A Canadian Influence: Sydney Festival Director Wesley Enoch

All around Sydney, many people are working feverishly to set up marquees, food stalls, and ticket booths preparing for one of the city’s most anticipated events, the Sydney Festival.

Wesley Enoch is the Festival’s Director, and he’s been overseeing the set up after having curated the program over the last year, doing his best to ensure the festival speaks to its audience.

“This is my first festival; this Sydney Festival is the first festival I’ve ever done so it’ll be exciting to see how it all rolls out,” he said.

“The idea of talking to the city about important things that are gripping the world, from a play about boy soldiers in Africa to the situation in Russia, to even the big ball pit at The Beach, it’s all part of a big story of what’s going on in the world and how we’re connecting to it.”

With seven Canadian acts at this year’s Festival, the artistic connection between the two nations is stronger than ever, and Enoch is keen to see that connection continue to develop and strengthen.

“I’ve been back and forth to Canada I think five times in the last twelve months and I think there’s a lot of similarities,” he said.

“We have iD, from Cirque Éloize in Montreal, which as soon as I saw it I thought ‘that has to come’ – it has a vibrancy, it has a relationship, it talks to the Australian condition.  There’s Anthropologies Imaginaires which is a pet project of mine – it’s the only project in all of the festival that I talked to the artist afterwards and offered them there on the spot that they could come to Sydney!”

With a background in theatre direction, with roles such as Director of the Brisbane Theatre Company and resident Director at the Sydney Theatre company under his belt, Enoch says taking on this challenge was an exciting one.

“I’ve done a whole range of things like the Commonwealth Games Opening Ceremony in 2006 in Melbourne, but often it’s been as a maker, as someone who’s making the shows and talking to an audience specifically through my own making,” he said.

“When you come to a festival, it is a huge canvas, the whole city is a canvas through which you can talk to audiences and that’s how I wanted to challenge myself.”

Enoch explained that significant Canadian influence on the festival had been cultivated by his experiences in Canada, and the connection between the two countries.

“There’s similar relationships with refugees and migrants, there’s a similar political system, but also the First Nations story is a very important one that I think Australia and Canada share, and we can learn from each other,” he said.

“Australia can look to Canada as our big cousin in some ways and see what Canada is facing that we think we’ll have to deal with in a different way as we start to mature and grow.”

Enoch has forged a working relationship with Norman Armour, the Artistic Director of the PuSh Festival in Vancouver, which he believes will help to cultivate the relationship with Canadian artists even more.

“The PuSh Festival in Vancouver runs at the end of January and through into February, it’s like a sister festival for us,” he said.

“At this point in time we’ve got a number of artists who are coming out to perform in the Sydney Festival, so we’ll look at building on this over the next three of four years.

“We’ll look at inviting artists to come and be a resident obviously in our festival but maybe also in our country and for them to be invited to look at making work either in collaboration with Australian artists or even solo work that’s responding to the Australian situation or the Canadian situation, or the relationship, so it’s very open ended, and it’s very rare for artists,” he continued.

“Often they get money to do something very specific, but what we’re saying is that this time together is about giving you opportunities to have a conversation, a debate even, about what our identities mean as nations, and that’s what I think artists need to have more time to do, because I think innovative, interesting work comes from just making space to think.”

The Sydney Festival runs from January 7 – 29, with events held all around the city. Visit www.sydneyfestival.org.au for information.

About The Shows (provided by Sydney Festival)

Anthropologies Imaginaires: A distinguished composer and vocalist, Gabriel Dharmoo mixes musical styles to create a dialogue. He is an artist interested not only in music, but in what it can represent, and how it can be used to interrogate our cultural assumptions.

Huff: From Native Earth Performing Arts, Canada’s oldest professional Indigenous theatre company, comes a vivid account of harsh realities and difficult truths.

Inheritor Album: With raw athletic power and explosive, urban-infused dance, six performers push themselves to their limits as they pull apart the roles of inheritor and predecessor. All this set against a backdrop of stunning animations and within an atmospheric, electric soundscape.

Nicole Lizée with the Australian Art Orchestra: Nicole Lizée is a celebrated composer and turntablist from Montreal who fearlessly brings pop, MTV videos, turntablism, rave culture, cult cinema and psychedelia into the realm of classical and jazz music.  The multi-part program explores Lizée’s unique responses to 80s and 90s screen culture with the Australian premiere of her solo piano and video work David Lynch Études – which has us venturing into Twin Peaks’ Black Lodge with Kyle MacLachlan on screen and Canadian Eve Egoyan’s piano interacting with scenes and characters from the director’s films.

Tomboy Survival Guide: Ivan Coyote and an all-tomboy band blend story, music and memory in a fearless, wry-humoured and tender insight into gender issues, defying the norm and finding your identity.

Influence canadienne pour Wesley Enoch, le Directeur du Festival de Sydney

Dans tout Sydney, de nombreuses personnes travaillent d’arrache-pied pour installer les marabouts, les étals de nourriture, et les guichets en préparation pour l’un des évènements les plus attendus de la ville : le Festival de Sydney.

Wesley Enoch est le directeur de ce festival et il surveille de près les installations, après avoir assuré sa préparation tout au long de l’année, faisant de son mieux pour que le festival s’adresse à son public.

“C’est mon premier festival, dit-il ; ce Festival de Sydney est le premier que je prépare, alors ça va être très excitant de voir comment ça se déroule.”

