We are unstoppable. Another world is possible.

Outside of the 2015 United Nations Climate Change Conference (COP21) in Paris, young people from around the world and all walks of life took to the streets chanting “we are unstoppable, another world is possible”.

Among them was Slater Jewell-Kemker, a 23 year-old environmental activist and filmmaker from Ontario, Canada, capturing it all on film.

This experience, among many others including COP15 in Denmark, COP16 in Mexico and her world travels visiting friends in the youth climate movement who are directly experiencing the impacts of climate change, are now the basis for the feature film, Youth Unstoppable.

A re-edited version of the film to include footage from the Australian and global Youth Climate Strikes had its world premiere at the Castlemaine Documentary Film Festival this July. The previous version of Youth Unstoppable made its Australian debut in February 2019 during the Transitions Film Festival in Melbourne.

For Jewell-Kemker, it was important to capture her journey and coming-of-age as part of the rise of the youth climate change movement on film.

“I grew up around filmmakers and artists who were storytellers,” she told Canada Down Under.

“It’s been so important in my life because storytelling is how we connect to each other as human beings”.

Jewell-Kemker has always had a passion for nature and the environment. While she was born in the concrete jungle of Los Angeles, she returned to Canada with her family as a child to live on a farm in Ontario.

“From the first moment that I stepped foot on this farm, I fell in love with being in nature, and being able to go out into the woods, being able to make friends with birds and animals and just be within nature”.

This passion for the environment led Jewell-Kemker, aged 15, to represent Canada as a Youth Delegate at the Youth Summit for the Environment alongside the G8 Summit in Kobe, Japan in 2008. Jewell-Kemker “leapt at the opportunity” because of her love for the natural world; however, it was at this conference that her passion for the youth climate movement was ignited.

“That’s when I really started learning about climate change and learning about this kind of broader existential crisis that is facing us,” she explained.

Her experiences in Kobe, including being the only on-camera interview for the then Canadian Minister of the Environment, the Hon. John Baird, as well as footage from her travels and attendance at United Nations COP meetings globally culminated in her first film, An Inconvenient Youth, released in 2012.

She says that her success at a young age relied on being taken seriously as a young filmmaker. As part of her film, she had the privilege to interview French environmentalist and filmmaker Jean-Michel Cousteau who has subsequently become a lifelong friend and mentor.

“It was a huge kind of turning point in my life, not only as a filmmaker but as an environmentalist,” she said.

“To be a 10-year-old and to have someone who is such a figure within the environmental world to not only listen to me but to take what I was saying seriously.”

While Jewell-Kemker feels like she has “ended the film several times” given its continual updates and re-edits to incorporate changes in the youth climate change movement, she says that it is so this film can be used as a tool to “inspire young people to tell their own stories, and to keep incorporating new voices and new generations of voices”.

For Jewell-Kemker, it was important to include the actions of young Australians in this most recent re-edit of the film due to its climate vulnerability.

“Australia is on the front lines [of climate change]. You are experiencing its effects right now, and you are within the eye of a hurricane,” she said.

“It makes total sense that in this moment, as young people are rising up around the world and as climate strikers are becoming more and more of a thing, that Australia would be such an important part of the film and part of the visual language of talking about young people taking their voice back.”

However, this film would not be possible without the encouragement from her friends within the youth climate movement as well as support from her filmmaking team headed by her mother, Wendy Jewell.

Jewell-Kemker says this encouragement has given the energy and determination to keep building this film over the past decade and that it is “something that’s really important for young people, as they explore and find their voice, to be supported because you have no idea where it’s going to go.”

While filmmaking is in her blood, she continues to re-cut and re-edit this film as it is her way of “communicating as a person” and “making sense of the world”.

“It’s how we, as we grow up, learn about the world around us,” she said.

“I think it’s so important now more than ever with, with so many issues that are, that are really challenging our ideas of what it means to be human, that we find the ways that we can connect to each other emotionally.”

Jewell-Kemker will continue re-editing and re-cutting this film as “living documentary” as she firmly believes that youth are unstoppable and that another world is possible.

“I think there’s a lot of opportunity for us to embrace each other as people and, and really rethink our relationships to each other and to the planet,” she said.

“Even though it can be incredibly overwhelming and kind of scary, it’s also this really beautiful moment where we can choose to create a better way of living and a better society where we take care of each other. And we can all figure it out together”.

This film was supported at the Castlemaine Film Festival by the Consulate General of Canada, Sydney in July 2019.

This film was supported at the Transitions Film Festival by the High Commission of Canada, Canberra in February 2019.

On ne lâche rien. Un autre monde est possible.

En 2015 à Paris, devant la COP 21 (La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques), des jeunes gens du monde entier et de tous milieux défilaient dans la rue en scandant : “ On ne lâche rien. Un autre monde est possible.”

Parmi eux se trouvait Slater Jewell-Kemker, militante environnementaliste de 23 ans et réalisatrice originaire de l’Ontario, au Canada, qui enregistrait tout avec sa caméra.

Cette expérience, parmi tant d’autres, comme la COP 15 au Danemark, la COP 16 au Mexique, et ses voyages autour du monde pour rendre visite à ses jeunes ami-e-s du mouvement pour le climat qui sont impactés directement par les changements climatiques, tout cela forme la base de son film, Youth Unstoppable (jeunesse irrésistible).

