When borders know no bounds – How Canadian innovation is influencing students Down Under

Many parents worry about how technology so easily draws children into virtual worlds. However, one Canadian company is harnessing the captivating nature of digital technologies, transforming them into a force for good for students across the globe.

Curious? Meet Ian Harper, the creative producer of Inanimate Alice.

Inanimate Alice is difficult to describe – in its most basic form, it is a coming-of-age tale concerning the adventures and experiences of a young girl named Alice and her imaginary friend Brad. What makes it special is how it is delivered: in a multimodal format.

Multimodality, also known as transmedia, is a catch-all expression for storytelling that moves across platforms. Combining text, video, animation, and imagery brings a story dramatically to life; the most advanced examples of transmedia now include augmented reality and virtual reality.

Harper’s inspiration for Inanimate Alice came from a moment at a train station almost 20 years ago.

“Observing people immersed in the use of their phones, totally engrossed to the exclusion of their immediate environment, I was struck by the idea of how human relationships with technology have evolved and continue to evolve as the technology becomes more sophisticated. It seems apparent that we are always looking for humanity within the technology. Alice’s relationship with Brad, a virtual friend that she has created for herself, is an expression of that deep human need,” he said.

Alice’s story originated in a screenplay, but its trajectory altered course when Ian met Canadian Governor-General Award-winning novelist, Kate Pullinger.

“At the time, she [Pullinger] had published about six or seven print novels… however, she was also experimenting with digital platforms, exploring what the possibilities might be. I saw a few examples of what she was working on and felt sure we could do something,” said Harper.

He was right. Harper and Pullinger formed a creative team with digital artist, Chris Joseph, and together they created the first four Inanimate Alice episodes.

The first stories, a series of ‘episodes’ that comprise a digitally-delivered chapter book, were presented at new media festivals around the world, collecting awards along the way, including the IBM New Media Prize in Stuttgart. While the original episodes were not targeted at a specific age group or even for education outcomes, the team soon realised they were a natural fit for the new generation of students.

One of the goals of Alice’s story is to encourage readers to participate in discussions about growing up and navigating life’s challenges.

“As we all know… life becomes more complicated as we get older. Hopefully, we become smarter as we are faced with tougher questions and need to overcome bigger obstacles. So we were trying to explain what life was like for a girl growing up, seeing the world through the lens of technology,” said Harper “as if she was relating her own life story.”

Today’s students are highly experienced in using technology during their leisure time, so integrating technology in the classroom has proven to be a powerful weapon when it comes to keeping them engaged.

The COVID-19 pandemic has been an added catalyst for exploring new modes of curriculum delivery, and educational leaders have realised that experience with technology is vital to equipping young people with the skills to thrive in tomorrow’s world. Even if we don’t know what that world looks like yet, it’s certain that technology will be at the heart of it.

“This makes it the ideal vehicle for teaching young people about empathy, citizenship and social responsibility, enabling them to become true global citizens in an age when the future of the planet depends on the skills and abilities of the new generation.”

A decade and a half on from its inception, Inanimate Alice has become a leader in multimodal storytelling across the world. Harper continues to expand Alice’s adventures, going beyond stories that see Alice visiting countries like China, Italy, Russia and England and exploring moments in life that highlight the need for equity, intercultural dialogue and understanding.

Ultimately however, Harper puts Inanimate Alice’s success down to student engagement.

Inanimate Alice enables students to experience immersive tension within a literary work that has the look and feel of an action-packed videogame. As well as the core story, mini-games and magazine off-shoots are incorporated into the Inanimate Alice universe, features that invite students to develop and create their own episodes.

In addition to building important soft skills, Inanimate Alice encourages STEM education for girls, which continues to be a priority in both Canada and Australia.

“The story features a powerful female lead character whose situation demands that from an early age she must make her way in the world while learning not only to survive but to thrive in a technology-driven world.”

After Education Services Australia invested in the alignment of Alice’s story with the Australian curriculum, uptake from both university schools of education and in-service teachers was considerable. Now, there is a cohort of Australian teachers with a decade of experience using the title. This experience provides a clear demonstration of the value of working with the material over an extended period of time with benefits accruing from those years of student interaction.

Australian investment in the title also led to story extensions. ‘Alice in Australia,’ twelve adventure stories set in Australia and around the region, were created to fill the gap in the narrative between episodes one and two of the core plot. These action-packed events, designed for elementary school children, are accompanied by curriculum-aligned teacher guidance materials and digital assets that encourage students to remix them and thereby tell their own stories. In a similar vein, Gap Year Journals were created to support Australian students in their acquisition of Indonesian and Japanese languages. In those interactive, pages, language learners are provided with immersive, contextual language learning experiences such as meeting people in a variety of circumstances in Japanese cities, eating street food in Jakarta and visiting jungle school in Kalimantan.

