Innovation meets Indigenous pedagogy: the Canadian company revitalizing Indigenous languages

Jarrett Laughlin comes from a family of Canadian educators. As someone with nearly two decades of experience in the Canadian education sector, his passion and work are dedicated to closing the learning gaps for marginalized students.

During a routine parent-teacher meeting when Jarrett’s son was five years old, the teacher told Jarrett that she was concerned about his son’s oral language development.

The teacher was unable to assess his son Jacob, because he didn’t talk at school.

Jarrett knew where this was going. He knew there would eventually be discussion about putting Jacob on an Individual Learning Plan, but he also knew Jacob’s speaking skills were not the issue.

“Jacob is the last of my four children, and at home he’s always trying to be heard and does not stop talking,” said Jarrett.

“He has one level of volume – and it’s really loud!”

“It dawned on me that he must have been shy or uncomfortable in the classroom – not in a space where he was willing to use his voice.”

This moment led Jarrett to reflect on the wider challenges that communities, schools, teachers and parents face in supporting and shaping children during their early learning years.

These foundational years are so critical to a child’s long-term educational success, and Jarrett acknowledged that without intervention that “this could have really influenced Jacob’s learning path and learning journey.”

Working together, Jacob’s teachers and Jarrett supported Jacob and boosted his confidence, so he could demonstrate his oral skills in the classroom.

With over 15 years’ experience working in Indigenous education, Jarrett recognizes that many students – especially those who are disadvantaged or from diverse backgrounds – often struggle to access the personalised support they need to excel at school.

“This [Jacob’s case] was a Caucasian child with a Caucasian teacher in a high socio-economic school. Think about how this happens every day, for thousands of marginalized students across this country.”

Sprig Learning is established

After this experience, Jarrett was driven to establish the education technology company called Sprig Learning. The company founded its first early learning program, Sprig Language, which uses a holistic approach to early literacy and language development by encouraging learning both inside and outside the classroom.

Having worked as a teacher, policy advisor and advocate at all levels of government, Jarrett has witnessed a number of heart-breaking journeys for students struggling to navigate the education system.

This experience has given him a rich understanding of the many educational challenges and opportunities that exist across Canada.

In particular, his passion lies in Indigenous education, where he has worked with Indigenous teachers and communities to identify and address the many disadvantages that are unique to Indigenous students.

“Many Indigenous students in Canada start their learning journey by leaving their communities and are enrolling in unfamiliar schools with unfamiliar teachers, who bring with them innate cultural biases and stereotypes about Indigenous children.  In many situations, this scenario caused inaccurate assessments for students and has led to many students getting off on the wrong educational path so early in life.”

“We can do better. Every child deserves a fair shot of success in education.”

Sprig Learning’s Mission

“[At Sprig Learning], we focus on education equity. The foundation of successful learning is not just built on equality, but equity. The unique needs of every student, especially marginalized students, must be met.”

“We focus on the foundational key milestones in those early years that lead to success later in life.”

Studies show there is a strong correlation between reaching early literacy milestones by age eight and completing high-school by age 18.

“Generally, up to age eight, children are learning to read. After that, they are reading to learn. After age eight this is a pivotal point where curriculum often shifts and accelerates. This is the point where many students on the margins are lost, and teachers find it difficult in large classrooms to support these students.”

How does Sprig Learning enhance literacy?

Personalisation is an important element of all Sprig Learning’s programs, and Jarrett explains that Sprig Learning’s technology identifies a child’s unique strengths, needs and abilities.

“The first step is a holistic assessment.  At the school, students have a conversation with a puppet – his name is Antle in the Mi’kmaw language.”

The teacher will hold the puppet in one hand and an iPad in another which observes and records the interaction, collecting data. Through this interaction, the technology assesses the child’s vocabulary, grammar, storytelling strategies, clarity of speech and comprehension.