Une seconde version du film incluant les grèves étudiantes en Australie et dans le monde a fait sa première au Festival du film documentaire de Castlemaine en juillet dernier. La première version de Youth Unstoppable avait fait sa première sur les écrans australiens en février 2019 au Transitions Film Festival de Melbourne.

Pour Jewell-Kemker, il était important de filmer son voyage et son passage à l’âge adulte au moment de l’avènement du mouvement étudiant pour le climat.

“J’ai grandi, déclare-t-elle à Canada Down Under, parmi des réalisateurs et des artistes auteurs de scénarios.”

“C’est quelque chose d’important dans ma vie parce que raconter une histoire c’est la façon dont nous sommes connectés l’un à l’autre en tant qu’êtres humains.”

Jewell-Kemker a toujours été passionnée par la nature et l’environnement. Bien qu’elle soit née dans le béton de Los Angelès, elle est revenue au Canada avec sa famille pour vivre dans une ferme en Ontario.

“Dès mes premiers pas dans cette ferme, je me suis passionnée pour la nature, je pouvais aller en forêt, sympathiser avec les oiseaux et les animaux et faire partie intégrante de la nature.”

Cette passion pour l’environnement a conduit Jewell-Kemker, alors âgée de 15 ans, à représenter le Canada au Sommet de la jeunesse pour l’environnement lors du G8 de Kobe au Japon, en 2008. Jewell-Kemker “a sauté sur l’occasion ” par amour pour le monde naturel ; c’est cependant lors de cette conférence qu’est née sa passion pour le mouvement étudiant pour le climat.

“C’est à cette période, nous explique-t-elle, que j’ai vraiment découvert les changements climatiques, et cette sorte de crise existentielle plus vaste qui nous menace.”

Son expérience à Kobe, y compris l’unique interview du Ministre canadien de l’environnement d’alors, l’Honorable John Baird, ainsi que les prises de vue de ses voyages et sa participation aux COP mondiales de l’ONU, se sont traduites en 2012 par la sortie de son premier film : An Inconvenient Youth,.

Pour elle, un tel succès remporté à son jeune âge, est dû à ce qu’elle fut prise au sérieux en tant que réalisatrice. Pour faire son film, elle eut le privilège d’interviewer le réalisateur écologiste français Jean-Michel Cousteau qui est devenu son mentor et un ami de longue date.

“Ce fut un tournant majeur dans ma vie, nous dit-elle, non seulement en tant que réalisatrice mais aussi en tant qu’environnementaliste.”

“Avoir 10 ans et rencontrer quelqu’un de si célèbre dans le monde écologiste, quelqu’un qui m’écoute et prenne ce que je disais au sérieux.”

Jewell-Kemker pense qu’elle a terminé son film plusieurs fois, à cause des mises à jour et des montages à répétition pour inclure les derniers évènements du mouvement étudiant pour le climat, afin que son film puisse servir “à inspirer les jeunes à écrire leurs propres histoires, à continuer d’inclure de nouvelles voix et de nouvelles générations de voix.”

Selon Jewell-Kemker, il était important d’inclure les actions des jeunes australiens dans sa dernière version du film à cause de la vulnérabilité climatique du pays.

“L’Australie est en première ligne de ces changements climatiques. On en fait l’expérience en ce moment même, nous dit-elle, on est au cœur même du cyclone.”

“Il semble l’évidence même qu’au moment où la jeunesse mondiale se réveille et que les militants fassent de plus en plus la une, que l’Australie constitue une part majeure du film et du langage visuel qui permette aux jeunes de s’exprimer.”

Malgré tout ce film n’aurait pas vu le jour sans l’encouragement de ses ami-e-s au sein du mouvement étudiant pour le climat et le soutien de l’équipe réalisatrice conduite par sa mère Wendy Jewell.

Pour Jewell-Kemker, cet encouragement lui a donné l’énergie et la détermination pour réaliser ce film sur 10 ans et “c’est vraiment très important pour une jeunesse qui cherche sa voix de bénéficier d’un tel soutien parce qu’on ignore totalement jusqu’où ça peut aller.”

La réalisation de films est bien ancrée en elle, elle continue de couper et monter les images, c’est sa façon à elle de “communiquer en tant que personne” et de “découvrir le monde.”

“C’est, ajoute-t-elle, notre façon de mûrir et de découvrir le monde qui nous entoure.”

“Je pense qu’il est important que nous trouvions les moyens de nous connecter les uns aux autres émotionnellement, surtout maintenant plus que jamais avec toutes ces questions qui bousculent notre idée de ce que cela représente d’être humain.”

Jewell-Kemker va continuer de travailler son film, “ce documentaire vivant”, persuadée que la jeunesse ne peut être arrêtée et qu’un autre monde est possible.

“Je pense, dit-elle, que les opportunités sont nombreuses de nous adopter les uns les autres en tant que personnes et de repenser nos relations entre nous et avec la planète.”

“Même si tout cela peut être incroyablement bouleversant et même effrayant, il existe aussi ces moments magnifiques où l’on peut choisir de créer une meilleure façon de vivre et façonner une meilleure société au sein de laquelle nous prenons soin les uns des autres. Et on peut le faire tous ensemble.”

Ce film a reçu le soutien du Consulat général du Canada à Sydney pour sa présentation au Festival cinématographique de Castlemaine en juillet 2019.

Ce film a également bénéficié du soutien du Haut-commissariat du Canada à Canberra pour sa présentation au Transitions Film Festival en février 2019.