The profound and immediate experience with the characters is deep and meaningful through multimodal storytelling, stimulating curiosity and leaving a lasting impact on students of all ages.

Inanimate Alice allows for endless options for creativity, with educators able to facilitate discussions and lead young people to make connections through exploring their thoughts, feelings, values and perspectives. The story continues to evolve and is, essentially, endless. It can be used to support the exploration of subject matter across the entire curriculum.

Ian explains, “It’s a story where [teachers] can encourage their students to participate. And because it’s a world-travelling story, students can put their own lens on it, from their part of the world – they can add to it. In vital ways, it is their story, they can own it.”

Feedback shows that teachers agree.

I think what makes Alice so special is the strong narrative that allows for deep reading, conversations that move into critical reading, prediction, a shared experience between readers who are anticipating what might happen next and then designing and writing their own ‘next’ episode.   Dr. Gloria Latham, School of Education, RMIT, Australia

“Every time I teach Inanimate Alice, I am amazed by the discussions it provokes, and the work it prompts students to produce.”  “[The] students were actively engaged with Alice from the get-go; interrogating her life experiences, what she might look like, her family situation, Brad, her culture and the culture of the people she met along the way.” Claire Froggatt, Wenona School North Sydney, Australia. 

“I have yet to find another educational tool that compares to the extensive stories, videos, and curriculum in Inanimate Alice.” Larysa Nadolny, Associate Professor, School of Education, Iowa State University, USA.

If this year has taught us anything, it is the importance of exploring new and innovative approaches to teaching and learning.

As Donna Terra, Grade 5 Teacher, Morse Pond School Falmouth, Massachusetts, USA says, “21st century schools must keep up with technology, engage students and create life long learners.”

With testimonials from teachers across the globe and the empirical research to back it up, it is clear that Inanimate Alice is one answer to this challenge, and fast becoming a new kind of pioneer in literature for young people.

Are you an educator and want to learn more about using Inanimate Alice as a teaching tool? Please visit: https://inanimatealice.com/

For enquiries, please reach out to: Executive Producer, Ian Harper ian@bradfieldnarrative.com

Lorsque les frontières n’ont plus cours – Comment une innovation canadienne influence les étudiants des antipodes

De nombreux parents s’inquiètent de savoir comment la technologie attire si facilement les enfants dans des mondes virtuels. Cependant, une société canadienne exploite la nature captivante des technologies numériques, les transformant en force au service du bien pour les étudiants du monde entier.

Vous êtes curieux/se ? Voici Ian Harper, directeur créatif de Inanimate Alice.

Inanimate Alice est difficile à décrire – au niveau le plus basique, il s’agit d’un récit d’entrée dans l’âge adulte décrivant les aventures et les expériences d’une jeune fille nommée Alice et de Brad, son ami imaginaire. Ce qui rend ce récit particulier, toutefois, est la façon dont il est proposé : dans un format multimodal.

La multimodalité, aussi connue sous le nom de transmédia, est une expression de portée générale qui a trait à une narration qui se déplace à travers plusieurs plateformes. Un mélange de texte, de vidéo, d’animation et d’imagerie permet de donner vie de façon dramatique à une histoire ; les exemples les plus avancés de transmédias comprennent maintenant la réalité augmentée et la réalité virtuelle.

Pour Inanimate Alice, Harper s’est inspiré d’un instant à une gare ferroviaire qui remonte à près de 20 ans.

« En observant les gens immergés dans l’usage de leurs téléphones mobiles, étant totalement absorbés à l’exclusion de leur environnement immédiat, j’ai été frappé par la façon dont les relations humaines avec la technologie ont évolué et continuent à évoluer alors que la technologie devient de plus en plus sophistiquée. Il semblerait que nous soyons toujours à la recherche d’humanité au sein de cette technologie. La relation d’Alice avec Brad, un ami virtuel qu’elle s’est créée elle-même, est une manière d’exprimer ce profond besoin humain », précise-t-il.

L’histoire d’Alice trouve son origine dans un scénario, mais sa trajectoire a été modifiée lorsqu’Ian a rencontré Kate Pullinger, l’autrice de romans et lauréate du prix du Gouverneur général.

