Ivan Coyote and the year of the bathroom

Since giving a TED talk in 2015 about the need for gender-neutral bathrooms, Ivan Coyote has had to talk about bathrooms. A lot.

The issue has been gaining wide-spread attention thanks to laws being introduced in some areas of the United States which have been severely criticised by human rights groups around the globe.

“Stuff like HB2, that awful bill in North Carolina and the other legislation that’s happening that’s either in the works or being discussed, I guess it brings to light the bigotry – it’s unbridled bigotry that gets perpetrated on trans people all the time – so I guess it’s good that there’s been light on that,” Coyote said.

“So I think it’s brought the issue to light in a way but the result of that has been fanning the flames of that kind of ignorance and legitimising this very unfounded, statistically non-existent fear of trans people ‘sneaking’ into the wrong bathroom to do nefarious things.”

A renowned storyteller from Whitehorse in the Yukon Territory, Coyote says that while the issue is, and will remain, an important one, it has been draining.

“I’ve actually decided that 2016 was, I guess, my year of having to talk about bathrooms in very public forums, come January 1st 2017 I’m not talking about it anymore,” Coyote said.

“I’ve made my contribution to the discourse around it – now I’m done.”

In Australia as part of a delegation of Canadian writers attending the Melbourne Writers Festival among other events nationally, Coyote said the opportunity to travel with the group has allowed them to introduce themselves to new, unlikely audiences.

“There’s just access to audiences that would never, ever have stumbled upon my work, because we like to put people into boxes – I’m constantly being called a spoken-word artist, I’m constantly being called an LGBTQ artist, which I am, I am technically both of those things, but that sometimes gives people the opportunity to dismiss my work as something that’s not relevant to them, but my work is about a lot of things,” they said.

“I get afforded an audience of people that my work may never have been on their radar before, and I got to meet and sit down and break bread and share meals with and talk with publishers, journalists, magazine owners and other festival directors.”

Along with amplifying their work with a fresh crowd, Coyote explained that another benefit of attending the festivals was the time spent with their fellow Canadian authors.

“Writing is a solitary endeavour a lot of time and touring can be a very solitary endeavour as well, so a chance to have a little posse to tour with that’s been really nice too,” they said.

“It’s a strange way to make a living; the trials and tribulations of it are very specific to this craft, and sometimes you just need to talk shop, and there’s not a lot of people you can talk shop with, so I’ve been afforded lots of shop talk, and that’s vital to your artistic practices.”

An award winning author, Coyote’s career grew out of a love of performing and conversing with audiences.

“I started off as a folk singer way back in the early, early nineties doing little coffee shop gigs and stuff like that. Somewhere along the line I sort of realised I liked the banter bit quite a lot,” they said.

“I started to write short pieces – there’s a little bit of a grey area where I don’t remember the very first few gigs, but they must have gone OK because then I started getting asked to do different events and slowly moved up from there.”

Plying their trade throughout Canada, Coyote has experienced the ups and downs of the ever-changing artistic climate in the country, with changes in funding often causing a ripple effect that can take years to fully take hold.

“The result of when that happens is a shrinking of the pie, and so artists feel in competition for scarce resources and so I think it does things to the fabric that knits an artistic community together when people feel like there’s not enough to go around,” they said.

“Look at the things we did today in that room [at the Melbourne Writers Festival] – look at the discussion we had, at the topics we covered, and that’s just three writers speaking. What do we do in terms of disseminating ideas, how do you value those things?

“You don’t see the true results of a shift for probably five or six years at least – we’re all just coming out of our harboured shells right now trying to look around and go ‘ok what are we capable of now? What are our priorities going to be?’ as opposed to the fight or flight mode that I think the arts in Canada has been in for quite some time now.”

While Coyote would love to get out and see more of Australia while they are here, chances are the site-seeing may have to wait for another trip down under.

“There are lots of things I’d love to see and do, but honestly I’m not sure if touring and tourism belong in the same trip – I’m tired,” they said.

“I’d love to come back to Australia and spend some time – I’d love to come back when it’s not the winter, I’m a big swimmer and I would love to swim in the ocean here.”

Ivan Coyote attended the Melbourne Writers Festival with the support of the Canada Council for the Arts and the Consulate General of Canada, Sydney.

Ivan Coyote et l’année des toilettes publiques

Depuis sa présentation TED talk en 2015 sur la nécessité d’avoir des toilettes publiques mixtes, Ivan Coyote a dû parler de toilettes. Bon nombre de fois.

La question a reçu une attention grandissante suite aux lois qui, lorsqu’elles furent introduites dans certaines régions des États-Unis, ont été sévèrement critiquées par les associations de défense des droits de l’homme du monde entier.

“Des trucs tels que HB2, ce projet de loi horrible en Caroline du Nord, et les autres lois  qui nous arrivent, proposées ou discutées, qui mettent en lumière le bigotisme je crois, un bigotisme incontrôlé qui affecte les transgenres tout le temps. Je crois donc, dit-il, que c’est bien que la lumière soit faite sur la question.”