The puppet and iPad are not only a fun way to engage children, but they help limit any cultural, racial or gender biases a teacher may have.

Sprig Learning’s technology then uses artificial intelligence to analyze the assessment results and personalizes a learning journey for each child.

The outcome is a set of personalized learning activities, for each child, that reflects their needs and interests. Teachers are guided to complete these activities in the school, while parents are supported to complete them at home with their child.

“Not only is there a student assessment, but we survey parents, and they [tell us] about how they support oral language in the home.  Are they speaking in multiple languages? Are they reading to their child, talking with them, telling stories, counting, singing, rhyming? We engage with the elders in the community and also with the teachers.”

“So, we use multiple perspectives to help understand the child’s oral language learning in the home, the community and the school. It really brings out a holistic understanding about what’s needed to support that child.”

As was the issue in his son’s case, Jarrett knows that the right support doesn’t just improve a student’s academic skills, but also their social, emotional and mental well-being.

“When we can really recognize them, identify not just their learning gaps, but their strengths and their interests, the students feel respected and understood.   They feel included in the classroom and in the conversation.”

“That trickles down socially and emotionally to so many other attributes,” he said.

Connecting within communities

Today, Sprig Learning is used in more than 100 schools across Canada and supports the learning and delivery of 11 different Canadian Indigenous languages.

Jarrett and his team have worked hard to advocate across Canada and internationally connecting with key decision makers within the government, school districts and community, including curriculum leads, early learning leads, and champions of Indigenous education.

“We do a lot of work to understand the challenges and pain points of education systems and to make sure that our programs are helping to solve their problems. Many of the challenges we hear are around equity and inclusion and providing support for parents and teachers.”

The ability to customise the platform for a range of languages was essential to the partnership in 2015 with the Mi’kmaw Indigenous community.

“With our widespread reconciliation work here in Canada, there is a real focus on the revitalization and reclamation of Indigenous languages which is a key part of the social fabric of this country.”

The Mi’kmaw not only wanted to enhance the English literacy of their students, but most importantly  revitalize and grow their Mi’kmaw language with equal importance. Working alongside community and provincial education authorities, the Indigenous community led the way in shaping the program.

It was tailored to suit the needs of the community and incorporated the knowledge and perspectives of the Elders by integrating stories, language and cultural elements.

Jarrett said that the partnership has seen significant improvements for students, and this has been backed up by teachers.

“We are seeing lots of success [in student outcomes] already, including increased engagement, and increased language acquisition.”

“There is a formal study underway with St. Francis Xavier University who will assess the longitudinal outcomes.”

Jarrett is reminded of how one of the Grade 1 Mi’kmaw teachers said that the improvements were clear.

“She said she was already a month into the classroom and already the understanding of the Mi’kmaw language is ahead of where she would normally be two months from now.”

Lessons learned

The partnership has also been fruitful from a business perspective in working with other educational partners.

“My work over the years has helped me reflect on how Indigenous pedagogy and worldview can help support all education systems across the world as they look to improve and reform,” said Jarrett.

“Indigenous education is reflected through holistic, lifelong learning models, which are built on a community-based approach to education that supports each and every learner.”

Of course, closing the education gap is only one part of the reconciliation story. One particular moment that has stuck with Jarrett involves a parent of a child who was undertaking the Sprig Language program.

This parent had a grandmother who attended a residential school as a child, bringing with her decades of terrible trauma associated with this experience.  This parent had found it difficult to participate in their child’s school activities or even visit the school. For them, school was not a safe place.

However, when her child’s class had a birthday party for their puppet Antle, the child and their parent both came to the school to celebrate the event.

Initially nervous, the parent stayed in the hallway before being welcomed into the classroom by the teacher and the puppet in the Mi’kmaw language.

This experience demonstrated to Jarrett that the puppet was not just a tool to teach language and build literacy skills, but also allowed people of all ages to break boundaries and build connections between the home and school.