“L’idée de présenter à la ville les questions importantes qui secouent le monde, comme une pièce sur les enfants soldats en Afrique, ou la situation en Russie, ou le bain de boules géant de  The Beach, cela fait partie de ce qui se passe dans le monde en ce moment et notre connexion à tout cela.”

Avec sept performances canadiennes au festival de cette année, la connexion artistique entre les deux pays n’a jamais été aussi forte, et le directeur du festival Wesley Enoch souhaite que cette connexion se développe plus encore et se renforce.

“J’ai fait, dit-il,  l’aller-retour au Canada cinq fois cette année je pense et je crois qu’il y a de grandes similitudes.”

“Nous avons iD, du Cirque Éloize de Montréal, et dès que je les ai vus je me suis dit: ‘il faut qu’ils viennent’. Il y a une telle énergie, une relation qui s’adressent à la situation australienne.  Il y a  Anthropologies Imaginaires , un de mes chouchous, c’est le seul projet du festival à qui j’ai parlé tout de suite après la performance pour leur offrir une place à Sydney!”

Fort de son expérience dans la direction théâtrale, comme Directeur de la Compagnie de théâtre de Brisbane et Directeur actuel de la Compagnie de théâtre de Sydney, Enoch ajoute que ce défi est particulièrement excitant.

“J’ai fait plein, dit-il, plein de choses comme la Cérémonie d’ouverture des Jeux du Commonwealth à Melbourne en 2016, mais souvent comme acteur, comme quelqu’un qui présente une performance et qui parle à un public de sa propre expérience.”

“Quand on arrive dans un festival, c’est une cadre immense, la ville toute entière est le cadre qui vous permet de vous adresser au public et c’est ce que je voulais prendre comme défi.”

Enoch explique que l’importance de l’influence canadienne sur ce festival provient de ses expériences au Canada et de la connexion entre les deux pays.

“Il y a, ajoute-t-il,  des parallèles en ce qui concerne les réfugiés et les émigrants, un système politique semblable, mais aussi l’histoire des Premières Nations est très importante parce qu’elle est je pense partagée par l’Australie et le Canada, et que nous pouvons apprendre les uns des autres. ”

“L’Australie peut considérer le Canada comme son cousin en quelque sorte et voir que le Canada est confronté  à des problèmes auxquels nous devrons faire face d’une façon différente au fur et à mesure de notre maturité et de notre croissance.”

Enoch s’est forgé une relation professionnelle avec Norman Armour, le Directeur artistique de PuSh Festival à Vancouver, une relation qui l’aidera pense-t-il à cultiver plus encore la relation avec les artistes canadiens.

“Le PuSh Festival de Vancouver, dit-il, se déroule de fin janvier à février,  et pour nous c’est un peu comme un festival jumeau.”

“En ce moment nous avons pas mal d’artistes qui offrent des performances au Festival de Sydney, alors on voudrait continuer sur cette lancée  pour les trois ou quatre prochaines années.

“On envisage , ajoute-t-il, d’inviter des artistes à venir, non seulement pour être participants de notre festival bien évidemment, mais aussi pour résider dans notre pays et les inviter à collaborer avec des artistes australiens  ou travailler en solo dans le contexte australien ou le contexte canadien, ou sur cette relation,  nous sommes très ouverts, et ça c’est plutôt rare pour des artistes.,”

“Ils sont souvent payés pour un projet spécifique, mais ce qu’on veut dire c’est que cette occasion commune c’est l’occasion d’un échange, d’un débat même, sur ce que nos identités signifient en tant que nations, et c’est je pense ce dont les artistes ont le plus besoin parce que le travail innovateur et intéressant trouve sa source dans le temps qu’on lui octroie pour réfléchir.”

Le Festival de Sydney a lieu du 7 au 29 Janvier, avec des performances dans toute la ville. Pour plus d’information, consultez : www.sydneyfestival.org.au

 

Le programme  (fourni par le Festival de Sydney)

 

Anthropologies Imaginaires: compositeur et interprète éminent, Gabriel Dharmoo mélange les styles musicaux pour créer un dialogue. C’est un artiste intéressé non seulement par la musique mais par ce qu’elle représente, et comment elle peut  servir pour questionner nos principes culturels.

 

Huff:  par Native Earth Performing Arts, la plus ancienne compagnie théâtrale professionnelle indigène du Canada, qui propose un rendu saisissant des dures réalités  et des vérités délicates.

 

Inheritor Album: puissance athlétique brute et explosive, danse à influence urbaine, six artistes poussent leurs limites en déchirant les rôles d’héritier et de prédécesseur. Sur un fond d’animations stupéfiantes dans un environnement sonore électrique et atmosphérique.

 

Nicole Lizée et l’ Orchestre artistique australien : Nicole Lizée compositeur et DJ  célèbre de Montréal mixe sans peur  pop, vidéos MTV, platine, culture rave, cinéma culte, et psychédélie dans le royaume du jazz et du classique. Ce programme en plusieurs  séquences  explore les réponses uniques de Lizée aux cultures cinématographiques des années 80 et 90, avec la première australienne de son solo au piano et travail vidéo David Lynch Études  qui nous entraîne dans la Black lodge de Twin Peaks  avec Kyle MacLachlan à l’écran et le piano de la Canadienne Eve Egoyan se mêlant à des scènes et personnages des films du  réalisateur.

 

Tomboy Survival Guide: Ivan Coyote et un groupe de garcons manqués, mélangent  récit, musique et souvenirs dans une analyse courageuse, tendre et d’humour noir, sur les questions de genre, de défi de la norme et de découverte de son identité.