“Je pense que la question a reçu un certain éclairage, mais le résultat c’est que cette sorte d’ignorance a été exacerbée, et a légitimé une peur sans fondement, non existante statistiquement, des transgenres  qui se glissent dans les toilettes publiques pour s’y livrer à des activités infâmes.”

Conteur célèbre de Whitehorse dans le Territoire du Yukon, Coyote déclare que même si la question est et restera une question importante, c’est un peu fatigant à la longue.

“J’ai décidé, dit-il, que 2016 serait mon année pour discuter des toilettes publiques dans des forums publics, mais dès le 1er Janvier 2017 je n’en parlerai plus du tout.”

“J’ai apporté ma contribution au débat, maintenant ça suffit.”

En Australie, faisant partie d’une délégation d’écrivains canadiens participant au Festival des Écrivains de Melbourne, parmi d’autres évènements nationaux, Coyote déclare qu’une telle opportunité de voyager avec le groupe lui a donné l’occasion de se présenter à un public nouveau et improbable.

“On touche un public qui n’aurait jamais eu accès à son œuvre, dit-il, parce qu’on aime mettre les gens dans des boîtes, on m’appelle régulièrement un artiste de la langue orale, on m’appelle aussi régulièrement un artiste LGBTQ, ce que je suis, techniquement j’appartiens aux deux groupes, mais une telle étiquette permet parfois d’écarter mon travail comme quelque chose qui ne concerne pas, pourtant mon travail touche à beaucoup de choses.”

“J’ai  l’occasion de croiser un public qui n’aurait jamais jeté un œil sur mon travail auparavant, et je rencontre des gens avec qui je m’assois, je casse la croûte, je partage un repas, et je parle à des éditeurs, des journalistes, des propriétaires de magazines et des directeurs d’autres festivals.”

Tout en accentuant son travail avec un public tout neuf, Coyote explique que l’un des avantages de participer à des festivals, c’est le temps passé avec d’autres auteurs canadiens.

“L’écriture, dit-il,  est une aventure solitaire la plupart du temps et partir en tournée peut être assez solitaire aussi, alors joindre un petit groupe en tournée, c’est plutôt agréable.”

“C’est une drôle de façon de gagner sa vie; toutes les péripéties de cette vie sont très spécifiques à cet art, et on a parfois besoin de parler boulot, et les gens avec qui on peut le faire sont rares, j’ai donc eu l’occasion de parler boulot, et ça c’est vital à mon travail artistique.”

Auteur couronné de succès, Coyote construit sa carrière sur un amour de la performance et de la conversation avec un public.

“J’ai débuté comme chanteur folk au début des années 90, dit-il, des petites performances dans des cafés entre autres. Et puis j’ai peu à peu réalisé que j’aimais bien badiner.”

“J’ai commencé à écrire des petits morceaux, je ne me rappelle plus très bien les premières performances, mais ça a dû bien se passer parce que après on a commencé à me solliciter pour différents événements et à partir de là j’ai avancé.”

Opérant dans tout le Canada, Coyote a subi les hauts et les bas du climat artistique en perpétuel mouvement dans le pays,  avec des financements en dents de scie pouvant avoir des conséquences qui prennent des années à s’en remettre.

“Et quand ça arrive, dit-il, les cordons de la bourse sont coupés, et les artistes se retrouvent en compétition les uns avec les autres pour se partager les maigres ressources, et au final lorsqu’il n’y en a pas assez pour tout le monde, c’est la trame de la communauté des artistes qui en subit les conséquences.”

“Regardez ce que nous avons accompli dans cette salle (du Festival des Écrivains de Melbourne) regardez la discussion que nous avons eue, les thèmes que nous avons abordés, avec seulement trois écrivains en présence. Les idées qu’on propage. Comment on évalue tout ça?

“On ne voit les résultats d’un mouvement que peut-être cinq ou six ans plus tard au mieux, on sort tout juste de nos petites coquilles individuelles maintenant, on essaie de regarder autour et on se dit OK, qu’est-ce qu’on peut faire maintenant? Quelles vont être nos priorités? C’est bien différent de l’environnement toxique qu’on a eu au Canada ces dernières années.”

Coyote aimerait bien sortir et visiter un peu plus l’Australie pendant ce déplacement, malheureusement il semblerait que la partie visite touristique devra attendre une prochaine fois.

“Il y a plein de choses que j’aimerais voir et faire, déclare-t-il, mais honnêtement je ne suis pas certain qu’une tournée et une visite touristique sont compatibles, je suis un peu fatigué.”

“J’aimerais revenir en Australie et y consacrer un peu plus de temps, j’aimerais revenir quand ce n’est pas l’hiver, j’adore nager et j’aimerais profiter de l’océan ici.”

Ivan Coyote a participé au Festival des Écrivains de Melbourne grâce au soutien du Conseil des Arts du Canada et du Consulat général du Canada de Sydney.