Interview with Canadian comic Mae Martin

Canadian comic Mae Martin isn’t shy about putting all of herself on display in her show ‘Us’, which she’s performing at the Melbourne International Comedy Festival until April 17.

The show, an introspective look at sexuality, labels, family and love, provides a thought-provoking and very funny window into the modern day world. Martin takes the audience through her experiences with dating as well as the expectations she felt from family and friends.

Martin says that having now done comedy since she was 13, she’s reached a place on stage where she feels comfortable discussing what most would consider her private life openly.

“I’ve been doing it 15 years now, but it’s definitely only been in maybe the past four or five years that I’ve become more confessional and personal – it took me a while to get to that point,” she said.

“My favourite type of comedy is always the personal stuff; I think the more personal it is the funnier it is, and the weirder stuff that you reveal about yourself the more you find people relate to it and that actually it’s totally not that weird.’

Part of revealing a lot about your own life and experiences relies on revealing the experiences and stories of family members. Having grown up in what she calls a “hippie environment”, Martin says that while her family have always been incredibly open and understanding – that comes with a catch.

“I don’t let them come and see me live, and they don’t really want to – they get too nervous,” she said.

“My mum is always worried someone’s going to heckle me and she’ll have to kill them.”

“My brother’s come to see me live – I tell kind of a compromising story about him when he was a toddler and he was a little bit stressed about that, but they’re all really great about it,” she continued.

“I think for all comics, your childhood and your family becomes grist for the mill, that’s how it has to go.”

Martin, who has been living in London for a number of years, thinks her Canadian humour translates well in Australia.

“I think both Canada and Australia, because of our British roots, have a similar sensibility to England,” she said.

“There’s more of a self-deprecating vibe – less aggressive maybe and more about making fun of yourself than making fun of others – that’s been my experience and I think it really translates very well.”

And having lived away from Canada for some time, Martin gained a sense of how Canadian comics – and Canadian people in general – were perceived overseas, and how that perception is changing. She said Canada is now being seen as somewhere performers will gravitate to.

“One of the reasons I left Canada was because there was just no funding for the arts, it was drying up,” she said.

“But now there’s been a big injection back into the arts, and now it seems like a pretty appealing place to be – it is tempting to canoe back over to Canada sometimes.”

With Melbourne being her only stop in Australia on this tour, Martin has some pretty simple plans for the stay.

“I’m seeing tons of shows, some Australian comics and British people and Americans, I’m just trying to immerse myself in the festival,” she said.

“And I want to see a koala – I know that’s lame – but I really want to see one up close.”

Mae Martin is performing at the Melbourne International Comedy Festival until April 17 in the Melbourne Town Hall Cloak Room. You can find her on Twitter @TheMaeMartin

Interview de bande dessinée canadienne Mae Martin

La comédienne canadienne n’a pas froid aux yeux lorsqu’elle se dévoile complètement lors de son spectacle “Nous” qu’elle présente au Festival international de Comédie à Melbourne jusqu’au 17 Avril.

Ce spectacle, regard introspectif sur la sexualité, les étiquettes, la famille  et l’amour, nous offre un tableau du monde moderne très drôle et invitant à la réflexion.  Mae Martin partage avec son public  les expériences personnelles de ses relations amoureuses et des attentes de sa famille et de ses amis.

Mae Martin, comédienne  depuis l’âge de 13 ans, nous déclare qu’elle a maintenant atteint un niveau où elle n’a aucun complexe pour parler ouvertement sur scène de ce que la plupart pourrait considérer comme la vie privée.

“Je donne des spectacles depuis 15 ans maintenant, mais c’est sans doute depuis 4 ou 5 ans seulement que je suis devenue  plus personnelle et plus ouverte : ça m’a pris un moment pour en arriver à ce point-là, ajoute- t-elle.”

“Mon genre de comédie préféré a toujours été le côté personnel;  je pense que plus c’est personnel plus c’est drôle ; et les choses les plus bizarres qu’on révèle sur soi, c’est ce qui parle le plus aux autres, et qui fait qu’en fin de compte ce n’est pas si bizarre.’

Une partie de ce qu’on révèle sur sa propre vie et ses expériences personnelles fait qu’on révèle aussi les expériences et les histoires des membres de sa famille.  Et ayant grandi dans ce qu’elle appelle “un environnement hippy”, Mae Martin avoue que sa famille a toujours été incroyablement ouverte et compréhensive, avec cependant un revers de médaille.

“Je ne les laisse pas venir à mes spectacles, et ils n’en ont pas vraiment envie, ça les rend trop nerveux, dit-elle.”

“Ma mère est toujours inquiète que quelqu’un me prenne à partie et qu’elle soit obligée de leur tordre le cou ”

“Mon frère est venu voir mon spectacle : je raconte une histoire quelque peu compromettante sur lui quand il était petit garçon, et ça le dérange un peu, mais tout le monde  le prend bien, ajoute-t-elle.”

“Je pense que pour tous les comédiens, l’enfance et la famille sont des sujets régulièrement abordés,   mais c’est comme ça.”

Mae Martin, qui habite Londres depuis plusieurs années, pense que son humour canadien est bien reçu en Australie.

“Je pense que à cause de nos racines britanniques communes, le Canada et l’Australie ont une sensibilité proche de l’Angleterre, dit-elle. ”

“Nous avons tendance à nous tourner en dérision,  moins agressivement peut-être et plus en se moquant de nous-mêmes qu’en riant des autres, c’est ma propre expérience et je pense que ça passe bien.”

Et ayant vécu loin du Canada pendant si longtemps, Mae Martin sait comment les comédiens canadiens, et même les Canadiens en général, sont perçus dans le monde,  et elle pense que cette perception est en train de changer. D’après elle, le Canada est désormais perçu par les artistes comme un rendez-vous à ne pas manquer.

“L’une des raisons ayant motivé mon départ du Canada est qu’il n’y avait pas beaucoup d’argent dans les caisses pour les arts, que ça manquait terriblement, déclare-t-elle. ”

“Mais maintenant le domaine artistique est mieux financé, et il semble que le Canada soit un bon endroit où se placer, je suis tentée d’y retourner bientôt.”

Melbourne étant la seule et unique étape de sa tournée en Australie, le séjour de Mae Martin comporte quelques bons petits plans tout simples.

“Je vais à des tas de spectacles, des comédiens australiens, mais aussi des anglais et des américains, j’essaie simplement de me plonger complètement dans le festival, ajoute-t-elle.”

“Et je veux voir un koala, je sais, c’est un peu ringard, mais je veux vraiment en voir un de tout près.”

Mae Martin est sur scène au Vestiaire de l’Hôtel de Ville de Melbourne dans le cadre du Festival international de Comédie jusqu’au 17 Avril. Retrouvez-la sur Twitter@TheMaeMartin.