The future of Sprig Learning

With these successes in mind, Jarrett believes that this is only the beginning for Sprig Learning.

During a trip to Australia to speak at the World Indigenous Education Conference back in 2008, Jarrett has seen the similarities between Canadian and Australian school system, realizing the potential for Sprig language in this country.

With a commitment of protecting and preserving Indigenous languages in Australia, Sprig Learning is a program with proven results and the ability to adapt to an Australian context. But whether the next step is to expand in Australia or elsewhere, it is clear that there are benefits to be realised not just by students, but by parents, teachers, and communities worldwide.

When asked about his hopes for Sprig Learning in the future, Jarrett’s passion for equitable education is clear.

“I want to see as many students and families have broader access to Sprig’s early learning programs so that every child can have a fair shot at success in education.”

To learn more about Sprig Learning, please visit: https://www.spriglearning.com/

For tips and suggestions on how to engage your kids at home, follow Sprig Learning on:

For access to free educational resources for children aged 3-6, sign up to Sprig Home today for free: https://www.spriglearning.com/sprig-home/

 

 

Quand l'innovation et la pédagogie s'unissent: une compagnie canadienne œuvre à revitaliser les langues autochtones

Jarrett Laughlin vient d’une famille d’éducateurs canadiens. En tant que personne ayant près de deux décennies d’expérience dans le secteur de l’éducation canadien, sa passion et son travail sont axés sur le fait de combler les lacunes d’apprentissage d’étudiants marginalisés.

Lors d’une réunion parents-enseignants de routine quand le fils de Jarrett avait cinq ans, l’enseignante expliqua à Jarrett qu’elle était préoccupée par le développement du langage parlé chez son fils.

L’enseignante n’était pas en mesure d’évaluer son fils Jacob parce que ce dernier ne parlait pas à l’école.

Jarrett savait où voulait en venir l’enseignante. Il savait que, tôt ou tard, elle proposerait de créer un plan d’apprentissage individuel pour Jacob, mais il savait aussi que les compétences orales de Jacob n’étaient pas le vrai problème.

« Jacob est le dernier de mes quatre enfants, et à la maison il essaie constamment de se faire entendre et n’arrête pas de parler » précise Jarrett.

« Il parle à un seul volume – très fort ! »

« Je me suis rendu compte qu’il devait être timide ou mal à l’aise dans la classe – pas dans un espace où il était enclin à se servir de sa voix. »

C’est ce moment qui a donné à réfléchir à Jarrett au sujet des défis plus larges que les collectivités, les écoles, les professeurs et les parents doivent affronter pour soutenir et modeler les enfants pendant les années de l’apprentissage précoce.

Ces années fondatrices sont si cruciales pour la réussite de l’éducation à long terme chez l’enfant que Jarrett reconnaît volontiers que, sans intervention,   « ceci aurait vraiment pu influencer le parcours d’apprentissage de Jacob et ses progrès pédagogiques. »

En collaborant ensemble, les professeurs de Jacob et Jarrett soutinrent Jacob et renforcèrent sa confiance en lui-même afin qu’il puisse démontrer ses compétences orales en classe.

Avec plus de 15 années d’expérience dans le domaine de l’éducation autochtone, Jarrett reconnaît que de nombreux étudiants – surtout ceux qui sont désavantagés ou proviennent de milieux diversifiés – doivent souvent se battre pour accéder au soutien personnalisé dont ils ont besoin afin de réussir à l’école.

« Ici [dans le cas de Jacob], il s’agissait d’un enfant caucasien avec une enseignante caucasienne, elle aussi, dans une école d’un niveau socio-économique élevé. Imaginez combien c’est le quotidien de milliers d’enfants marginalisés dans tout le pays. »

Sprig Learning est établi

À l’issue de cette expérience, Jarrett fut motivé pour créer Sprig Learning, une compagnie de technologie pédagogique. Cette entreprise lança son premier programme d’apprentissage précoce, Sprig Language, basée sur une approche holistique pour l’apprentissage précoce de l’écriture et le développement du langage en encourageant l’apprentissage tant dans la classe qu’à l’extérieur de celle-ci.