« À l’époque, elle [Pullinger] avait publié six ou sept romans imprimés… Cependant, elle faisait aussi de l’expérimentation avec les plateformes numériques, explorant quelles en étaient les possibilités. J’ai vu quelques exemples de ce à quoi elle travaillait et j’étais sûr que nous pourrions arriver à faire quelque chose ensemble » indique Harper.

Il avait raison. Harper et Pullinger formèrent une équipe créative avec l’artiste numérique Chris Joseph et, ensemble, ils créèrent les quatre premiers épisodes d’Inanimate Alice.

Les premières histoires, une série d’ ‘épisodes’ comprenant un livre à chapitres proposé par voie numérique, furent présentés à l’occasion de festivals des nouveaux médias à travers le monde, remportant des prix en cours de route, dont notamment le Prix des nouveaux médias IBM à Stuttgart. Alors que les épisodes d’origine ne ciblaient pas une tranche d’âge particulière, ni même des résultats éducatifs donnés, l’équipe se rendit rapidement compte qu’ils seraient naturellement adaptés à une nouvelle génération d’étudiants.

L’un des objectifs de l’histoire d’Alice est d’encourager les lecteurs à participer à des discussions autour du fait de grandir et de surmonter les défis que nous présente la vie.

« Comme nous le savons tous… la vie devient plus compliquée à mesure que nous grandissons. Avec un peu de chance, nous devenons plus malins alors que nous sommes confrontés à des questions plus épineuses et devons surmonter de plus grands obstacles. Nous tentions donc d’expliquer à quoi ressemblait la vie pour une fille qui grandissait, en observant la vie par le prisme de la technologie, » indique Harper, « comme si elle racontait l’histoire de sa propre vie. »

Les étudiants d’aujourd’hui ont beaucoup d’expérience quant à se servir de la technologie pendant leurs moments de détente, alors intégrer la technologie dans la salle de classe s’est avéré être une arme puissante pour ce qui est de capter leur attention dans la durée.

La pandémie de la COVID-19 a agi comme un catalyseur supplémentaire pour explorer de nouvelles méthodes de proposer le cursus et les responsables éducatifs se sont rendu compte qu’avoir de l’expérience avec la technologie est essentiel pour équiper les jeunes avec les compétences nécessaires pour s’épanouir dans le monde de demain. Même si nous ne savons pas encore à quoi va ressembler ce monde, il est certain que la technologie sera à son cœur.

« Ceci en fait le véhicule idéal pour enseigner aux jeunes des notions telles que l’empathie, la citoyenneté et la responsabilité sociale, leur donnant les moyens de devenir de véritables citoyens du monde à une époque où l’avenir de la planète va dépendre des talents et des compétences de la nouvelle génération. »

Une décennie et demie après ses débuts, Inanimate Alice s’est convertie en leader de la narration multimodale à travers le monde. Harper continue à développer les aventures d’Alice, allant au-delà des histoires au sein desquelles Alice visite des pays comme la Chine, l’Italie, la Russie et l’Angleterre pour explorer des moments de la vie qui soulignent le besoin d’équité, de dialogue et de compréhension interculturels.

À terme toutefois, Harper attribue le succès d’Inanimate Alice à l’engagement des élèves.

Inanimate Alice permet aux étudiants de faire l’expérience d’une tension immersive dans un monde littéraire qui a l’aspect et le ressenti d’un jeu vidéo empli d’action. Outre le cœur de l’histoire, des mini-jeux et des dérivés à base de magazines sont incorporés à l’univers d’Inanimate Alice, modalités qui invitent les étudiants à développer et à créer leurs propres épisodes.

Outre le fait de renforcer des savoirs comportementaux importants, Inanimate Alice encourage l’éducation en science, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) pour les filles, ce qui continue à être une priorité, tant au Canada qu’en Australie.

« L’histoire comporte un personnage principal féminin puissant, dont la situation exige qu’à partir d’un jeune âge, elle doive faire son chemin dans le monde tout en apprenant non seulement à survivre mais aussi à s’épanouir dans un monde dominé par la technologie. »

Après qu’ ‘Education Services Australia’ se soit investi dans l’alignement de l’histoire d’Alice sur le cursus australien, le taux d’adoption de la part tant des universités et des écoles que des enseignants en poste fut considérable. Actuellement, il existe une cohorte d’enseignants australiens dotés d’une décennie d’expérience d’utilisation de programme. Cette expérience démontre clairement la valeur de travailler avec le matériel sur une longue durée de temps, les bénéfices découlant et s’additionnant à partir de plusieurs années d’interaction avec les élèves.

