Kirstine Stewart on women in the digital age

Kirstine Stewart has become one of the most prominent and powerful names within the media landscape of North America, and now she’s working on inspiring the next batch of business-people to reach similar heights.

In Australia to tour her book Our Turn, Stewart, who recently resigned as Vice President of Media at Twitter North America to take on a new job at up-and-coming tech company Diply, says while much of her book concentrates on inspiring women to reach their potential in business, she intends it to have a wider focus.

“It is from a woman’s perspective because that’s all I know, but ultimately it’s about anybody who feels like they haven’t had the opportunity to be recognised in a leadership position because of the old form of what people believed a boss should look like or act like or be like,” she said.

“I think the opportunity out there now is to actually take advantage and step up if you’re one of those people who felt that you hadn’t been a part of the system in the past, and now actually you’ve seized your opportunity, it is actually our turn.”

Having had an extensive career as a media executive in Canada and the US, including a number of years with CBC Television, the Toronto-born Stewart shifted into the tech industry, taking on a role with digital giant Twitter. She was named one of Canadian Business’s Power 50 in 2016.

“Whether you’re on television with a TV show, a politician running for office, an athlete; whether its sports, news, entertainment, everyone who’s in one of these roles has a need to express themselves on social media, and so my job was to make sure the best content possible was on the platform,” she explained.

“We would do things like help both Hillary Clinton’s and Donald Trump’s camps how to use Periscope and how to get that as a tool into their campaign. We worked with the NBA on the playoffs to come up with cool little emojis that would pop up every time someone used a hashtag that referenced a team, so we did a lot of media partnerships on all those different genres, so I had a team in San Francisco, LA, Washington, New York and Toronto as well so it was a great job.”

Her time working with Twitter has given Stewart a strong understanding of the ever-changing media landscape, with expectations from companies and audiences alike changing faster than ever.

“I think we have to understand that people consume content and information in ways much differently than they did even just a couple of years ago – companies used to write five year plans and things like that, but that’s out the window,” she said.

“With technology being so transparent, borders don’t mean much anymore, so while there’s an importance in telling a local story and a national story, the way you share and consume your information isn’t always on a local or national level.”

And in this new digital age, Stewart feels skills that have previously been either ignored or under-valued are now being seen as incredibly valuable in managerial positions.

“In this digital age, what we have is a level of transparency we’ve never seen before, and a level of information exchange that we’ve never seen before,” she said.

“You need people who understand how to listen, synthesise many points of information at the same time, can work collaboratively with teams, because you can never do that just on your own.”

With her book being heavily focussed on women in business, Stewart has been given the label of feminist by many, and while she doesn’t shy away from that title, she says there still needs to be something of a shift in how some perceive feminism.

“I think feminism to some means putting women above all others, and I don’t think that’s what feminism is about actually,” she said.

“I think feminism is very clearly stating the rights of women as humans, and that all humans have equal rights. I think feminism speaks about it from the female point of view, because again, we are women as we speak about this, but it’s about equal rights for all.”

The issue of equality particularly in business for men and women has been a hot topic in recent times, especially in Canada with Prime Minister Justin Trudeau putting together a cabinet that had equal number of men and women for the first time ‘because it’s 2016’. Stewart argues that while this was indeed an important initiative, it could have been better managed.

“Ultimately he balanced a fantastic cabinet with representatives from all different backgrounds, and so I think when we collectively – a few of us anyway – groaned when we heard that the initiative was to make sure that it was 50/50 balance, because the last thing that you want to be is that number 49 to check off that box,” she said.

“The intentions are right, and the end result is fantastic, but it didn’t have to be pegged on just the female gender balance; I think he did an excellent job of representing across all provinces, across all backgrounds, across all races and religions, so I think it would have been better to present, again, that humans are humans, and the best person for the job is in the job.”

Kirstine Stewart was in Australia to tour her new book ‘Our Turn’. You can find her on Twitter @kirstinestewart

Kirstine Stewart à propos des femmes à l’ère digitale

Le nom de Kirstine Stewart est devenu l’un des plus remarquables et l’un des plus percutants dans la sphère médiatique nord-américaine, et maintenant elle veut inspirer la nouvelle vague de femmes d’affaires à suivre son exemple et atteindre des sommets similaires.

Ayant récemment démissionné de son poste de vice-présidente des médias à Twitter North-America pour rejoindre Diply, la très prometteuse compagnie informatique, Stewart était en Australie pour présenter son livre Our Turn. Elle déclare que si motiver les femmes à atteindre leur potentiel en affaires est le but principal de son livre, son intention ne s’arrête pas là.

“Je présente la perspective d’une femme, dit-elle, parce que c’est tout ce que je connais, mais en fin de compte le livre s’adresse à toutes les personnes qui pensent qu’elles n’ont pas eu l’opportunité d’être reconnues dans une position de leadership  à cause des conventions arriérées dictant aux gens à quoi un patron doit ressembler, ce qu’il doit faire et ce qu’ il doit être.”

