Wayne Gretzky – A Proud Canadian

Icon.

There is really no other word to describe the significance of one of Canada’s most important exports and proud ambassadors, Wayne Gretzky.

Known simply as ‘The Great One’, Gretzky dominated the ice hockey world during his 21-year professional career – he holds or shares 61 records in the NHL including most goals, most assists and most points, and is rightly ranked alongside Mohammad Ali, Michael Jordan, Don Bradman and Babe Ruth as one of the greatest sportspeople of all time.

In Sydney for the Wayne Gretzky Ice Hockey Classic, a series of games being played between traditional rivals Canada and the USA to help promote the game as well as raise funds for the StopConcussions Foundation, Gretzky said he was excited and surprised about how the game is developing in Australia.

“I was genuinely shocked – I didn’t anticipate or expect the size of the audience, I didn’t expect the fans to be so engaged with the game itself,” he said.

“If you walked around the arena a little bit, you saw a lot of Canadians who were there who brought their Australian friends – you could tell that people were teaching their friends the game, and talking about the game.”

Gretzky’s passion for the game is palpable. For someone who flies around the world constantly to promote the ice hockey, he’s lost none of his excitement and love for the sport.

“In Canada at three years old, people are learning how to ice skate – it’s just a part of your life in our country,” he said.

“When you’ve got a country like Australia, that’s a little bit behind as far as knowing the game and understanding the game of ice hockey, when people do see it, there’s something intriguing about it. Kids want to play, kids want to try to skate, parents want to watch their kids skate and play hockey – it really is a wonderful sport.”

A growing concern though for parents with children involved in any sport, including ice hockey, are the dangers of head trauma, which is an area seeing an increase in media attention around the world – and it’s a fear Gretzky knows well. The StopConcussions Foundation aims to increase the understanding around the dangers of concussion in sport.

“I have kids, and they participate, whether it’s bike riding, skateboarding, ice hockey, football and you always worry about concussion, so part of what this whole thing does is raise awareness that concussions are part of sport,” he said.

“Secondly it’s about doing some fact-finding and figuring out how we can prevent concussions. And then thirdly, probably more importantly, what we do, and how we treat people when they do get concussions, and that’s what makes this charity so special.”

When it comes to the game itself, Gretzky has a rich understanding of the rivalry between the two nations competing in the Ice Hockey Classic, and says while it is definitely a fierce rivalry, it’s one built on mutual respect.

“In the 70s and 80s, the rivalry was really Canada and – at that time – the Soviet Union,” he explained.

“The sport of hockey just kept expanding and getting bigger and bigger in the United States and it really got to a new level when, in 1980, the young American team won Olympic gold, and beat the Soviets, and that really propelled the game of hockey. Consequently some of the better athletes in the country, instead of playing tennis or baseball or golf decided look, I want to try to play ice hockey.

“It’s a different kind of rivalry from the Soviets. We were taught as kids that we weren’t supposed to like communism and Soviet people, and so there was more of a hatred that was sort of built into our brains, which turned out not to be true – once we got to know those kids, they were all good people too, you know. Whereas the American rivalry is different because a lot of guys play together for their club teams, so it’s more of a respectful rivalry.”

This has been Gretzky’s first trip to Australia, and while it has been something of a whirlwind, he has had some time to enjoy the city, including tours of the harbour and Taronga Zoo. One of the biggest highlights, however, was getting a taste of Aussie Rules.

“We got to go visit the ‘Swannies’,” he said, referring to AFL club the Sydney Swans, where the team taught him the ins and outs of the game.

“And that was fun because the players were really nice, and we got to walk around the field and go in the locker room – so I got a chance to do a lot of fun things, so it’s been good.”

After his brief Australian adventure comes to an end, and he will return to his adopted home of the United States, Gretzky is quick to ensure everyone knows where his loyalties lie. Anyone who has seen his emotional press conference after his decision to accept a trade in 1988 which saw him leave the Edmonton Oilers – a team he won four Stanley Cups with – to join the Los Angeles Kings, would know how proud he was to play in Canada.

“Oh, it means everything to me. I wouldn’t have anything if it weren’t for my country,” he said, when asked what Canada means to him.

“I live in California, I have five American kids and an American wife. You know, people ask me what nationality are your kids, and I say, well they were born in the United States – they’re American – I want them to be as proud of the United States of America, which they are, as I am about Canada.

“I’m a Canadian through and through – my Dad calls it ‘God’s Country’. They’re the nicest people you could ever meet – very Commonwealth, and, similar to that of Australia, the people are just genuinely nice and I’m always proud to say I was born in Canada and I’m a Canadian.”

Wayne Gretzky : un fier Canadien

Icône.

Il n’y a vraiment aucun autre mot pour qualifier l’importance de l’une des exportations les plus notoires et l’un des ambassadeurs les plus fiers du Canada, Wayne Gretzky.

Connu simplement comme ‘le plus grand’, Gretzky a dominé le monde du hockey tout au long d’une carrière professionnelle de 21 ans : il détient ou partage 61 records de la Ligue nationale de hockey dont le plus de buts, le plus de passes décisives et le plus de points et il est à juste titre l’un des plus grands sportifs de tous les temps au même niveau que Mohammad Ali, Michael Jordan et Babe Ruth.

Présent à Sydney pour la Classique Wayne Gretzky de hockey sur glace, une série de matches entre les rivaux traditionnels  le Canada et les États Unis pour la promotion du sport et pour lever des fonds pour la Fondation StopConcussions, Gretzky se déclare enthousiasmé et fasciné par la façon dont le sport se développe en Australie.

