Shane Koyczan on Canada, Olympics and the importance of youth

You’d think being offered a starring role in the Opening Ceremony of an Olympic Games would be the easiest gig in the world to accept, but for Canadian spoken word artist Shane Koyzcan, there was a lot weighing on his mind.

When the organising committee of the 2010 Vancouver Winter Olympics approached him about performing, Koyzcan says there were a number of issues he had to settle with himself.

“I remember it being such a politically charged moment, and being a downtown east side kid – when I lived in Vancouver, that’s where I was – seeing a lot of the problems being swept under the rug and pushed off to the side so we could have the Vancouver Olympics. Just hiding the problems that we faced with poverty, homelessness, drugs, addiction, mental health, all those things,” he said.

“There was a lot of trepidation from me being like, well, I don’t want to be the one that betrays all their trust. I’m part of this community.”

Finally, the significance of the opportunity and the benefits of performing, not just for himself, but for his art-form, helped push him over the line.

“The only person I could talk to was my grandmother. She told me ‘do you think this will ever happen again? Do you think if you say no to this, they’re going to come to you ten years from now and say hey, remember that thing you passed on the first time? Do you want to give it a try?’” he said.

“To put poetry on that kind of stage – on a world stage – the opportunity is not just for me, it’s for the entire genre, and you’re starting to see in Canada now this huge resurgence of spoken word – people are using it in schools.”

In Australia for performances in both Sydney and Melbourne, Koyczan, 40, says being up on stage still doesn’t come naturally to him, despite having travelled around the world to sold-out shows – including that powerful performance of his poem We Are More centre stage at the 2010 Vancouver Olympic Games Opening Ceremony.

“I think walking out on stage, there’s a lot of emotional nudity that’s happening there. Being that glass figure on stage, everybody in the audience is a potential hammer, it’s a really scary thing to think about,” he explained.

“I’ve been doing this for quite a while, and I still get those nerves, I still get that anxiety over it. I’m still blown away that people are connecting to the work that I’m doing.”

Having his work within reach of young people is of particular importance to Koyczan. Many of the messages and stories woven throughout his poetry relate to bullying and mental health, which he knows are still major issues in schools around the world, even if the environment might be different to when he was younger.

“When I was going to school, there were no posters on the wall, there were no support groups. Nobody talked about it; it was just an accepted thing that happened. But you’re free at 3 o’clock, you can go home and you don’t have to deal with it anymore, and that was great,” he said.

“And now you’re dealing with kids who, through social media, it’s in their homes now, it’s on their phones, it’s everywhere they go – it’s a part of their whole entire world. For me growing up, bullying was bad but it was a part time thing. I worry more about things today because I feel like now it’s a full time thing.”

Koyzcan’s poem To This Day, which has been viewed around 20 million times on YouTube, details his own personal struggles with bullying growing up, and the response from young people worldwide has been overwhelming.

“I’m blown away by it obviously, but a lot of what I receive, it’s so heart wrenching,” he said.

“One of the things I think people forget about the youth in general is that they’re much more honest – when they do finally decide to speak, they’re much more fearless than we are – we learn to close certain avenues within ourselves over time, because we think or we’re told that’s inappropriate – the youth I don’t think has that gauge.

“It’s ultimately pretty rewarding. I think the most rewarding ones I get are from the people who have bullied other people, the ones who’ve said I saw your video and now I feel really bad because I didn’t realise this was the outcome.”

Koyzcan’s passion for youth issues is evident – he’s determined to keep young people involved at all levels.

“I really want to get the youth involved in the conversation, because for a long time, politics has been like a dinner table where the youth have not been allowed to sit down – they’re off the side at another table, and it’s another place where they’re told that their voice isn’t useful or meaningful,” he said.

“You’re talking about the people that are going to be running the country, and they need to start being part of this conversation, and they need to start steering the ship.”

Koyczan says he is privileged but also wary of the voice his growing position in the spoken word field has given him.

“I never thought that what I would do would have so much reach, or impact in a way, and so I try to be very careful with that, I try to be very mindful with it, because it’s not something that I want to throw around,” he said.

“I don’t want to be this political entity telling everyone how the world should be – we need to find that course together.”

You can find out more about Shane on Twitter @Koyczan and via his website.

Shane Koyczan parle du Canada, des Jeux olympiques et de l’importance de la jeunesse

Vous pensez que se voir offrir un rôle de premier plan pour la Cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques serait quelque chose à ne pas laisser passer, mais pour le poète canadien expert en poésie orale Shane Koyczan, voilà qui a demandé une certaine réflexion.

Lorsque le Comité d’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2010 de Vancouver l’a contacté pour lui proposer une performance, Koyczan déclare qu’il a été confronté à un certain nombre de questionnements personnels.

“Je me rappelle que c’était une période particulièrement instable politiquement, et en tant que gars des banlieues, parce que c’est ce que j’étais quand j’habitais à Vancouver, j’ai vu beaucoup de questions laissées sans réponses en échange de la tenue des Jeux olympiques à Vancouver. Des problèmes que nous avions avec la pauvreté, les sans-abris, la drogue, la santé mentale, tout ça, ajoute-t-il.”

