amplifying Canadian-Australian stories on priority issues such as LGBTQI, gender equality and Indigenous reconciliation.

Thirty-five Canadian delegates attended the Australian Performing Arts Market, which resulted in numerous discussions around collaboration, investment and performance both in Canada and Australia.

Funds from the Post Initiative Fund and Mission Cultural Fund have allowed the Consulate General of Canada, Sydney, to be a leader and focal point for culture in Australia.

The responsibility of culture within government is a broad one – it should be at the heart and soul across all sectors, not just the Arts portfolio. It is vital the discussion around culture, diversity and inclusion happens in leadership across the board, allowing it to permeate through areas such as education, trade, immigration and business. Arts and culture tell the stories of humanity and articulate perspectives, assisting government in delivering important messages to their constituents.

There is an undeniable link between creativity and the trade & investment areas of government, whether it be through networking, collaboration, business development or business culture. Government funds should be utilised to benefit this area in the interests of economic prosperity.

The Canadian Government is in a powerful position of influence with the globe looking at this socially progressive country for its leadership and messaging, and its capacity for cultural diplomacy. The Government’s role in elevating these messages and sharing them across the globe is enormous. The political will and leadership through cultural and artistic funding trickles down giving visibility to the communities that need it, and in turn benefits the government immensely.

It is important that governments do not limit their assistance to simply allowing artists to create, but also looking to widen the pool who can view it. Culture is where stories exist, and where young people in particular can find positive representation of their own experience. Governments need to engage with different platforms to ensure the artists they support audience for their stories and messages.

Governments must take financial risks and invest as the stories of a nation are best told through culture and the arts and those stories need to be discovered and cultivated. The power of soft diplomacy to spread message and influence is immense.

Conclusion

Canada needs to build on the momentum for change. The world is naturally conservative, and the comfort of the status quo is enticing; Canada’s push to tell its story through culture must be maintained – the power of culture to spread this message is immense.

Cultural funding from Canada has provided missions with the opportunity to explore Canada’s stories and give them a platform globally, but with the funds comes a great responsibility – we must adhere to best practice and policy but also be able to adapt. Culture and art is dynamic, shifting and constantly changing; the messages, platforms and storytellers mutate and vary quickly, and it the duty of government to understand and respond to these changes.

Art is education; it is a problem being shared to the wider community, a cry for understanding. The more we are able to share the problems of those on the fringes, the more understanding and educated the wider community becomes, and through this we all benefit. The more diverse a group is, the more adept they are at change. From this, the understanding the wider community grows and the stronger and healthier the community’s diversity will become.

Diversity truly is our strength.

The Consulate will also pursue concepts raised in our work with other government departments, including the Canada Council for the Arts in the development proposal for an Immersion Canada Arts Centre in the Asia-Pacific Region – ideally Melbourne – and share our learnings and continue knowledge sharing through attendance at conferences such as the America’s Cultural Summit in Ottawa in 2018.

Politique pour l’inclusion culturelle

Présentation

Le Consulat général du Canada, Sydney, a réuni un groupe de leaders australiens issus de l’industrie créative pour examiner comment la programmation culturelle et artistique pourrait mieux englober la diversité et l’inclusion comme valeurs intrinsèques.

Le Canada et l’Australie partagent des points communs dans le domaine culturel au vu de leurs expériences historiques similaires. Cette alliance unique en son genre fournit l’occasion de collaborer et de réfléchir sur des thèmes tels que le genre, la réconciliation, la jeunesse, l’orientation sexuelle, l’innovation et les bouleversements au sein de l’espace artistique.

Cette discussion ouverte et animée embrasse les défis et opportunités associés aux décisions et aux approches de toute programmation. De surcroît, une telle initiative a pu façonner une vision plus ciblée de la programmation culturelle canadienne en Australie alors qu’une meilleure sélection des ressources est à l’ étude pour que toute programmation reflète bien la diversité et l’inclusion dans tous ses éléments.

Quelques idées à emporter émanant de cette discussion sont incluses dans ce rapport.

Le Consulat a l’intention de capitaliser sur ces résultats et de poursuivre avec d’autres rendez-vous du même type en consultation avec des conseillers australiens de Melbourne et d’ailleurs.

Nous souhaitons également partager nos meilleures pratiques dans la programmation diverse et inclusive des événements artistiques que ce soit en Australie ou au Canada en nous appuyant sur cette conversation fondamentale.

-Angela Bogdan, Consul général du Canada, Sydney

Prendre la marge en considération

Il est essentiel d’ouvrir les yeux sur la marge. Les personnes en marge engagent les conversations les plus tonitruantes et s’expriment le plus : c’est de là qu’émerge le sens le plus aigu de la connexion.