“J’ai été littéralement  renversé: je ne m’attendais certainement pas à un public si nombreux, je ne m’attendais pas non plus à un tel engagement des partisans de ce sport, ajoute-t-il.”

“En faisant le tour de la patinoire, on voyait de nombreux Canadiens qui étaient venus accompagnés de leurs amis australiens : on pouvait les voir leur expliquer les détails du jeu et commenter le match.”

La passion de Gretzky pour ce sport est manifeste. Pour quelqu’un qui fait le tour du monde constamment pour faire la promotion du hockey, il n’a perdu ni son engouement ni son amour de ce sport.

“Au Canada dès l’âge de trois ans, on apprend à patiner sur la glace : ça fait tout simplement partie de la vie du pays, dit-il.”

“Dans des pays comme l’Australie, on est un peu en retard en ce qui concerne la connaissance et la compréhension du hockey sur glace, quand les gens y assistent  ils trouvent que c’est quelque peu surprenant. Les gosses veulent jouer, les gosses veulent essayer de patiner, les parents veulent voir leurs gosses patiner et jouer au hockey : c’est vraiment un sport magnifique.”

Inquiétude croissante cependant pour les parents des enfants impliqués dans un sport quel qu’il soit, y compris le hockey sur glace, c’est le danger d’un traumatisme crânien, une inquiétude relayée de plus en plus par les médias du monde entier, et une inquiétude que Gretzky connaît bien.

“J’ai des enfants impliqués, à bicyclette, en skate, au hockey, au rugby, et on s’inquiète toujours d’un traumatisme possible, c’est pourquoi une partie de cet évènement est de faire réaliser  que les traumatismes font partie du sport, ajoute-t-il.”

“Ensuite c’est pour faciliter la recherche dans ce domaine et trouver comment éviter les traumatismes. Enfin troisièmement, et probablement le plus important, c’est ce qu’on fait et comment on peut soigner les personnes affectées, c’est ce qui rend cet évènement caritatif si spécial.”

Pour en venir au sport lui-même, Gretzky a une compréhension totale de la rivalité entre les deux nations participant à la Classique de hockey sur glace, et il précise que cette rivalité si elle est féroce, elle est aussi basée sur le respect mutuel.

“Dans les années 70 et 80, la compétition c’était plutôt à l’époque entre le Canada et l’Union soviétique, dit-il.”

“Le sport du hockey n’a fait que s’étendre et se répandre de plus en plus aux États Unis, jusqu’à en venir au point où dans les années 80, c’est la jeune équipe américaine qui a remporté la médaille d’or olympique, battant les soviétiques, et par la même occasion propulsant tellement le hockey, que les meilleurs athlètes du pays se sont dit : au lieu de faire du tennis, du base-ball ou du golf, et bien ma foi on va s’essayer au hockey sur glace.

“C’est une rivalité différente de celle avec les Soviétiques. On nous disait quand on était gosses qu’on n’était pas censés aimer le communisme et les Soviets, et c’est ainsi qu’une sorte de haine se développait dans nos têtes, tout cela s’est révélé erroné, une fois qu’on a appris à connaître ces autres gosses, on a vu qu’ils étaient de bons gars eux aussi, n’est-ce-pas.  La rivalité avec les Américains est différente  parce que nombre de gars jouent ensemble dans les clubs et c’est donc une rivalité plus respectueuse.”

C’est le premier voyage de Gretzky en Australie, et même s’il a l’allure d’un coup de vent, il lui a quand même laissé un peu de temps pour apprécier la ville, avec des visites de la baie et du zoo de Taronga. Mais le temps fort de sa visite a quand même été d’assister à un match de rugby Aussie Rules.

“On a rendu visite aux ‘Swannies’, dit-il ” faisant ainsi référence au club AFL des Sydney Swans, où l’équipe lui a expliqué le jeu en détail.

“C’était cool parce que les joueurs étaient vraiment sympas, on s’est promenés tout autour du stade, on a visité les vestiaires, et j’ai pu ainsi avoir la chance de faire plein de choses, c’était vraiment bien.”

A la fin de son aventure australienne, avant de retourner à son domicile adopté, les États-Unis, Gretzky fait bien comprendre à tout le monde ses sentiments. Tous ceux qui ont vu sa conférence de presse de1988, celle qui a suivi sa décision de quitter les Edmonton Oilers (une équipe avec laquelle il a remporté quatre Coupes Stanley), pour prendre un poste avec les Kings de Los Angeles,  tous ceux-là ont compris sa fierté de jouer au Canada.

“Oh, pour moi c’est tout. Je ne serais rien sans mon pays, déclare-t-il” lorsqu’on lui demande ce que le Canada représente pour lui.

“J’habite en Californie, j’ai cinq gamins américains et une femme américaine. Vous savez, les gens me demandent quelle est la nationalité de mes enfants, et je réponds qu’ils sont nés aux États-Unis, qu’ils sont américains, et je veux qu’ils soient aussi fiers des États-Unis d’Amérique, ce qu’ils sont, que moi je suis fier du Canada.

“Je suis un Canadien pur-sang, mon père appelle le Canada ‘le pays de Dieu’. Les gens sont les plus sympas du monde, très Commonwealth, et tout comme en Australie, les gens sont vraiment sympas et je suis toujours fier de déclarer que je suis né au Canada et que je suis Canadien.”