Ayant travaillé comme enseignant, conseiller en matière de politiques et défenseur de l’éducation à tous les niveaux du gouvernement, Jarrett a observé un certain nombre de parcours qui brisent le cœur pour les élèves qui peinent à s’y retrouver dans le système d’éducation.

Cette expérience lui a procuré une riche connaissance des nombreux défis et opportunités pédagogiques qui existent dans l’ensemble du Canada.

Sa passion touche notamment à l’éducation autochtone, un domaine où il a collaboré avec des enseignants et collectivités autochtones pour identifier et trouver une parade aux nombreux désavantages qui touchent uniquement les étudiants autochtones.

« Beaucoup d’élèves autochtones au Canada démarrent leur parcours d’apprentissage en quittant leurs collectivités et en s’inscrivant dans des écoles inconnues avec des enseignants inconnus, qui ont des préjugés et stéréotypes culturels innés concernant les enfants autochtones. Dans de nombreuses situations, un tel scénario débouche sur des évaluations erronées des élèves et ceci fait que beaucoup d’élèves adoptent le mauvais parcours pédagogique si tôt dans leur vie. »

« Nous pouvons mieux faire. Chaque enfant mérite d’avoir une chance raisonnable de réussir son éducation. »

Mission de Sprig Learning

« [Chez Sprig Learning], nous nous focalisons sur l’équité au niveau de l’éducation. Le fondement d’un apprentissage réussi ne se fonde pas uniquement sur l’égalité, mais aussi sur l’équité. Les besoins uniques de tous les élèves, et notamment des élèves marginalisés, doivent être pris en compte. »

« Nous nous concentrons sur les étapes clés de ces années précoces qui déboucheront sur la réussite plus tard dans leurs vies. »

Des études ont prouvé qu’il existe une forte corrélation entre le fait d’atteindre des étapes clés de l’alphabétisation précoce dès l’âge de huit ans et le fait de terminer des études secondaires à l’âge de 18 ans.

Habituellement, jusqu’à l’âge de huit ans, les enfants apprennent à lire. Une fois ces compétences acquises, ils sont prêts à apprendre. La période après l’âge de huit ans est un point charnière à partir duquel le cursus est modifié et s’accélère. C’est le moment où beaucoup d’élèves qui sont  en marge sont perdus, et ce sont ces élèves-là que les enseignants ont des difficultés à soutenir lorsque les classes comportent beaucoup d’élèves.

Comment Sprig Learning permet-il de renforcer l’alphabétisation ?

La personnalisation du soutien est une composante importante des programmes Sprig Learning, et Jarrett explique que la technologie de Sprig Learning permet d’identifier les forces, les besoins et les compétences d’un enfant donné.

« La première étape consiste en une évaluation holistique. À l’école, les élèves ont une conversation avec une marionnette – qui s’appelle Antle dans la langue Mi’kmaw. »

L’enseignant tient la marionnette dans une main et un iPad dans l’autre main qui permet d’observer et d’enregistrer l’interaction, recueillant des données. Par le biais de cette interaction, la technologie évalue le vocabulaire de l’enfant, sa grammaire, ses stratégies pour raconter des histoires, la clarté de son élocution et sa compréhension.

La marionnette et l’iPad ne sont pas seulement une façon amusante de retenir l’attention des enfants, ils aident aussi à limiter les éventuels préjugés culturels, raciaux ou sexistes d’un enseignant donné.

La technologie Sprig Learning se sert ensuite de l’intelligence artificielle pour analyser les résultats de l’évaluation et personnaliser le parcours pédagogique de chaque enfant.