En règle générale, le secteur culturel se trouve en meilleure position pour dénicher de tels interprètes, artistes ou spectacles ; tirer avantage de leur expertise des festivals et des spectacles permet non seulement de découvrir les meilleures performances artistiques mais aussi de profiter des installations et des pistes promotionnelles utilisées par ces événements.  Une telle approche  permet de trouver des points d’accès dans la communauté au sens large et de repèrer un public actif. Grâce à ces festivals, une plus grande opportunité s’offre aux artistes pour rencontrer des partenaires créatifs en provenance du monde entier, pour diffuser des idées, collaborer et en tirer des enseignements.

Financer une collaboration entre les festivals australiens et canadiens permet une pollinisation des idées et le développement de thèmes tels que la réconciliation universelle, tout en donnant aux divers publics l’occasion d’explorer la condition humaine par les arts distincts de chacune des deux nations. De telles collaborations offrent aux artistes la chance de faire l’expérience d’environnements nouveaux, de cultures nouvelles et d’œuvres nouvelles comme ce fut le cas avec l’échange tri-national mentionné dans l’exemple qui suit.

Étude de cas

L’échange tri-national est le fruit d’une collaboration entre Moogahlin Performing Arts (AUS), Native Earth Performing Arts (CAN), et Tawata Productions (NZ) mettant en valeur une nouvelle écriture des Premières Nations destinée à un public international. Les pièces sont choisies par un processus de sélection compétitive, les répétitions se font collaborativement avec les acteurs avant d’être produites pour une inclusion dans des festivals importants tels que PuSH International Arts Festival, le festival de Vancouver et celui de Sydney, Australie. Le narratif est facilement interprété par les communautés autochtones du Canada, d’Australie et de Nouvelle-Zélande au vu d’une expérience qui leur est commune. L’œuvre de Cliff Cardinal a été lue par des acteurs australiens au Festival de Yellomundee, et sa pièce de théâtre HUFF ne cesse de captiver le public australien par sa force.

Éducation et jeunesse

L’importance d’une participation de la jeunesse dans les arts et la culture est sans égale. Les festivals du monde entier attirent une population âgée et le rôle des plateformes traditionnelles semble en perte de vitesse. L’art peut être quelque peu intimidant pour la jeunesse et une focalisation du financement devrait avoir pour objectif de bousculer les barrières excluant la jeunesse car cette dernière est partie intégrante du dialogue.

Un aspect important de l’engagement de la jeunesse est de lui donner des représentations positives. Les histoires et la culture visent la jeunesse, mais elles ne savent ni où ni comment la joindre. La technologie, les médias sociaux et les influenceurs pourraient être mieux utilisés par le financement gouvernemental celui-ci se fixe pour objectif d’atteindre la nouvelle génération et de lui donner un accès.

Un changement de direction pour faire passer le message fera plus pour rectifier le problème que le marketing des activités artistiques.

Accéder à la jeunesse par les courants éducatifs devrait aussi faire l’objet d’une réflexion pour s’assurer que les jeunes soient actifs dès leur plus jeune âge dans les domaines artistiques, leur offrant ainsi l’opportunité de s’engager dans la conversation tout en créant la leur propre ; leur octroyer une plateforme pour raconter leur histoire et en même temps donner aux autres une chance d’entendre leur voix est essentiel pour qu’ils sentent que leurs histoires ont leur importance.

Étude de cas

Le Festival de cinéma du Mardi Gras est un festival de films LGBT concordant avec les festivités annuelles du Mardi Gras gays et lesbiennes de Sydney. C’est le plus important festival de cinéma LGBT d’Australie.

En 2018, le Consulat général du Canada, Sydney, s’est associé avec le festival pour inviter Natasha Negovanlis à cet événement en conjonction la projection de son film The Carmilla Movie.

Ce film est la version grand écran d’une série à petit budget diffusée sur le web et qui avait retenu l’attention sans précédent en ligne propulsant ses actrices principales à la célébrité sur les médias sociaux. Negovanlis est par la suite devenue un modèle respecté de la jeunesse.

Les spectatrices (96% s’identifiant comme femmes) avaient de toute évidence besoin de représentation. La séance eut lieu à guichets fermés en présence des actrices, certaines des  admiratrices venant d’autres états parfois accompagnées de leurs parents pour voir le film et leur modèle préférée. La page du réseau social du Consulat a fait ainsi son meilleur score grâce aux tweets affichant la présence de Natasha et son interview qui ont recueilli plus de 200 000 impressions au total.