“C’était comme un cas de conscience pour moi, je ne voulais pas être celui qui trahit leur confiance. Je fais partie de cette communauté.”

Au final, l’importance de cette opportunité et les avantages de cette performance, pas seulement pour lui-même mais pour son art, c’est ce qui l’a poussé à franchir le pas.

Et de nous dire : “La seule personne avec qui je pouvais parler c’était ma grand-mère. Elle m’a dit : ‘Tu crois que tu auras une deuxième chance? Tu crois vraiment que si tu dis non, ils vont revenir te chercher dans dix ans et te dire eh, tu te rappelles ce que tu as laissé passer la dernière fois ? Tu veux essayer maintenant?”

“Placer la poésie sur ce genre de scène, une scène internationale, l’opportunité elle n’est pas là que pour moi, elle est là pour tout ce style que je représente, et on le voit au Canada maintenant, cette renaissance incroyable de la poésie orale, même les écoles s’y sont mises.”

En Australie pour des performances à Sydney et Melbourne, Koyczan, âgé de 40ans, ajoute que pour lui monter sur scène ce n’est toujours pas une seconde nature, quand bien même il a déjà parcouru le monde en donnant des performances à guichets fermés, y compris cette fameuse performance en tant que vedette de la Cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Vancouver en 2010.

“Je pense que monter sur scène, c’est se mettre à nu émotionnellement. Etre ce personnage fragile sur la scène quand toute personne du public peut devenir un marteau potentiel, il y a de quoi vous faire peur, explique-t-il. ”

“J’y suis depuis un moment, et je ne suis toujours pas tranquille, j’ai encore le trac. Je suis toujours époustouflé qu’il y a des gens qui sont en contact avec ce que je fais. ”

Que des jeunes soient sensibles à son travail, c’est particulièrement important pour Koyczan. De nombreux messages et anecdotes tissés dans sa poésie font référence au harcèlement et à la santé mentale, et il sait bien que ce sont encore des questions primordiales dans les écoles du monde entier, même si l’environnement est peut-être différent de ce qu’il a connu quand il était plus jeune.

“Quand j’allais à l’école, il n’y avait pas d’affiches aux murs, pas de groupe de soutien. Personne n’en parlait;  c’était juste dans les mœurs. Mais tu étais libéré à 3 heures, tu pouvais rentrer chez toi et ne plus y penser, et c’était bien, dit-il. ”

“Et aujourd’hui  on a affaire à des gosses qui utilisent les réseaux sociaux, et maintenant c’est jusques dans leur maisons, sur leurs téléphones, partout où ils vont, ça fait partie de leur monde à part entière. Quand j’étais enfant, le harcèlement c’était dur à supporter mais ce n’était pas tout le temps. Ça m’inquiète plus aujourd’hui parce que j’ai le sentiment que c’est tout le temps.”

Le poème de Koyzcan intitulé To This Day (Jusqu’à maintenant), qui a été vu plus de 20 millions de fois sur YouTube, décrit ses propres luttes personnelles avec le harcèlement quand il grandissait, et la réponse des jeunes du monde entier a été énorme.

“Bien sûr que ça me renverse, mais une bonne partie de ce que je reçois me fend le cœur, dit-il.”

“L’une des choses qu’on a tendance à oublier  concernant les jeunes c’est qu’ils sont bien plus honnêtes, quand ils décident de parler, qu’ils sont bien plus courageux que nous, avec le temps on apprend à fermer quelques portes sur nous-mêmes, parce qu’on nous dit ou parce qu’on pense que ça ne se dit pas. Je ne crois pas que cette mesure existe chez les jeunes.

“En fin de compte c’est assez réconfortant. Je pense que les plus rassurants sont ceux que je reçois de la part de personnes qui en ont harcelé d’autres, ceux qui disent j’ai vu ta vidéo et maintenant je suis mal à l’aise parce que je n’en avais pas compris les conséquences.”

La passion de Koyzcan pour les questions de la jeunesse est évidente : il est déterminé à impliquer les jeunes à tous les niveaux.

“Je veux vraiment impliquer les jeunes dans la conversation, parce que pendant longtemps la politique c’était comme un repas où les jeunes n’étaient pas invités à s’asseoir autour de la table, ils étaient assis à une autre table, et de là on leur faisait comprendre que leur voix n’avait aucune valeur, aucune utilité, ajoute-t-il. ”

“On parle de gens qui un jour prendront le pays en main et ils ont besoin de commencer à faire partie de cette conversation, et ils ont besoin de commencer à manœuvrer le navire.”

Koyczan se dit être un privilégié, mais il s’inquiète aussi de l’écho que sa position grandissante dans le monde de la poésie lui a donné.

“Je n’ai jamais imaginé que ce que je fais pourrait avoir un tel impact, une telle répercussion  et j’essaie d’avancer prudemment avec tout ça, j’essaie de faire bien attention à tout ça, ce n’est pas quelque chose que je veux simplement balancer à la ronde, dit-il.”

“Je me refuse d’être cette entité politique qui prêche à tout le monde comment le monde doit être, c’est quelque chose qu’on doit trouver tous ensemble.”