En découle une série d’activités d’apprentissage personnalisées pour chaque enfant qui reflètent ses besoins et ses centres d’intérêt. Les enseignants sont guidés pour mener à bien ces activités à l’école, et les parents sont soutenus pour pouvoir les accomplir à la maison avec leur enfant.

« Non seulement y a-t-il une évaluation de l’élève, nous enquêtons aussi auprès des parents et ils [nous disent] comment ils soutiennent la langue orale à la maison. Parlent-ils plusieurs langues ? Lisent-ils à leur enfant, parlent-ils avec lui, lui racontent-ils des histoires, comptent-ils, chantent-ils, font-ils des rimes avec cet enfant ? Nous impliquons les anciens de la collectivité et également les enseignants. »

« Donc, nous nous servons de perspectives multiples pour nous aider à comprendre l’apprentissage de la langue orale de l’enfant chez lui, dans sa collectivité et à l’école. Cela permet réellement de faire ressortir une compréhension d’ensemble de ce qui est nécessaire pour soutenir cet enfant-là. »

Comme c’était le cas pour son fils, Jarrett sait que le bon soutien n’améliore pas seulement les aptitudes aux études d’un élève, mais également son bien-être social, émotionnel et mental.

« Lorsque nous sommes en mesure de les reconnaître, d’identifier non seulement leurs lacunes d’apprentissage mais aussi leurs forces et leur centres d’intérêt, les élèves se sentent respectés et compris. Ils se sentent intégrés dans la classe et dans la conversation. »

« Ceci a des répercussions pour tant d’autres caractéristiques sur le plan social et affectif », précise-t-il.

Établir un lien avec les collectivités

Aujourd’hui, Sprig Learning est utilisé dans plus de 100 écoles à travers le Canada, soutenant l’apprentissage et l’enseignement de 11 langues autochtones canadiennes différentes.

Jarrett et son équipe ont déployé de grands efforts pour défendre ce programme dans tout le Canada et à l’international, établissant des liens avec des preneurs de décisions clés dans le gouvernement, dans les districts scolaires et leurs communautés, dont notamment les responsables du cursus, de l’apprentissage précoce et les champions de l’éducation autochtone.

« Nous consacrons beaucoup d’efforts au fait de cerner les défis et points douloureux des systèmes pédagogiques et nous assurer que nos programmes soient à même de résoudre leurs problèmes. Beaucoup des défis que nous rencontrons tournent autour de l’équité et de l’inclusion et de pouvoir proposer un soutien aux parents et aux enseignants. »

La capacité de personnalisation de la plateforme afin de desservir toute une gamme de langues était un facteur clé du partenariat que nous avons établi en 2015 avec la communauté autochtone Mi’kmaw.

« Dans le cadre du travail étendu de réconciliation qui est en cours ici au Canada, l’accent porte vraiment sur la revitalisation et la récupération des langues autochtones, ce qui est une composante clé du tissu social de ce pays. »

Les Mi’kmaw ne voulaient pas seulement rehausser l’alphabétisme anglais de leurs élèves, le fait de revitaliser et de développer leur langue Mi’kmaw était tout aussi important pour eux. En travaillant aux côtés des autorités d’éducation communautaires et provinciales, la communauté autochtone a ouvert la voie pour modeler le programme à son intention.

Ce programme a été adapté aux besoins de la collectivité et incorpore les connaissances et perspectives des Anciens grâce à l’intégration d’histoires, de leur langue et d’éléments culturels.

Jarrett précise que ce partenariat a débouché sur des améliorations significatives pour les élèves, et ceci a été confirmé par les enseignants.

« Nous recensons déjà beaucoup de succès [au niveau des résultats des élèves], touchant notamment à leur participation accrue et à une meilleure acquisition de la langue. »

« Une étude officielle est actuellement en cours avec l’Université St Francis Xavier, qui devrait permettre d’évaluer les résultats sur le plan longitudinal. »

Jarrett se rappelle que l’un des enseignants de maternelle Mi’kmaw a précisé que les améliorations étaient claires.