L’investissement australien dans ce programme a également débouché sur des extensions de l’histoire. ‘Alice in Australia’ (Alice en Australie), douze histoires d’aventures ayant lieu en Australie et dans sa région, furent créées pour combler l’écart entre la narration des épisodes un et deux de l’intrigue principale. Ces évènements remplis d’action, conçus pour des enfants de l’enseignement élémentaire, sont associés à des matériaux alignés sur le cursus scolaire destinés aux enseignants et sur des matériaux numériques qui encouragent les élèves à les réenregistrer en y racontant leurs propres histoires. Dans le même esprit, des Journaux intimes pour année sabbatique furent créés afin de soutenir les étudiants australiens dans leur acquisition de la langue indonésienne et japonaise. Dans le cadre de ces pages interactives, l’on propose aux étudiants apprenant les langues des expériences immersives d’apprentissage contextuel de la langue comme par exemple le fait de rencontrer des personnes dans diverses situations dans des villes japonaises, de manger des plats de cuisine de rue à Djakarta ou de visiter une école dans la jungle à Kalimantan (Bornéo).

Par le biais d’une narration multimodale, du fait de stimuler la curiosité et de laisser un impact durable sur des étudiants de tous les âges, l’expérience profonde et immédiate avec les personnages est intense et authentique.

Inanimate Alice permet de proposer des options infinies pour exprimer sa créativité, les enseignants pouvant animer des discussions et encourager les jeunes à établir des liens en explorant leurs pensées, leurs sentiments, leurs valeurs et leurs perspectives. L’histoire continue à évoluer et essentiellement n’a pas de fin. Elle peut être employée pour soutenir l’exploration de thématiques émanant de l’ensemble du cursus.

Ian l’explique de la façon suivante : « C’est une histoire où [les professeurs] peuvent encourager leurs élèves à participer. Et parce qu’il s’agit d’une histoire qui voyage à travers le monde, les étudiants peuvent lui appliquer leur propre optique, qui provient de la partie du monde dont ils sont originaires – ils peuvent y ajouter des éléments. Essentiellement, cela devient leur histoire, ils peuvent se l’approprier. »

Les retours enregistrés auprès des enseignants indiquent qu’ils partagent cet avis.

Je pense que ce qui rend Alice si spéciale c’est l’histoire puissante  qui permet une lecture approfondie, des conversations qui mènent à une lecture critique, des prévisions, une expérience partagée entre les lecteurs qui anticipent sur ce qui pourrait se produire ensuite et puis conçoivent et rédigent leur propre ‘prochain’ épisode.  Dr. Gloria Latham, Faculté d’éducation, RMIT, Australie

« Chaque fois que j’enseigne Inanimate Alice, je suis ahurie par les discussions que cela provoque et par les travaux que cela déclenche auprès des étudiants. » « [Les] étudiants s’engagent avec Alice dès le départ ;  interrogeant ses expériences, à quoi elle pourrait ressembler, sa situation de famille, Brad, sa culture et celle des personnes qu’elle rencontre en chemin. » Claire Froggatt, École Wenona, Nord de Sydney, Australie.

« Je n’ai jamais trouvé un autre outil éducatif qui soit comparable aux histoires, vidéos et éléments du cursus exhaustifs que l’on trouve dans Inanimate Alice. »  Larysa Nadolny, Professeure agrégée, Faculté d’éducation, Université d’État de l’Iowa, États-Unis.

Si nous pouvons tirer quoi que ce soit de cette année, c’est sans doute l’importance d’explorer des approches nouvelles et innovatrices à l’enseignement et à l’apprentissage.

Comme le dit Donna Terra, Enseignante de ‘Grade 5’ (5ème du primaire), École Morse Pond Falmouth, Massachusetts, États-Unis : « Les écoles du XXIème siècle doivent rester au fait de la technologie, inciter les élèves à participer et créer des individus capables d’apprendre tout au long de leurs vies. »

Avec des témoignages de la part d’enseignants du monde entier et les recherches empiriques qui soutiennent leurs points de vue, il apparaît clairement qu’Inanimate Alice constitue une réponse à ce défi et se transforme rapidement en pionnier de la littérature conçue pour les jeunes.

Êtes-vous un/e enseignant/e qui souhaite en apprendre davantage sur l’utilisation d’Inanimate Alice comme outil d’enseignement ? Veuillez visiter : https://inanimatealice.com/

Pour toute demande de renseignements, veuillez contacter :  Ian Harper – ian@bradfieldnarrative.com