“Je pense que l’opportunité est  bien présente maintenant  de tirer votre épingle du jeu et vous mettre en avant si vous êtes l’une de ces personnes qui pense avoir été négligée par le système jusques là, et que maintenant vous saisissez l’occasion, et que c’est à votre tour.”

Originaire de Toronto  et riche d’une large carrière à la direction de médias au Canada et aux États-Unis y compris un certain nombre d’années à CBC Télévision, Stewart s’est  lancée dans la vague Internet en rejoignant le géant digital Twitter. Elle fut nommée en 2016 l’une des 50 personnes les plus influentes du Monde des affaires canadiennes.

“Que l’on soit, explique-t-elle, responsable d’un programme télévisé, politicien en campagne, ou encore sportif,  que ce soit dans le domaine des sports, de l’information ou du spectacle, tous ceux qui y participent ressentent le besoin de s’exprimer sur les réseaux sociaux, et mon rôle était de m’assurer qu’on présentait le meilleur sur la scène.”

“On aidait par exemple les camps de Hillary Clinton et de Donald Trump à utiliser Periscope et à l’introduire comme outil dans leur campagne. On a travaillé avec la NBA sur les matches de barrages pour que des petits emojis sympas apparaissent chaque fois que quelqu’un utilisait un hashtag en référence à une équipe, on a eu un tas de partenariats médiatiques de tous genres, et j’avais en même temps une équipe à San Francisco, LA, Washington, New York et Toronto,  c’était vraiment un bon boulot.”

De son temps passé avec Twitter Stewart a gagné une bonne connaissance de l’univers médiatique  en constante évolution, les attentes des compagnies et du public se renouvelant de plus en plus rapidement.

“Je pense, dit-elle, que nous devons comprendre que les gens consomment contenus et informations différemment de ce qu’ils faisaient  même deux ans plus tôt, les compagnies avaient l’habitude de préparer un plan quinquennal entre autres choses, tout cela n’est plus de mise.”

“La technologie est bien transparente, les frontières ne signifient plus grand-chose, alors même s’il est important de communiquer une histoire locale et une histoire nationale, la façon dont on partage et on consomme cette information n’est pas toujours au niveau local ou national.”

Et dans cette nouvelle ère digitale, Stewart estime que des talents qui ont été précédemment ignorés ou sous-estimés sont maintenant reconnus de grande valeur dans les postes de direction.

“Dans cette ère digitale, dit-elle, nous avons  atteint un niveau de transparence jamais égalé auparavant et un niveau d’échange de l’information que nous n’avons jamais vu. ”

“On a besoin de gens qui savent écouter, analyser plusieurs points d’information au même moment, qui peuvent travailler en collaboration avec des équipes parce qu’il est impossible de faire tout cela par soi-même.”

Son livre se focalisant principalement  sur les femmes dans le domaine des affaires, Stewart a été accusée de féminisme par beaucoup, et bien qu’elle n’en ait pas honte, elle ajoute qu’on a encore bien du chemin à faire pour s’écarter de ce que certains perçoivent encore comme du féminisme.

“Je pense, dit-elle, que le féminisme pour certains signifie mettre les femmes en avant, et je ne pense pas que le féminisme soit cela du tout.”

“Je pense que le féminisme pose très clairement que les femmes ont des droits en tant qu’êtres humains, et que tous les êtres humains ont les mêmes droits. Je pense que le féminisme en parle du point de vue des femmes, parce que une fois encore nous sommes des femmes qui en discutons, mais que le véritable débat est dans l’égalité des droits pour tous et toutes.”

La question de l’égalité entre hommes et femmes en particulier dans les monde des affaires a fait le buzz dernièrement, et tout particulièrement au Canada, le Premier Ministre Justin Trudeau mettant un point à nommer un cabinet comprenant un nombre égal de femmes et d’hommes pour la toute première fois, parce que nous sommes en 2016. Stewart estime que si c’est une excellente initiative, elle aurait pu être mieux administrée.

“Au final, dit-elle, il a équilibré un cabinet fantastique  comprenant des représentants d’origines diverses, et je pense que lorsqu’on a, enfin certains d’entre nous, pensé collectivement que l’initiative n’avait qu’un seul but celui d’assurer un équilibre 50-50 et qu’il était question d’en finir avec une inégalité 49-51, c’est vrai qu’on a montré notre mécontentement. ”

“Les intentions sont bonnes, et le résultat fantastique, mais il n’était pas nécessaire d’invoquer simplement l’équilibre hommes-femmes; je pense qu’il a très bien fait  de nommer des représentants de toutes les provinces, de toutes races et religions, je pense qu’il aurait mieux valu insister sur le fait que les humains sont humains, et que la position va à la personne la mieux qualifiée.”

Kirstine Stewart était en Australie pour présenter son nouveau livre ‘Our Turn’. Vous pouvez la retrouver sur Twitter @kirstinestewart