« Elle a dit qu’après un mois de cours, elle constatait déjà que leur compréhension de la langue  Mi’kmaw était supérieure à ce qu’elle aurait habituellement été après deux mois de plus. »

Leçons apprises

Ce partenariat a également été fructueux d’un point de vue commercial dans le cadre d’une collaboration avec d’autres acteurs pédagogiques.

« Mon travail au fil des ans m’a aidé à réfléchir à la façon dont tant la pédagogie que la vision du monde autochtones peuvent aider à soutenir tous les systèmes éducatifs à travers le monde lorsqu’ils souhaitent s’améliorer et se réformer » , indique Jarrett.

« L’éducation autochtone prend la forme de modèles d’apprentissage holistiques à vie, qui sont bâtis sur une approche communautaire à l’éducation susceptible de soutenir chaque apprenant individuellement. »

Bien évidemment, le fait de combler les lacunes pédagogiques n’est qu’une composante de l’histoire de la réconciliation. Un moment qui reste présent dans l’esprit de Jarrett touche au parent d’un enfant qui participait au programme Sprig Learning.

Ce parent avait une grand-mère qui, lorsqu’enfant, faisait ses études dans un pensionnat, ce qui avait donné lieu à des décennies entières de traumatisme terrible qu’elle associait à cette expérience. Ce parent avait eu des difficultés à participer aux activités scolaires de son enfant ou même à visiter son école. Pour cette personne, l’école n’était pas un lieu sûr.

Toutefois, quand la classe de son enfant a organisé une fête d’anniversaire pour sa marionnette Antle, l’enfant et son parent sont tous deux venus à l’école pour fêter l’évènement.

Initialement nerveux, le parent était resté dans le couloir avant d’être accueilli dans la classe par l’enseignante et la marionnette dans la langue  Mi’kmaw.

Cette expérience a prouvé à Jarrett que la marionnette n’était pas seulement un outil pour enseigner la langue et renforcer des compétences alphabétiques, mais permettait aussi aux individus de tout âge de repousser les limites et de bâtir des liens entre la maison et l’école.

Avenir de Sprig Learning

Avec ces succès à l’esprit, Jarrett estime que tout ceci n’est que le début pour Sprig Learning.

Lors d’un voyage en Australie en 2008 pour s’exprimer à l’occasion de la Conférence mondiale sur l’éducation autochtone, Jarrett a pu constater les similitudes entre les systèmes scolaires canadiens et australiens, se rendant compte du potentiel de Sprig Language dans ce pays.

Avec pour engagement de protéger et de préserver les langues autochtones en Australie, Sprig Learning est un programme dont les résultats ont été démontrés, qui est susceptible d’être adapté au contexte australien. Mais que l’étape suivante consiste en ce que le programme s’étende en Australie ou ailleurs, il apparaît clairement qu’il existe des bénéfices à réaliser non seulement pour les étudiants, mais aussi pour les parents, enseignants et communautés du monde entier.

Lorsqu’on lui demande quels sont ses espoirs pour Sprig Learning à l’avenir, la passion de Jarrett pour une éducation équitable ressort clairement.

« Je veux qu’autant d’étudiants et de familles que possible aient accès aux programmes d’apprentissage précoce Sprig pour que chaque enfant ait une chance raisonnable de réussir dans le domaine de l’éducation. »

Pour en savoir davantage sur Sprig Learning, rendez-vous sur le site : https://www.spriglearning.com/

Pour obtenir des conseils et des suggestions sur la façon d’engager vos enfants à la maison, suivez Sprig Learning sur (en anglais seulement) :

Pour accéder à des ressources éducatives gratuites pour les enfants âgés de 3 à 6 ans, inscrivez-vous gratuitement dès aujourd’hui à Sprig Home : https://www.spriglearning.com/