Pour plus d’information, RV sur  www.canadadownunder.org.au/natasha-negovanlis

Gouvernement

Au cours de l’année financière 2017/18, le Consulat général du Canada de Sydney a investi en Australie plus de 200 000 dollars dans l’industrie culturelle et la diplomatie publique en participant à plus de 30 activités de partenariat dans le secteur culturel et en apportant son aide à plus de 100 Canadiens invités à des performances et collaborations en Australie.

Les collaborations et investissements dans des festivals ont entraîné le franc succès de notre média social @canadadownunder, accentuant par-là les histoires australo-canadiennes traitant de sujets prioritaires comme LGBTQI, l’égalité des genres et la réconciliation autochtone.

Trente-cinq délégués canadiens ont participé au Marché australien des arts du spectacle provoquant de nombreuses discussions sur la collaboration, l’investissement et les performances au Canada comme en Australie.

Un financement émanant du Post Initiative Fund et Mission Cultural Fund a permis au Consulat général du Canada, Sydney, de prendre une position de leader et de phare culturel en Australie.

La responsabilité de la culture au sein du gouvernement est large : elle devrait être au cœur même de tous les secteurs et pas seulement celui du portefeuille des arts. Il est essentiel que la discussion sur la culture, la diversité et l’inclusion ait lieu au sein du leadership dans tous les secteurs pour lui permettre d’infiltrer les domaines de l’éducation, du commerce, de l’immigration et des affaires. Les arts et la culture racontent l’histoire de l’humanité et expriment des perspectives tout en aidant le gouvernement à transmettre son message à ses citoyens.

Il existe un lien indéniable entre la créativité et les secteurs gouvernementaux d’investissement et de commerce que ce soit par relations, collaboration, développement commercial ou culture commerciale. Les fonds gouvernementaux devraient relancer ce secteur dans l’intérêt de la prospérité économique.

Le gouvernement canadien exerce une position d’influence certaine dans un monde qui tourne les yeux vers ce pays progressif socialement pour y recueillir son leadership, son message et sa compétence en matière de diplomatie culturelle.  Le rôle du gouvernement est immense dans la promotion et la communication de ces messages tout autour du monde. Par l’entremise du financement culturel et artistique, la volonté politique et le leadership font leur chemin en accordant une visibilité à des communautés qui en ont besoin, et qui en retour profite immensément au gouvernement.

Il est important que les gouvernements ne limitent pas leur assistance à la simple création par les artistes mais cherchent également à augmenter le nombre de ceux qui en sont spectateurs. Le narratif est le fondement même de la Culture là où la jeunesse en particulier peut trouver une représentation positive de sa propre expérience. Les gouvernements doivent s’engager sur différentes plateformes pour s’assurer que la narration et le message des artistes qu’ils encouragent reçoivent le soutien du public.

Les gouvernements doivent assumer le risque financier et investir car l’histoire d’une nation est mieux véhiculée par la culture et les arts, et cette histoire se doit d’être découverte et cultivée. Non négligeable est la capacité de la diplomatie douce à transmettre un message et à exercer une influence.

Conclusion

Le Canada doit miser sur la force du changement. Le monde est conservateur par habitude et le confort du status quo est séduisant ; l’élan du Canada pour raconter son histoire par le biais de la culture doit être maintenu : la force de la culture à communiquer ce message est immense.

Le financement de la culture par le Canada a donné aux missions l’opportunité d’explorer les histoires canadiennes et de leur fournir une plateforme mondiale, mais ce financement est accompagné d’une responsabilité énorme : nous nous devons d’adhérer aux meilleures pratiques et protocoles, mais nous devons aussi nous adapter. La culture et les arts sont dynamiques, changeants et en constante évolution ; les messages, les plateformes et les raconteurs subissent des mutations et des variations rapides et il est du devoir du gouvernement de comprendre ces changements et d’y répondre.

L’Art c’est l’éducation ; c’est une question partagée avec la communauté dans son ensemble, c’est un appel à la compréhension. Plus nous serons à même de partager les problèmes de ceux qui sont en marge, et plus la communauté au sens large sera compréhensive et éduquée, pour le bénéfice de  tous.  Plus un groupe est hétéroclite et plus il est ouvert au changement. Ainsi, plus la communauté dans son ensemble fait preuve de compréhension, et plus sa diversité sera forte et en bonne santé.

En réalité la diversité est notre force.

Le Consulat va également poursuivre les idées soulevées lors de son travail avec les autres départements gouvernementaux, y compris avec le Conseil canadien pour les Arts, dans le projet d’un Centre artistique d’immersion canadienne dans la région Asie-pacifique, Melbourne serait idéal, tout en partageant nos enseignements et nos connaissances par la participation à des conférences telles que le Sommet culturel des Amériques qui aura lieu à Ottawa en 2018.